Archives de Tag: élections

A propos du premier tour des élections régionales

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Nous ne pouvons que partager le dégoût en voyant l’extrême-droite arriver en tête des élections régionales dans six régions de France. Dirigé par la fille du millionnaire Le Pen, le Front National, créé par nombre d’anciens miliciens vichystes, SS et autres criminels nazis, est un parti violemment raciste, nationaliste, et anti-ouvrier. Aujourd’hui comme hier, les idées propagées par ce parti sont une honte pour l’humanité et un poison mortel pour la classe ouvrière.

Cela dit, si incontestablement le Front National a gagné des voix depuis les élections départementales de 2015, il est faux de conclure « qu’une personne sur trois » aurait voté Front National et surtout que le FN serait représentatif des travailleurs et plus largement des classes populaires. Rappelons d’abord que près de 4 millions de personnes, dont de nombreux ouvriers, chômeurs et employés, soit 6% de la population, est privée du droit de vote parce qu’elle est de nationalité étrangère. Rappelons aussi que si au niveau national, on compte 50% de taux d’abstention, ces taux approchent ou dépassent les 70% dans de nombreux quartiers ouvriers. On compte ainsi 69% d’abstention sur l’ensemble de la ville de Saint-Denis et 61% des ouvriers se sont abstenus à l’échelle nationale.

Lire la suite

Turquie : Déloger un régime fascisant par des élections, mission impossible

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Un régime fasciste peut arriver au pouvoir par des élections, mais qu’il en soit viré par ces mêmes élections c’est un pari difficile. Les dernières élections en Turquie le prouvent.

Alors que beaucoup s’attendait à un recul logique de l’AKP, le parti fascisant, réactionnaire et clérical d’Erdogan, dans la continuité des élections du mois de juin et surtout parce que tout le mouvement social, les manifestations, les grèves, depuis quelques mois montrait le rejet de ce pouvoir dictatorial, lors des élections dimanche dernier l’AKP arrive tout de même à la première position avec la moitié de soufrages exprimés.

Lire la suite

Turquie : l’AKP perd la majorité absolue

Le Courrier International, 8 juin 2015 :

A l’issue des élections législatives du 7 juin, le parti de la Justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) a perdu la majorité absolue du Parlement. Avec plus de 10% des voix, le parti pro-Kurde, HDP y fête quand à lui son entrée.

Avec 41% des suffrages, soit 254 députés sur 550, le parti de la Justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) a perdu la majorité absolue au Parlement à l’issue des élections législatives qui se sont tenues en Turquie le 7 juin.

Lire la suite

Elections sous tension en Turquie

Selon les sondages, le HDP (Parti Démocratique des Peuples) pourrait dépasser la barre des 10% et entrer au parlement lors des élections législatives du 7 juin en Turquie. Coalition regroupant le parti kurde BDP (Barış ve Demokrasi Partisi) et des organisations de gauche ou d’extrême-gauche de Turquie comme le Yeşiller ve Sol Gelecek Partisi, le Devrimci Sosyalist İşçi Partisi ou le Emek Partisi, le HDP indique défendre un programme «à l’opposé de l’ultralibéralisme et de l’islamisme de l’AKP, mais aussi à l’opposé du nationalisme, point commun de tous les partis politiques en jeu». On y trouve donc des revendications de type syndicale, pour le droit des femmes (ainsi le HDP indique : « Nous condamnons sans équivoque la polygamie et les mariages forcés ») ou des minorités kurdes, alévis ou arméniennes.

Sorte de « Front de Gauche » en Turquie, il ne s’agit pas de transformer le HDP en parti communiste révolutionnaire ni de cacher les divergences. Il n’empêche que le HDP mobilise un certain nombre de militantes et de militants défendant des valeurs progressistes face aux réactionnaires de l’AKP et aux nationalistes. Et si le HDP obtient des députés ce sera au détriment de l’AKP du président Erdogan.

Lire la suite

Sur l’élection de Syriza

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le 25 janvier 2015, se tenait en Grèce des élections qui ont vu la victoire de Syriza, un parti de gauche se revendiquant anti-austérité. Alors qu’en Europe, cette victoire est saluée par toute les gauches anti-capitalistes, Syriza a déjà confirmé qu’il n’était en rien un parti de la classe ouvrière mais bien un parti nationaliste puisqu’à peine élu, l’organisation se rapprochait déjà du parti des Grecs indépendants, un parti souverainiste et au service des patrons.

Cette élection montre une fois de plus que la classe ouvrière n’a rien à attendre des élections ! Ce sera par nos luttes que nous arriverons à abattre le système capitaliste et construire la révolution communiste. Comme le disait Karl Marx « Les prolétaires n’y ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à y gagner ».

A propos du référendum en Ecosse

Article de Communisme-Ouvrier n°47, bulletin de l’Initiative Comuniste-Ouvrière :

Le référendum sur l’Indépendance de l’Écosse a donné « Non » vainqueur, malgré les espoirs des indépendantistes. Avec plus de 45% de « Oui », ils savent désormais qu’ils peuvent espérer gagner la prochaine fois, ce qui était loin d’être évident jusqu’ici. Et de toute façon, ils ont obtenu une autonomie encore plus large que celles dont ils disposaient auparavant. C’était un signe attendu par d’autres régions d’Europe où le séparatisme s’agite, comme on a pu le voir dans les récentes manifestations en Catalogne.

