Archives de Tag: Creil

Rendez-vous pour les manifestations du 5 avril dans l’Oise

Après le succès du 31 mars avec plus de 1 million de manifestants partout en Frane, nouvelle journée de mobilisation pour exiger le retrait du projet de loi Travail le mardi 5 mars. Dans l’Oise :

31mCompiègne

Deux manifestations dans l’ Oise pour le  Retrait du projet de loi El Khomri à l’appel de l’intersyndicale départementale CGT, FO, FSU, Solidaires
mardi 5 avril 2016 à 10 h :

  • cours Guynemer à COMPIÈGNE
  • champ de Mars à CREIL

 

Plus de 3 000 manifestants dans l’Oise contre le projet de loi El Khomri

Le Parisien, 31 mars 2016 :

Ce jeudi, les opposants au projet de loi El Khomri, étaient en nombre dans les rues des trois grandes villes du département. Répondant à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, les salariés du public et du privé ont été, cette fois, rejoints par quelques centaines de lycéens.

Environ 1 500 manifestants ont défilé dans les rues de Creil dès 10 heures alors qu’ils étaient environ 800 à Compiègne à la même heure. A Beauvais, plus de 1 000 manifestants se sont donné rendez-vous, à 14 heures, devant le lycée Félix Faure avant de rallier en cortège, la place de la préfecture.

Rassemblements et manifestations le 9 mars dans l’Oise

Info de la CGT de l’Oise :

Des RASSEMBLEMENTS suivis de MANIFESTATIONS sont prévus le 9 mars  pour le retrait du projet de loi contre le travail et les travailleurs :
– 10 h COMPIÈGNE Cours Guynemer.
– 10 h CREIL : place Carnot
– 10 h BEAUVAIS : devant à l’entreprise ANOVO, durement touchée par des licenciements (Anovo est situé rue Cugnot, à côté de la déchetterie, prendre au rond point Lidl et garage Mercedes, près de Massey Ferguson.)

La grève se poursuit chez Libéole à Creil

Dès 7 heures du matin, ils étaient une dizaine, hier, à occuper le parking de la société. Plusieurs salariés les ont rejoints au fil de la journée.

Hier, une quinzaine de salariés ont occupé le parking de la société de transports adaptée Libéole, située rue Henry-Bessemer, soit environ 10 % des effectifs.« Nous demandons la création d’une union économique et sociale, avec la mise en place d’un comité d’entreprise », explique Guy Savreux, délégué Force Ouvrière à l’origine du mouvement.

Les grévistes veulent également une revalorisation des salaires et une amélioration des conditions de travail. « Les personnes en arrêts de travail ne sont jamais remplacées, la direction préfère demander plus d’efforts aux autres employés. Ils modifient les plannings du week-end sans prendre la peine de nous consulter », indique le délégué syndical.

Lire la suite