Archives de Tag: Conseil Général du Doubs

Montbéliard : la nausée et les frissons à la barre du tribunal

Est Républicain, 27 février 2015 :

Dénoncé par l’Aide sociale à l’enfance, censée l’épauler, un jeune Nigérien risquait l’expulsion. Son avocat a fustigé des méthodes rappelant un triste pan de l’histoire.

Le juif, le noir et la délation… Rarement, Jean-Baptiste Euvrard aura paru autant habité par une plaidoirie. L’avocat montbéliardais le dit, à la lecture de ce dossier, en quinze minutes, il a balayé le répertoire de Jean-Paul Sartre, passant de « La nausée » aux « Mains sales ». Qui lui a inspiré ces sentiments ? « L’aide sociale à l’enfance », une antenne du Conseil général du Doubs.

Lire la suite

Lettre au président du Conseil Général des syndicats CGT du département et de l’ADDSEA

Alors que ces 16, 17 et 18 décembre, le Conseil Général du Doubs discute et décide du budget, voilà la lettre ouverte au président du conseil général réalisée par les syndicats CGT de l’ADDSEA et du Conseil Général :

Situation de l’ADDSEA : Questions aux élus du conseil Général pour la présentation du budget

Monsieur le Président du Conseil Général,

Les restrictions budgétaires imposées dans de nombreux départements sur le secteur social inquiètent les salariés des structures financées par le Conseil Général, inquiétudes pour leurs emplois, leurs conditions de travail mais aussi pour assurer un accompagnement éducatif et social de qualité. En ce sens, la principale demande des personnels de l’ADDSEA et des autres associations financées par le Conseil Général est d’assurer le maintien des budgets, avec prise en compte de la hausse des prix.

CGT CG

Pour ce qui est du secteur adulte, après la ré-internalisation des mesures MASP par le Conseil Général, on annonce la fin des baux glissants pour le CCAS et les partenaires associatifs comme l’ADDSEA. Des créations de postes seront-elles prévues au sein du Conseil Général pour que les assistantes sociales du département n’aient pas à subir une augmentation de leur charge de travail ? Une convention de six mois a été signée pour une durée de six mois entre l’ADDSEA et le Conseil Général pour les Mesures d’Accompagnement Social Lié au Logement : que se passera-t-il dans six mois ? Ces mesures seront-elles reconduites ? Pour l’ADDSEA, ce sont à ce jour 2,2 équivalents temps plein qui s’occupent de ces mesures à Besançon et dans le Haut-Doubs. Ces mesures permettent d’accompagner des personnes en difficulté pour se maintenir ou accéder au logement, et force est de constater qu’avec l’accroissement du chômage et de la pauvreté, ce sont de plus en plus de familles qui n’arrivent plus, ou de plus en plus difficilement, à payer leurs loyers. Remettre en cause ces mesures ou les transférer à des travailleurs sociaux du département déjà surmenés, c’est mettre en danger le droit au logement de bien des familles, et ce en contradiction avec le principe de la loi Alur qui met la priorité sur le maintien dans le logement.

Lire la suite

Collège Brossolette de Montbéliard : ouvriers en grève

Le Pays, 9 avril 2013 :

Au départ, c’est un cas individuel qui interpelle la CGT qui lance un mot d’ordre de grève. Celui d’un agent qui revient au collège Brossolette (Montbéliard) après une année d’arrêt suite à une tentative de suicide. Elle bénéficie d’un temps partiel thérapeutique à 60 % et est reconnue comme travailleuse handicapée. Ses horaires sont fixés les lundi, mardi, jeudi, vendredi de 7 h à 9 h 30 et de 16 h à 18 h, le mercredi de 7 h à 10 h.

« Cette dame se retrouve isolée. On lui interdit de parler à ses collègues », explique Annie Bouvier, secrétaire générale de la CGT du conseil général du Doubs qui fait observer que l’agent en question est le seul à avoir ce type d’horaires.

Lire la suite

Action sociale territoriale : Déclaration de la CGT au CTP du Conseil Général du Doubs

CGT ADDSEA, 28 mars 2013 :

Déclaration du syndicat CGT du Conseil Général du Doubs au Comité Technique Paritaire sur l’action sociale territoriale, 28 mars 2013 :

Le Conseil Général a annoncé qu’au 1er septembre 2013, il internalisera le service MASP (Mesure d’Accompagnement Social Personnalisé), mission actuellement dévolue aux salariés de l’ADDSEA et d’HDL (Habitat Développement Local). En tout ce sont des travailleurs sociaux sur huit postes équivalents temps plein (4 pour l’ADDSEA et 4 pour HDL) qui assurent cette mission. Or, le Conseil Général ne propose que la création éventuelle de cinq nouveaux postes au sein de ses services pour remplir ces missions, auxquels pourraient éventuellement postuler les salariés actuellement embauchés par l’ADDSEA et HDL. Non seulement les cinq postes proposés par le Conseil Général ne suffiront pas pour assurer un emploi aux collègues concernés, mais en plus, il n’y a à ce jour aucune garantie tant du nombre de postes que de leur nature. S’agira-t-il d’emplois titulaires ou précaires ? L’inquiétude est d’autant plus grande puisqu’il est question de proposer à ces salariées des postes de vacataires, c’est-à-dire des contrats précaires d’un an.

Les syndicats CGT, CFDT, FO et SUD de l’ADDSEA ont interpellé le Président du Conseil Général par courrier daté du 18 janvier 2013 demandant une rencontre afin d’aborder directement ces questions. A ce jour, le courrier est toujours resté sans réponse et les salariées des services MASP vivent dans l’inquiétude quant à leurs emploi et à leur avenir.

Lire la suite

Aux salariés des services sociaux du Conseil Général

Tract des syndicats CGT ADDSEA et CGT Conseil Général à propos des services MASP

Aux salariés des services sociaux du Conseil Général :

Le Conseil Général a annoncé qu’au 1er septembre 2013, il internalisera le service MASP (Mesure d’Accompagnement Social Personnalisé), mission actuellement dévolue aux salariés de l’ADDSEA et d’HDL (Habitat Développement Local). En tout ce sont des travailleurs sociaux sur huit postes équivalents temps plein (4 pour l’ADDSEA et 4 pour HDL) qui assurent cette mission. A ce jour, le Conseil Général ne propose que la création éventuelle de cinq nouveaux postes au sein de ses services pour remplir ces missions, auxquels pourraient éventuellement postuler les salariés actuellement embauchés par l’ADDSEA et HDL. Non seulement les cinq postes proposés par le Conseil Général ne suffiront pas pour assurer un emploi aux collègues concernés, mais en plus, il n’y a à ce jour aucune garantie tant du nombre de postes que de leur nature (emplois titulaires ou précaires ?) et du niveau de rémunération (prise en compte ou pas de l’ancienneté ?)

Lire la suite