Ce qui est caractéristique de la période actuelle, c’est que ces séparatismes ne se présentent plus sous la forme antérieure des « nations opprimées », de la « lutte de libération nationale ». Certains de ces mouvements, loin de mettre en avant un contenu progressiste à l’indépendance, peuvent même être très à droite comme la Ligue du Nord en Italie. Ils ne sont pas non plus portés sur l’action armée, puisqu’ils portent leur séparatisme et/ou leur nationalisme au cœur des institutions.

Lire la suite

Après les élections européennes

Article paru dans « Communisme-Ouvrier » n°44, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Ceux qui ont tout fait pour rendre l’Union européenne détestable se plaignent de ce qu’un parti anti-européen arrive en tête des élections européennes… Le premier ministre qui mène une politique policière, raciste et anti-ouvrière, s’étonne qu’un parti policier, raciste et anti-ouvrier ait surclassé le sien.

Le système électoral français, conçu pour protéger les partis en place, a permis d’amortir le choc lors des municipales. Les élections européennes donnent une image à la fois plus réaliste et autrement déformée des rapports de force politique. Avec 4 147 212 voix, le Front national est incontestablement en tête, loin devant le parti socialiste et ses alliés écologistes. Mais cette fois, le système électoral permet à ces voix, qui représentent en réalité 8,1% de la population adulte du pays, d’obtenir 26% des suffrages exprimés et un tiers des députés européens.

Lire la suite

Egypte : « Sous les élections, le processus révolutionnaire continue »

Le Centre Egyptien d’Etude des Médias et de l’Opinion Publique vient de déclarer sur « l’Egypt Independent » à 17 H 30 aujourd’hui (28 mai) que la participation pour les deux premiers jours de vote aux élections présidentielles en Egypte s’est élevée à 7,5% sur l’ensemble du pays ( les nassériens disent que la participation est de l’ordre de 10 à 15% et les autorités de 30 à 35%) avec un maximum suivant les régions de 10,5% (Qena) et un minimum de 1,2% (Marsa Matrouh) !

Il y aurait eu une participation de 9,8% au Caire et de 6,7% à Alexandrie. Et cela malgré le fait que les autorités aient déclaré hier mardi, jour férié pour les fonctionnaires pour qu’ils puissent voter, que les magasins aient fermé plus tôt, que les transports aient été gratuits et malgré les menaces en tous genres… qui semblent avoir eu un effet inverse : aujourd’hui, les bureaux de vote sont quasi totalement vides. Ce qui devait être le grand jour de Sissi est son jour le pire. « Sous les élections, le processus révolutionnaire continue ».

Jacques

Le nationalisme, même de gauche, est un poison

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Dans le cadre des élections européennes de 2014, le Front de Gauche, et en particulier le Parti de Gauche, bien loin d’utiliser la tribune que sont les élections pour mettre en avant les intérêts communs de la classe ouvrière en Europe, et au-delà du monde entier, mène une campagne marqué par le chauvinisme et le nationalisme français.

En effet, lors de cette campagne, le principal mot d’ordre du Parti de Gauche est « Non à l’Europe américaine ». Le slogan n’est pas nouveau, cela fait au moins un an que le PG l’utilise. Il n’est pas nouveau non plus que ce parti se complaise dans le nationalisme et le chauvinisme. Mais cette fois, sous prétexte de dénoncer le « Grand Marché Transatlantique », c’est devenu le principal thème de campagne du PG.

Lire la suite

Les élections passent, les problèmes restent

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Si les élections municipales sont réputées être le scrutin le plus proche des citoyens, alors le scrutin du 23 mars reflète la distance entre la classe politique et la population. Si l’abstention est autour de 35% à l’échelle nationale, c’est parce qu’elle est plus faible dans les petites communes, où les élus ne se distinguent guère des autres habitants, elle monte au delà de 40% dans la plupart des villes de plus de 10 000 habitants. Si l’on regarde les dix plus grandes villes de France, pas une n’a un taux d’abstention inférieur a 43% (Paris, 43,73%), et il peut franchir la barre des 50% (Lille, 52,56%). Et même dans ces villes il peut montée au delà, comme dans le 19e arrondissement de Paris (49,97%) ou le 2e arrondissement de Marseille (54 %). Ce sont dans les villes et les quartiers ouvriers que l’abstention est la plus forte, dépassant parfois 60% comme à Roubaix (61.58%). Le désaveu pour la classe politique est lisible dans ces chiffres, ainsi que le ras-le-bol de la politique gouvernementale du PS qui continue les mêmes attaques contre la classe ouvrière que Sarkozy.

Les commentateurs se contentent de déplorer l’abstention, puis en font abstraction en raisonnant sur les intentions des électeurs uniquement sur la base des chiffres exprimés – qui perdent pourtant une bonne part de leur signification. Bien sur, on ne peut nier la hausse du FN, ni surtout le changement de stratégie de l’UMP a son égard – qui, en refusant le désistement en faveur du PS, pave la voie a un bloc conservateur droite et extrême-droite, qui se dessinait déjà dans les mobilisations réactionnaires récentes et tel qu’il existe dans d’autres pays d’Europe. Par contre, la « poussée du FN » doit être relativisée par la forte abstention. Ainsi à Hénin-Beaumont où le FN a été élu dès le premier tour, il n’a obtenu que 6.000 voix sur une population de 26.600 habitants. Il convient en plus de rappeler que, malgré les promesses électorales de Hollande, une partie de l’électorat populaire, les travailleurs immigrés, est toujours privée du droit de vote.

Lire la suite