Archives de Tag: Corbeil

Corbeil : Grève illimitée au CHSF

AFP, 21 septembre 2011 :

Les personnels du centre hospitalier sud-francilien (CHSF) de l’Essonne ont entamé ce mercredi une grève à durée illimitée pour dénoncer l’annonce de mesures d’économie et demander la sortie du partenariat public-privé par lequel a été construit le site unique de l’établissement.

« Le Directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) (a détaillé) son plan de dégraissage et nous (a annoncé) qu’il faut (emménager) sur le nouvel hôpital début 2012 quelles que soient les conditions », avaient précisé les syndicats? dans un communiqué annonçant le dépôt du préavis.

Lire la suite

Grève contre le budget à l’hôpital de Corbeil

France 3 Ile-de-France, 20 septembre 2011 :

Le Centre hospitalier Sud francilien est dans la tourmente. Un préavis de grève reconductible a été déposé pour demain.

Le personnel de l’Hôpital devrait se mettre en grève à partir de demain. En cause, le budget voté par le nouveau directeur (par interim) qui souhaite faire des économies.

Deux millions d’euros d’économies sur les dépenses de personnel sont envisagées, l’équivalent de la suppression de 100 postes sur un effectif d’environ 2700 personnes.

Deux suicides à la SNCF en quinze jours

L’Humanité, 6 mai 2011 :

Un salarié met fin à ses jours sur le chantier de Corbeil-Essonnes, le 20 avril; un second à Granville dans la Manche, mercredi : la CGT SNCF exige une concertation immédiate.

Dans la nuit du 20 au 21 avril, un agent de la SNCF a mis fin à ses jours par pendaison dans le bungalow d’une base de vie du chantier de Corbeil-Essonnes. Mercredi, c’est un autre agent qui se serait donné la mort, chez lui, alors qu’il était en période de repos à Granville, dans la Manche, par arme à feu. Sur ce type de chantier, le travail de nuit est souvent la règle. Les hommes, mobiles sur tout le territoire français, ne rentrent chez eux qu’entre deux périodes de plusieurs semaines. Le premier, souffrait d’un « mal-être », dénonçait le fait de travailler dans « l’à-peu-près » pour ne pas bloquer trop longtemps la circulation des trains. Des voies qu’il faut vite « rendre à Pepy », le PDG de la SNCF, comme on dit dans le jargon. Il venait d’être placé en équipe de jour. Mais dans la nuit du 20 au 21 avril, sur son temps libre, pendant une partie de cartes avec ses collègues, il s’est éclipsé pour commettre l’irréparable. « Si vous ne passiez pas votre temps à jouer aux cartes… » C’est, en substance, la réaction de la direction face aux collègues de l’agent. Une réaction culpabilisante jugée « inadmissible » par la CGT.

Lire la suite