Archives de Tag: Doha

Doha réforme sa loi sur les travailleurs étrangers, les ONG dénoncent un « simulacre »

Portail humanitaire, 30 octobre 2015 :

Critiqué pour les mauvaises conditions de travail des ouvriers étrangers sur les chantiers du Mondial-2022, le Qatar a aménagé sa loi sur les travailleurs, sans pour autant convaincre ses détracteurs.

L’émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani a promulgué mardi 27 octobre une nouvelle loi sur les travailleurs étrangers, alors que le pays était régulièrement critiqué notamment à cause de son système de parrainage controversé qui met ces travailleurs à la merci des employeurs qataris.

Lire la suite

Publicités

Au Qatar, des travailleurs immigrés forcés à courir un marathon

Des travailleurs bangladais, népalais ou pakistanais, en jeans et en tongs, en pleine chaleur, amenés par vagues en bus depuis leurs dortoirs, avec l’obligation de courir et l’interdiction d’abandonner, C’est la vision qu’a offerte un marathon organisé à Doha, au Qatar, vendredi dernier. Al-Sadd, le principal club de sport du Qatar, voulait tout simplement battre le record du monde de coureurs engagés sur un marathon (50 000 selon le Guinness Book). 

marathon-au-qatar-2006-632456_w1020h450c1cx23250cy10050

libé, l’express.fr, 4/04/2015

Déjà pointé du doigt pour ne pas respecter les conditions de travail, le Qatar aurait obligé des ouvriers immigrés à participer au marathon qui s’est tenu le vendredi 27 mars à Doha, selon The Telegraph. Des participants racontent : «Plusieurs travailleurs essayaient de partir, mais on leur ordonnait de faire demi-tour. Les organisateurs leur criaient dessus, leur disant de rester et de franchir la ligne d’arrivée.» Un des participants, dans des propos rapportés par Doha News, explique même qu’il s’agissait «d’un des événements les plus chaotiques et mal organisés auquel j’ai eu le déplaisir de participer.» Lire la suite

Violences physiques et sexuelles, l’histoire choquante des employées de maison au Qatar

Amnesty International, 23 avril 2014 :

Dans son rapport rendu public mercredi 23 avril, Amnesty International dénonce l’absence de protection des employées de maison migrantes victimes d’exploitation, notamment de travail forcé et de violences physiques et sexuelles.

Intitulé My sleep is my break”: Exploitation of domestic workers in Qatar, ce rapport dépeint un sombre tableau de la situation des femmes qui sont recrutées pour travailler au Qatar sur la base de fausses promesses quant à leurs salaires et à leurs conditions de travail. Elles se retrouvent à trimer de très nombreuses heures, sept jours sur sept et certaines femmes endurent des violences physiques et sexuelles épouvantables.

Lire la suite

Qatar : un pays en chantier… au mépris des droits des ouvriers

France Info, 25 novembre 2013 :

Esclavage moderne, travail forcé : comment vivent les ouvriers du Qatar ? Venus d’Asie pour l’essentiel, ces travailleurs migrants bâtissent l’Emirat qui doit accueillir la Coupe du Monde de football en 2022. Certains y laissent leur vie : 44 ouvriers népalais seraient morts entre début juin et début août l’été dernier, selon le quotidien britannique The Guardian. D’autres sont exploités. La semaine dernière, Amnesty International dénonçait des salaires non payés, des logements insalubres ou conditions de travail dangereuses.

A Doha, pas un coin de ciel sans une forêt de grues, pas une route sans palissade… Les ouvriers sont à l’œuvre partout. Au total, 500.000 migrants (un quart de la population du Qatar) sont venus d’Inde, du Népal ou des Philippines pour bâtir des tours, des routes, des métros, et bien sûr les futurs stades de la Coupe du Monde de football de 2022.

