Archives de Tag: Dammartin-en-Goële

Le conflit des chauffeurs de bus se durcit aux Courriers d’Ile-de-France

Le Parisien, 6 mai 2015 :

« Ça n’est que partie remise! Nous ne sommes pas des délinquants mais des salariés qui veulent être entendus ! » Entourés par les CRS, les grévistes des Courriers d’Ile-de-France (CIF), filiale de Keolis donnent une dernière fois de la voix, avant de quitter ce mardi, vers 17 h 15, le siège de la SNCF, à Saint-Denis, dans lequel ils ont pénétré de force deux heures plus tôt.

CIF1

La chaîne et le cadenas posés sur la grille d’entrée par le personnel de sécurité sont enfin retirés, pour permettre une sortie dans le calme.

Lire la suite

Publicités

Dammartin-en-Goële : la décision minable d’Aldi

Les salariés de l’enseigne de grande distribution, évacués pendant l’assaut lancé contre les frères Kouachi, devront rattraper leurs heures. Tout le cynisme patronal d’Aldi face aux salariés confrontés aux assauts et affrontements avec les frères Kouachi.

Des salariés d'Aldi avaient été empêchés de travailler lors de l'assaut du GIGN et du Raid contre les frères Kouachi à Dammartin-en-Goële. © Sipa

Des salariés d’Aldi avaient été empêchés de travailler lors de l’assaut du GIGN et du Raid contre les frères Kouachi à Dammartin-en-Goële. © Sipa

Le Point, le 20/01/2015

« Nous sommes tous Charlie » n’aura pas duré longtemps… Vendredi 9 janvier, les employés d’Aldi Marché à Dammartin-en-Goële sont évacués vers 16 h 20 par mesure de sécurité. Le Raid et le GIGN s’apprêtent en effet à donner l’assaut contre une imprimerie où se sont réfugiés les frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo. Les employés ne peuvent donc pas effectuer complètement leurs sept heures quotidiennes de travail. D’autres salariés n’ont même pas pu gagner leur lieu de travail puisque les routes étaient barrées. En tout, une vingtaine de personnes ont été totalement ou partiellement empêchées de travailler. Lire la suite

Dammartin-en-Goële : des salariés lésés après leur évacuation lors de l’assaut

francetvinfo.fr, leparisien.fr 20/01/2015

Une vingtaine d’employés d’Aldi se sont vu retirer les heures de travail non effectuées du fait de leur évacuation à la suite de la neutralisation des frères Kouachi.

Dammartin-en-Goële, le 9 janvier. Le dispositif de sécurité a empêché certains employés d’Aldi de rejoindre leur poste de travail et obligé d’autres à partir avant la fin de leur journée. Aucune retenue sur salaire ne sera effectuée, mais ils devront rattraper le temps de travail. (LP/V.R.)

Dammartin-en-Goële, le 9 janvier. Le dispositif de sécurité a empêché certains employés d’Aldi de rejoindre leur poste de travail et obligé d’autres à partir avant la fin de leur journée. Aucune retenue sur salaire ne sera effectuée, mais ils devront rattraper le temps de travail. (LP/V.R.)

L’entreprise dément toutes les accusations qui pèsent sur elle. Une quinzaine de salariés de la société Aldi à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) avaient affirmé, par la voix d’un syndicat, qu’ils devaient rattraper des heures de travail qu’ils n’avaient pu effectuer, vendredi 9 janvier, en raison de l’assaut préparé puis donné contre les frères Kouachi, retranchés ce jour-là dans un entrepôt à proximité. La direction d’Aldi apporte des précisions, mardi 20 janvier. Lire la suite