Archives de Tag: Douai

Nouveau blocage du site Amazon à Lauwin-Planque

En lutte contre la loi travail et pour des hausse de salaire, les travailleuses et travailleurs ont pour la deuxième journée consécutive bloqué le site Amazon à Lauwin-Planque dans l’agglomération de Douai ce jeudi 26 mai.

amazon2

Photo d’archive (blocage du 25 mai)

Grève chez Amazon contre la loi travail et pour les salaires

Le Point, 25 mai 2016 :

La contestation s’étend. Trois des quatre sites en France du géant américain de la distribution en ligne Amazon étaient touchés mercredi par un mouvement de grève portant sur des revendications salariales et le retrait de la loi travail, à l’appel de la CGT, a-t-on appris de sources concordantes.

amazon7

Des salariés des sites de Douai (Nord), Montélimar (Drôme) et Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) se sont exprimés mercredi en assemblée générale en faveur d’une grève illimitée, a indiqué la CGT. Dans la matinée, le mouvement concernait 150 salariés à Douai, 60 à Montélimar et 50 à Chalon-sur-Saône, selon le syndicat, majoritaire sur ces trois sites, qui s’attendait à une participation équivalente des autres équipes, a précisé à l’Agence France-Presse Arnaud Chemain, secrétaire fédéral. Il a fait état de points de blocage devant les sites. La grève devrait s’étendre jeudi au siège de l’entreprise, à Saran (Loiret).

Lire la suite

Blocage des sites Amazon

Ce mercredi 25 mai au matin, les travailleuses et travailleurs en lutte contre la casse du code du travail ont bloqué les sites Amazon à Douai, Montélimar  et Chalon-sur-Saône.

Douai :

amazon1amazon2 Lire la suite

Douai : Violences policières intolérables

Communiqué de l’Union Locale de Douai  :

Ce samedi 16 avril 2016 à Dechy, le Ministre Patrick KANNER venait inaugurer un city stade. Nous avons profité de cette occasion pour l’interpeller sur la loi travail. Une délégation de 5 camarades de la CGT a donc été reçue par ce même individu, en présence du sous-préfet et du maire de Dechy.

Ce ministre ou ce sinistre nous a rit au nez pendant 30 minutes, avec affirmation et mépris il nous a affirmé que la loi travail ne sera jamais retirée et qu’elle passera par tous les moyens.

Lire la suite

Douai : les manifestants veulent du travail mais pas la loi Travail El Khomri

La Voix du Nord, 11 mars 2016 :

Douai attire les travailleurs. Ils sont venus à 900 selon la police et 2000 selon la CGT, de Seclin, Armentières… Ils voulaient dire, ce vendredi matin, tout le mal qu’ils pensent de la réforme du Code du travail. Les ouvriers ont fait connaissance avec des jeunes du cru, des lycéens, majoritairement du lycée Rimbaud de Sin-le-Noble.

La voix du peuple taille en pièce la loi Travail portée par Myriam El Khomri sur la place d’Armes avant d’aller se répandre aux abords de la gare SNCF et dans les rues du centre-ville. Ce vendredi matin, Marc Hollande, un Douaisien militant, joue les penseurs : « Si les petits poissons meurent, les baleines mourront aussi. » Les « petits poissons » étaient neuf cents selon la police, « près de deux mille » selon la CGT, pour dire tout le mal qu’ils pensent de « cette loi liberticide », pour reprendre l’expression de Mickaël Wamen, ex-salarié des Goodyear à Amiens. Lui s’est occupé de l’oraison funèbre « des baleines » : « Ils (les patrons) n’en ont rien à foutre du Code du travail. Les emplois, ils les détruisent par milliers. Où est le million d’emploi promis par Pierre Gattaz moyennant des baisses d’impôts et des cotisations sociales ? »

Lire la suite

A-t-on encore le droit d’être malade chez Renault-Douai ?

La Voix du Nord, 5 février 2016 :

Cela fait sept ans que Nicolas Riquoir travaillait chez Renault. Mais il ne fera pas une année de plus. Le 28 décembre, l’entreprise douaisienne l’a informé de son licenciement. Ses 16 jours d’arrêt maladie en 2015 auraient perturbé de manière significative son service. Le Noyellois a décidé d’attaquer aux Prud’hommes.

Nicolas Riquoir n’en revient toujours pas. D’autant plus qu’il a le sentiment de s’être fortement investi dans cette entreprise.

Lire la suite

Somain : Fret SNCF continue sa saignée des effectifs sur la plate-forme de triage

lavoixdunord.fr, 06/03/2015

À nouveau, la gare de triage de Somain a perdu des effectifs. Depuis le début de l’année, vingt postes ont été supprimés. Vingt postes qui s’ajoutent aux trente-trois de 2014 et à tous ceux perdus depuis 2007.