Lire la suite

Mondial 2022 : les damnés de Doha

Le Monde, 20 octobre 2013 :

Ses anciens compagnons de chambrée ne se souviennent plus de son nom de famille. Tout juste se rappellent-ils qu’il se prénommait Perumal, qu’il avait la quarantaine et qu’il venait du sud de l’Inde. L’homme avait débarqué au mois de juin dans la pièce insalubre qui leur sert de dortoir, à Al-Khor, une localité du Qatar, balayée par le vent du désert. Tout l’été, il avait trimé à leurs côtés, onze heures par jour et six jours par semaine, sur l’un des chantiers qui prolifèrent dans cet émirat depuis qu’il s’est vu confier l’organisation de la Coupe du monde 2022. « Notre employeur avait refusé de nous accorder la pause qui est prévue par la loi entre 11 h 30 et 15 heures, durant les deux mois les plus chauds de l’année », où la température peut monter jusqu’à 50 °C, témoigne un ex-collègue.

L’aurait-il voulu, le charpentier du Kerala n’aurait pas pu changer d’emploi ou rentrer chez lui. Pilier de la vie économique du Qatar, le pays doté du PIB par habitant le plus élevé au monde (110 000 dollars par an), la règle du sponsor (kafala en arabe) interdit à tous les employés étrangers, y compris les Occidentaux, de rompre leur contrat sans l’aval d’un tuteur qui est souvent leur patron. En dépit de ces contraintes, qui confinent au travail forcé, Perumal se cramponnait aux rêves ordinaires des petites mains de la péninsule Arabique : faire vivre la famille restée au pays, revenir dans trois ou quatre ans avec un pécule suffisant pour marier une fille ou construire une maison.

Lire la suite

Esclavagisme sur les chantiers du Qatar

BFM, 27 septembre 2013 :

Selon des informations du quotidien britannique The Guardian, une quarantaine de travailleurs népalais seraient morts sur des chantiers du pays hôte du mondial de foot 2022. Plusieurs organisations internationales s’étaient déjà alarmé des conditions de travail déplorables dans le pays. Ce vendredi 27 septembre, c’est au tour des instances sportives, FIFA et Comité d’organisation du Mondial, de se poser la question de maintenir l’événement à Doha.

Depuis plusieurs années, la ville de Doha est un chantier à ciel ouvert. Avec la coupe du monde de foot à venir, les travaux sont passés à la vitesse supérieure. Le Qatar a prévu d’investir 200 milliards de dollars pour les 10 prochaines années.

Mais l’envers du décor est sombre. Une main d’œuvre étrangère qui travaille dans des conditions irrespectueuses des droits les plus fondamentaux, des règles de sécurité inexistantes, des passeports confisqués, des salaires payés avec des mois de retard. On parle aussi de privations d’eau potable, dans un pays où les températures peuvent atteindre les 50 degrés.

Lire la suite

Manifestation exceptionnelle sur le climat et l’emploi au Qatar.

DOHA (Reuters) – Le Qatar a exceptionnellement autorisé samedi une manifestation qui a réuni 300 personnes dans le centre de Doha pour exiger des mesures de lutte contre le réchauffement climatique et de meilleures conditions de travail pour les migrants.

img_606X341_0112-DOHA-CLIMATE-CHANGE

Les manifestants, principalement des étrangers qui participent à la réunion sur le climat qui se déroule dans l’émirat jusqu’au 7 décembre, ont scandé des slogans appelant les dirigeants arabes à montrer l’exemple dans ce domaine.

Le Qatar est le premier pays du monde pour l’émission de gaz à effet de serre par habitant.

Les négociations, auxquelles participent quelque 200 pays, visent à prolonger le protocole de Kyoto, traité qui s’inscrit dans la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques et qui demande à une quarantaine de pays développés de réduire d’au moins 5,2% leurs niveaux d’émissions de CO2 de 1990 pour la période 2008-2012.

Dans le cortège qui a défilé au pied des gratte-ciel devant le front de mer, des manifestants ont réclamé plus de liberté pour les ouvriers migrants qui représentent 94% de la population active du pays.

Lire la suite