Archives de Tag: crise

Quelque 7.000 Irlandais en prison pour ne pas avoir payé leurs dettes

Les Echos, 29 décembre 2011 :

L’année qui s’achève a été très mauvaise pour plus de 7.000 citoyens de l’île d’Emeraude (données jusqu’à la fin novembre). La raison ? Ils ont fini sous les verrous parce qu’ils n’ont pas payé dettes et amendes. Un nombre record pour l’Irlande, constate « The Irish Times ». Sur l’ensemble de l’année 2010, les infortunés qui ont connu ce sort ont été 6.683. Un chiffre qui était déjà bien supérieur à celui de 2.500 personnes emprisonnées pour ces raisons en 2008. En toute évidence, la crise a eu un impact important dans la montée en flèche des « délits » d’impayés.

La quasi totalité des Irlandais en prison le sont pour ne pas avoir payé leurs amendes. Fin novembre, seulement 29 d’entre eux étaient au cachot pour ne pas avoir remboursé des dettes civiles. L’emprisonnement pour ce type d’infractions est vivement critiqué dans le pays frappé par la crise.

Lire la suite

Face aux attaques contre notre classe sociale : Ne nous laissons pas diviser !

Editorial de « Communisme-Ouvrier » n°15 (décembre 2011), bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Les plans d’austérité du gouvernement se suivent et se ressemblent. A chaque fois, il s’agit, encore et toujours, de nous faire payer à nous, travailleuses et travailleurs, le prix de la crise du capitalisme. Le dernier des plans de rigueur, annoncé le 7 novembre par Fillon, vise à économiser 7 milliards d’euros sur notre dos : hausse du taux réduit de la TVA porté de 5,5% à 7% , soit une hausse des prix ; gel de la revalorisation de la plupart des prestations sociales à 1% pour 2012, indexée non plus sur l’inflation mais sur la croissance ; et enfin l’application anticipée de 2018 à 2017 de la réforme des retraites qui relevait en 2010 à 62 ans l’âge légal de départ à la retraite. C’’est ainsi que, dans les ateliers et les services, bien des salariés ont appris que leur départ en retraite est repoussé de plusieurs mois.

Aux attaques de ce plan d’austérité s’ajoutent d’autres mesures contre les travailleurs, comme la tentative d’imposer un quatrième jour de carence en cas d’arrêt maladie dans le secteur privé et la mise en place d’un jour de carence dans le public ou la mise en place du travail obligatoire, sous-payés, pour les allocataires du RSA.

Lire la suite

Grèves en Chine: Le gouvernement craint une explosion sociale

Le site RTL Infos rapporte dans un article daté du 5 décembre 2011 qu’un haut responsable du PC chinois (qui est au communisme ce que DSK est au mouvement ouvrier) a appelé les provinces du pays à être mieux préparées à « l’impact négatif » du ralentissement de la croissance économique, laissant transparaître l’inquiétude du gouvernement face à la montée des conflits sociaux.

Des milliers de travailleurs de diverses entreprises ont fait grève ces dernières semaines dans le Sud manufacturier et exportateur de la Chine. Ils protestaient contre des licenciements et des réductions de salaire liés à une baisse de la demande dans les pays occidentaux, notamment dans une Europe surendettée.

Lire la suite

Chine : Nouvelle vague de luttes ouvrières face à la crise du capitalisme

L’Est Républicain, 27 novembre 2011 :

La province méridionale du Guangdong, coeur de l’atelier du monde en Chine, a connu ces dernières semaines une nouvelle vague de grèves tandis que les exportateurs chinois sont confrontés à une hausse des coûts et à des difficultés sur les marchés européen et américain.

Les grévistes et manifestants ont fait face à un fort déploiement policier, avec parfois des heurts.

Les ouvriers, en général des migrants venus de l’intérieur du pays, protestent contre la faiblesse de leurs salaires et des conditions de travail souvent exténuantes, dangereuses et humiliantes.

Lire la suite

Travailleurs pauvres : La face cachée du modèle allemand

CGT, 22 novembre 2011 :

Selon une enquête du syndicat IG Metall, en 2010, 43 % des emplois créés étaient des contrats intérimaires, 42 % des contrats à durée déterminée (CDD) et seulement 15 % des contrats à durée indéterminée (CDI).

Le « modèle allemand », dont on nous rebat les oreilles masque aussi des niveaux de rémunération inacceptables. C’est ainsi que selon l’Institut de recherche économique allemand DIW, 1,2 million de personnes travaillaient en 2010 pour un salaire horaire brut de 5 euros ou moins et 5,8 millions de salariés touchaient moins de 8,5 euros de l’heure. Les syndicats réclament la création d’un salaire minimum généralisé de 8,5 euros brut de l’heure. Un salaire minimum de 7,79 euros de l’heure à l’ouest et 6,89 euros à l’est du pays a déjà été voté cette année pour les seuls travailleurs temporaires, dont le nombre a plus que doublé en dix ans.

Etats-Unis : Protestation à l’Ouest

Le Courrier International, 3 novembre 2011 :

Initié à New York, le mouvement anti-Wall Street se déplace maintenant sur la côte pacifique des Etats-Unis. Des actions menées le mercredi 2 novembre à Oakland et à Seattle placent ces villes en pointe de la vague de contestation qui secoue le pays.

A Oakland, le 2 novembre, une grève générale a été convoquée : près de 7 000 personnes y ont participé et ont occupé le port local, le cinquième en importance aux Etats-Unis. « L’événement s’est déroulé dans le calme, mais, aux petites heures de la nuit, la police a eu recours aux tirs de gaz lacrymogène et de grenades incapacitantes pour tenter d’amener les protestataires à quitter un bâtiment vacant dans lequel ils s’étaient réfugiés », rapporte The Oakland Tribune – qui tient un blog en direct de la manifestation. Une quarantaine de personnes ont été arrêtées et un groupe de « casseurs » s’est détaché de la masse des protestataires pour envahir les rues du centre-ville. Cette grève était pour les organisateurs l’occasion de faire revivre le riche passé d’Oakland. En 1946, un mouvement social spontané, lancé sans que les syndicats n’aient adressé de mot d’ordre, y avait rassemblé des centaines de gens et reste l’un des hauts faits de la lutte pour les droits des travailleurs aux Etats-Unis.

Lire la suite

Le port d’Oakland bloqué par les manifestants

Dépêche AFP, 3 novembre 2011, dans le cadre de la journée de mobilisation du 2 novembre, les manifestants ont réussi à bloquer le port à Oakland (Californie) :

Le quatrième port des Etats-Unis, Oakland, sur la côte californienne (ouest) était fermé jeudi matin depuis la veille au soir en raison d’une marche de protestataires anti-Wall Street, ont indiqué les autorités portuaires.

Reportage d’Euronews :

« Les opérations maritimes sont fermées au port d’Oakland. Elles reprendront quand la sécurité sera garantie », avait indiqué la direction du port mercredi en début de soirée. « Nous espérons que le travail pourra reprendre demain (jeudi) et que les employés du port pourront gagner leurs postes de travail sans incident », avait-elle ajouté dans un communiqué.

Lire la suite