Archives de Tag: Codelco

Chili : la plus grande mine de cuivre au monde bloquée par une grève

AFP, 28 juillet 2015 :

Les activités de la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert au monde, opérée dans le nord du Chili par le géant minier public Codelco, ont été perturbées mardi par un mouvement social entamé la semaine dernière, a rapporté l’entreprise.

Au cours de la matinée, la mine de Chuquicamata, une des plus productives de Codelco, a été bloquée par des ouvriers grévistes employés par des entreprises sous-traitantes et réclamant des hausses de salaire, avait indiqué à la presse le président exécutif de Codelco, Nelson Pizarro.

Lire la suite

Publicités

Journée de manifestations au Chili

Le Monde, 11 juillet 2013 :

Des barricades incendiées et des blocages de site miniers ont marqué, jeudi 11 juillet, le début d’une journée de nouvelle mobilisation sociale au Chili. Les manifestants se sont retrouvés à l’appel du principal syndicat du pays, la Centrale syndicale unitaire des travailleurs (CUT) soutenue notamment par les étudiants.

L’appel à la grève nationale a été relayé également par les employés du fisc, de l’état civil, des crèches, des douanes ou encore de l’aviation civile. L’aéroport de Santiago fonctionnait normalement jeudi matin, et la majorité des commerces de la capitale étaient ouverts.

Lire la suite

Une grève paralyse les mines de cuivre au Chili

Le Monde, 9 avril 2013 :

Le géant public chilien Codelco, le premier producteur de cuivre du monde, ainsi que d’autres entreprises minières privées ont commencé mardi une grève de vingt-quatre heures pour réclamer l’amélioration des conditions de travail, menaçant un tiers de la production mondiale en métal.

« Codelco est entièrement paralysé et les mines privées sont également à l’arrêt », a déclaré le porte-parole de la Fédération des travailleurs du cuivre, Jorge Varas.

Avec les gisements andins, le numéro un mondial du cuivre possède près de 20 % des réserves mondiales.

Chili: appel à la grève dans les mines de cuivre

Romandie, 8 avril 2013 :

Les travailleurs chiliens du secteur du cuivre, dont le Chili est le premier producteur mondial, sont appelés à cesser le travail mardi, ce qui devrait paralyser la production du géant public Codelco et des entreprises minières privées.

Nous annonçons l’appel à un arrêt de toutes les activités au niveau national dans toutes les unités de production ainsi qu’au siège de Codelco et dans toutes les compagnies privées, ont déclaré à la presse le président de la Fédération des travailleurs du cuivre (FTC) Raimundo Espinoza et celui de la Fédération minière du Chili (FMCJ) Gustavo Tapia.

Lire la suite

Chili : Grèves dans les mines de cuivre

La Croix, 31 juillet 2011 :

Depuis le 22 juillet, la Minera Escondida, premier gisement à l’échelle mondiale avec 7 % de la production globale, exploitée par la firme anglo-australienne BHP-Billiton, est paralysée. Un mouvement qui pourrait faire tâche d’huile, les travailleurs de Collahuasi, 3e site d’extraction de cuivre au monde, ayant emboîté le pas ce week-end, au moins pour 24 heures. Selon le Groupe international d’études sur le cuivre ( ICSG), le marché mondial du cuivre raffiné devrait enregistrer cette année un déficit de 377 000 tonnes.

Tensions sociales au Chili

Le Chili étant à lui seul fournisseur du tiers du cuivre mondial, la situation dans le pays pèse lourdement sur les marchés. Or, des tensions sociales sont apparues le mois dernier. D’abord à la société d’État chilienne Codelco, premier producteur mondial de cuivre, dont les employés redoutent la privatisation par le gouvernement conservateur de l’homme d’affaires Sebastian Pinera, au pouvoir depuis début 2010.

Lire la suite

Santiago : Manifestation des mineurs de Codelco

Euronews, 12 juillet 2011 :

Des milliers de personnes ont envahi les rues de Santiago hier soir pour s’opposer à la restructuration de Codelco, société d‘état chilienne premier producteur mondial de cuivre.

Vidéo de l’AFP :

Les mineurs, qui ont observé une grève de 24 heures, craignent que le plan de modernisation de la compagnie mis en place au lendemain de l‘élection du président Piñera n’ouvre la voie à une vague de licenciement. Des centaines de postes devraient ainsi être supprimés à Chuquicamata, la plus grande mine à ciel ouvert de la planète.

Lire la suite