Archives de Tag: EDL

Grève ouverte des journaliers d’EDL dans la Békaa à partir de lundi

L’Orient le Jour, 28 août 2016 :

Des employés journaliers d’Électricité du Liban (EDL) dans la Békaa ont annoncé samedi qu’ils comptaient observer une grève ouverte à partir de lundi.

Les travailleurs, qui réclament leur intégration dans la fonction publique, ont annoncé dans un communiqué que tous les départements de l’office autonome dans la Békaa seront fermés tant que leurs demandes ne seront pas satisfaites.

Publicités

Les journaliers d’EDL envisagent une nouvelle grève

L’Orient Le Jour, 14 février 2015 :

Les journaliers d’EDL devraient demander dans les prochains jours un nouveau report du concours administratif destiné à titulariser une partie d’entre eux au sein de l’entreprise publique. Certains de leurs représentants envisagent même de battre à nouveau le pavé dans le cas où leurs revendications ne seraient pas acceptées par Électricité du Liban.

Plus de 1 800 journaliers s’occupent de la maintenance des équipements et de la collecte des factures d’EDL. En 2012, ils ont été répartis entre les trois sous-traitants choisis par EDL : National Electricity Utility Company-Neuc, KVA et Bus. Mais la majorité revendiquent leur titularisation par EDL même. En avril 2014, le Parlement a voté une loi (n° 287) instituant un concours administratif afin de procéder en ce sens. Quelques mois plus tard, la direction d’EDL a publié une circulaire fixant le nombre de places disponibles à seulement 897, suscitant un mouvement de grève des journaliers de près de quatre mois avant qu’un accord politique y mette fin en décembre dernier. Celui-ci, aux contours assez flous, avait laissé espérer aux grévistes une solution ne laissant personne sur le carreau.

Lire la suite

Les journaliers d’EDL continuent la lutte

L’Orient le Jour, 4 septembre 2014 :

Voilà plus de trois semaines que certains anciens journaliers d’Électricité du Liban (EDL) – aujourd’hui employés par les trois entreprises privées en charge du réseau de distribution électrique – font grève et bloquent l’accès aux bâtiments de l’office.

Liban : La lutte des journaliers d’EDL continue

L’Orient le Jour, 20 août 2014 :

Des journaliers d’EDL bloquent depuis plusieurs jours l’accès au siège de l’office à Mar Mikhaël (Beyrouth) en signe de protestation contre la publication par la direction d’EDL d’un mémorandum chiffrant les places vacantes au sein de l’office à 897, et donc n’incluant pas la totalité des quelque 1700 journaliers. Ces derniers disent être déterminés à poursuivre leur grève ouverte et leur mouvement de protestation jusqu’à obtention de leurs revendications.

Dans ce contexte, le Conseil d’administration d’EDL a décidé mercredi de porter plainte contre trois journaliers impliqués dans le blocage de l’accès à l’office.

Lire la suite

Les journaliers à la direction d’EDL : Vous nous traitez comme des esclaves…

L’Orient Le Jour, 14 août 2014 :

Les journaliers d’Electricité du Liban (EDL) ont accusé jeudi l’administration de l’office d’avoir « provoqué la ruine de ce secteur pendant 15 ans ».

« Les contrats des sociétés prestataires avec EDL prennent fin en 2016. Les postes vacants qui vont en résulter devraient revenir aux journaliers. Les dangers et les coûts que l’EDL va subir, en attendant de trouver des remplaçants aux journaliers et des solutions au problème, seront supérieurs à ceux de l’inscription au cadre de tous les journaliers », ont martelé les journaliers lors d’une conférence de presse qui se tenait tout juste après une autre conférence de la part du président-directeur général de l’EDL Kamal Hayek, dans laquelle il affirmait que c’est la direction de la compagnie qui détermine les postes vacants.

Lire la suite

Journaliers d’EDL : la contestation se poursuit

L’Orient le Jour, 14 août 2014 :

Les journaliers d’Électricité du Liban (EDL) ont organisé un nouveau sit-in, hier matin, devant le siège de l’office à Beyrouth, bloquant ainsi l’accès du bâtiment à la plupart des employés. Les protestataires contestent avec la même fermeté la décision du fournisseur d’électricité d’inscrire un nombre limité de journaliers au cadre (897, selon EDL). Les responsables du mouvement ont par ailleurs donné des assurances en début de matinée sur le caractère pacifique de la démonstration, prenant ainsi leurs distances avec les incidents qui avaient éclaté la veille. Rappelons en effet qu’à l’occasion de la journée de mobilisation de mardi dernier, des protestataires avaient soudé certaines portes de l’office, brûlé des pneus sur la voie publique et bloqué la circulation au niveau de l’avenue Charles Hélou, à Beyrouth.

Présent sur place, le chef du comité des journaliers Lebnan Makhoul est monté au créneau pour accuser EDL, ainsi que les entreprises liées au fournisseur depuis 2012 pour sous-traiter une partie de la distribution d’électricité, de « gaspiller les fonds publics ». Il a ainsi annoncé avoir transmis aux médias un document corroborant ses propos. Il a également assuré « ne plus aspirer personnellement à entrer au cadre d’EDL », considérant que « répondre de ses accusations devant la justice sera pour lui une question d’honneur ». M. Makhoul a enfin fait état de pressions qui auraient été exercées à l’encontre des journaliers.

Lire la suite

Colère des journaliers de l’EDL au Liban

L’Orient Le Jour, 13 août 2014 :

Il semblerait que la situation à Électricité du Liban ait atteint un point de non-retour. Les journaliers, furieux de la décision de la direction d’avoir chiffré le nombre de places vacantes à 897, ont lancé une grève ouverte et empêchent les employés d’accéder à leur lieu de travail.

Pour le troisième jour consécutif, les journaliers d’Électricité du Liban (EDL) ont empêché les employés d’accéder à leurs bureaux, bloqué l’avenue Charles Hélou devant le siège de l’office autonome et brûlé des pneus, causant de terribles embouteillages à l’entrée nord de Beyrouth. Ils protestent depuis samedi contre la publication par le conseil d’administration d’EDL d’un mémorandum chiffrant les places vacantes de l’office à 897. Comme le stipule la loi approuvée par le Parlement en avril dernier, ce document sera transmis au Conseil de la fonction publique, qui devra organiser un concours dans l’objectif de cadrer les journaliers.

Lire la suite