Archives de Tag: délocalisations

Groupe FERRO ATLANTICA : Grosses menaces de délocalisation des usines Européennes

Article d’un correspondant de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Une délégation de cadres de FERROPEM a été auditionné par la commission de développement durable de l’assemblée nationale.

Le directeur du groupe FERROPEM a indiqué que l’augmentation du prix de l’énergie consécutive à la fin des tarifs publics et à libre concurrence fin 2015, mettait en péril les industries dites « électro-intensives » comme l’électro-métallurgie.

Lire la suite

Illzach : baroud d’honneur des salariés de Schindler avant la fermeture

Un dernier débrayage pour l’honneur. Une cinquantaine de salariés et d’anciens de la société d’ascenseurs Schindler s’est réunie sur le site pour marquer le dernier jour d’activité de leur entreprise, délocalisée en Slovaquie. 123 postes auront été supprimés.

Un dernier barbecue devant l'usine avant la fermeture.

Un dernier barbecue devant l’usine avant la fermeture.

Barbecue devant l’usine, une dernière fois. Ce 31 juillet marque le dernier jour d’activité de la production de cabines d’ascenseurs sur le site alsacien de la société suisse Schindler. Les derniers salariés et leurs anciens collègues ont tenu à se rassembler une dernière fois en souvenir des grèves et de leurs années passées à travailler à Illzach.   Lire la suite

Etats-Unis : Ouvriers en lutte, à l’école des ex-Samsonite

Regards, 30 octobre 2012 :

Le fonds d’investissement créé par Mitt Romney délocalise une usine américaine en Chine. Résultat des courses : 170 licenciements. Mais pour la première fois de leur vie, les employés ont décidé de lutter.

Les anciens ouvriers de Samsonite d’Hénin-Beaumont (France) solidaires de la lutte des travailleurs de l’usine Sensata de Freeport (Etats-Unis)

Mitt Romney a promis la guerre économique à la Chine, mais c’est contre l’ouvrier américain que son fonds d’investissement Bain Capital la livre. L’entreprise passée maître dans l’art de la délocalisation a racheté l’usine Sensata de Freeport près de Chicago en janvier 2011. La sentence n’a pas tardé à être rendue : ses 170 employés seront licenciés le 5 novembre. Non pas que les 500 millions de dollars de bénéfices réalisés au second trimestre par l’usine de fabrication de composants automobile ne permettaient plus de les payer, mais l’attrait d’ouvriers chinois payés 99 centimes de dollars par heure et travaillant 75 heures par semaine, 7 jours sur 7, a été trop grand.

Aucun des ouvriers de l’usine n’est syndiqué. Mais pour la première fois de leur vie, les employés de Sensata ont décidé de lutter. Depuis le 12 septembre, ils se relaient nuit et jour en face de l’usine, où ils ont monté un camp. Ils ont mis Mitt Romney au défi de venir les soutenir, sans résultat. Le candidat Républicain n’est plus à la tête de Bain Capital, mais il profite des millions investis dans ses filiales. Ainsi en 2011, il a fait virer 405 000 dollars (313 000 euros) de ses bénéfices depuis Sensata vers une fondation qui lui appartient, évitant ainsi de payer des impôts.

Lire la suite

Confusion autour d’éventuelles fermetures de sites chez PSA

L’ambiance sociale au sein PeugeotCitroën risque de se tendre dans les prochains mois. Selon la CGT qui a diffusé un document confidentiel de la direction, la fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois en région parisienne, serait d’ores et déjà prévue. Un autre site dans l’Hexagone serait concerné ainsi qu’un autre en Espagne. Au total selon le syndicat, 6.200 emplois seraient menacés. La direction de PSA dément.

La CGT aurait mis la main sur un document confidentiel de la direction de PSA. Selon le syndicat, il envisagerait la fermeture de deux sites en France avec 6.200 suppressions de postes à la clé. Il s’agit des site d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) « courant 2014 » et celui de Sevelnord (Nord) en 2013.

Lire la suite