753109583_B974949008Z.1_20150306142807_000_GTP43RI8P.1-0

Pas d’amélioration en vue sur le marché de l’emploi à Fret SNCF en 2015 dans le Nord – Pas-de-Calais et ce malgré une hausse des produits du trafic, un fait plus constaté depuis 2007. Mieux, une hausse des volumes est envisagée cette année. Pour autant, nationalement, la direction prévoit de supprimer plus d’un poste par jour cette année, soit environ quatre cent cinquante-sept postes supplémentaires. Fret SNCF a perdu quatre mille deux cents agents en passant ses effectifs de onze mille cent quarante-quatre agents à six mille neuf cent quarante-sept entre 2010 et 2015. Fret SNCF veut réduire ses frais de structure qui ont diminué bien moins que les postes de production. La plate-forme de Somain n’échappe pas à une énième baisse des effectifs. Depuis le début de l’année, ce sont vingt postes qui ont été supprimés dans le personnel de structure. Ils s’ajoutent aux trente-trois postes supprimés en 2014 et aux cinquante-deux en 2013. Lire la suite

Douaisis : une manifestation des lycéens prévue contre le transport scolaire payant

La Voix du Nord, 3 septembre 2014 :

Parce qu’il refuse de « payer la mauvaise gestion du SMTD » (Syndicat mixte des transports du Douaisis) – qui se traduit à ses yeux par la mise à contribution financière des famillesà hauteur de 100 euros par an (1) – le Syndicat général des lycéens (SGL) appelle les lycéens douaisiens, et leurs voisins, à se mobiliser le jeudi 11 septembre. Une manifestation est prévue ce jour-là au départ de la place d’Armes.

Le projet était dans les tuyaux depuis quelque temps déjà. Le SGL, qui avait fait part le 25 août au président Hatu de son opposition farouche à la décision du SMTD de faire payer les familles, s’est rapproché depuis de la CGT pour organiser une manifestation jeudi prochain. « Nous ne sommes pas dupes, le vrai problème est l’état financier du SMTD, tonne Gaëtan Helon, représentant du SGL douaisien. Après le fiasco sans précédent du tram, il est inimaginable qu’on ose demander aux familles de payer cent euros par lycéen pour pouvoir aller étudier ! C’est pourquoi, avec le soutien de parents, nous appelons à cette mobilisation le 11 septembre. Des cortèges partiront des lycées de la ville vers la place d’Armes. On invite les élèves à rester aux portes de leur bahut (2). Il faut que tous les élèves des lycées de Douai et des villes voisines, généraux ou professionnels, rejoignent notre mouvement. Aujourd’hui, c’est Marche ou paye ! »

Lire la suite

La cour d’appel de Douai donne raison aux ex-salariés de Continental

La cour administrative d'appel de Douai a rejeté jeudi la requête du groupe Continental, qui contestait l'annulation du licenciement pour motif économique d'anciens salariés de l'usine de pneus de Clairoix, décidée en février 2013 au conseil des prud'hommes de Compiègne (photo).

La cour administrative d’appel de Douai a rejeté jeudi la requête du groupe Continental, qui contestait l’annulation du licenciement pour motif économique d’anciens salariés de l’usine de pneus de Clairoix, décidée en février 2013 au conseil des prud’hommes de Compiègne (photo).

Le Parisien, Jeudi 22 Mai 2014

C’est une nouvelle victoire pour les salariés de Continental dans le bras de fer qui les opposent à la direction. La cour administrative d’appel de Douai a en effet rejeté la requête du groupe allemand de pneumatiques, qui demandait l’annulation du licenciement pour motif économique d’anciens salariés de l’usine de pneus de Clairoix (Oise) qui a fermé début 2010. Près de 700 d’entre eux (sur 1113 salariés licenciés) avaient en effet contesté le motif avancé par la direction pour justifier leur licenciementLire la suite

Librairies Chapitre : la CGT appelle à occuper les locaux

Les librairies Chapitre baissent définitivement leur rideau lundi soir. La Confédération générale du travail (CGT) a appelé « à occuper de façon illimitée » les magasins non repris pour obtenir « des garanties d’indemnités décentes », pouvait-on lire sur le site du premier syndicat du réseau des librairies Chapitre (groupe Actissia), qui comptaient 57 établissements répartis dans tout l’Hexagone et 1 200 salariés. Ce réseau a été placé en liquidation judiciaire le 2 décembre mais avait été autorisé à poursuivre l’activité jusqu’à ce lundi.
Ce même jour, le tribunal de commerce de Paris doit examiner la troisième et dernière vague de dix offres de reprise qui ne permettra pas, quoi qu’il arrive, de sauver tous les emplois. Sur les 57 librairies d’origine, 26 ont en effet d’ores et déjà trouvé un repreneur. Selon la CGT, sur les 31 qui restent, 21 sont condamnées dès aujourd’hui : celles d’Altkirch, Aubenas, Boulogne-sur-Mer, Calais, Colmar, Cannes, Douai, Dijon, Evreux, Forbach, Guebwiller, Lyon, Montbéliard, Mulhouse, Nancy, Nantes, Narbonne, Reims, Romans-sur-Isère, Tarbes et Tours. Lire la suite