Archives de Tag: Clichy-la-Garenne

Quand Manpower dissimule la mort de l’un de ses intérimaires pendant deux mois

Bastamag, 29 octobre 2015 :

Il était terrassier. Ouvrier recruté par le groupe Manpower, spécialisé dans l’intérim, il est décédé fin juillet, suite à un malaise sur un chantier de Clichy (Hauts-de-Seine), aux portes de Paris. L’accident de travail mortel dont il a été victime a été dissimulé pendant… deux mois ! Les instances représentatives du personnel de Manpower n’en ont pas été informées avant début octobre. « En France, des gens meurent et… disparaissent, c’est totalement inadmissible ! », s’insurge Alain Wagmann de la CGT Intérim. C’est probablement parce qu’il s’appelait Mamadou Traoré et était travailleur sans papier. Il intervenait en tant qu’intérimaire sur un chantier de la Sade (Société auxiliaire de distribution d’eau), une filiale de Veolia, lorsqu’il est décédé après, semble-t-il, son transfert à l’hôpital Saint-Louis, à Paris.

« La famille a-t-elle récupérée le corps ? A-t-il été enterré ? Une déclaration d’accident du travail a-t-elle été remplie ? Pour l’instant, on n’en sait rien », s’interrogeait le syndicaliste au lendemain d’un rassemblement organisé devant le siège de Manpower à Nanterre, le 17 octobre. Suite à des rumeurs persistantes depuis la rentrée, la CGT a interpellé la direction de Manpower, qui a finalement confirmé le décès de son employé. « Ils ont admis qu’ils avaient commis une erreur. Un salarié a des droits qui doivent être respectés, peu importe son état civil », commente Alain Wagmann. Lorsqu’un intérimaire est victime d’un accident du travail, une enquête conjointe de la société d’intérim et de l’entreprise cliente est normalement diligentée dans les jours qui suivent. Une réunion du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, a finalement été convoquée le 19 octobre, deux mois et demi après les faits. Contactée par courriel le 22 octobre, la société Manpower ne nous a pas répondu.

Lire la suite

Publicités

AP-HP : La mobilisation continue

Le Parisien, 1 juin 2015 :

Plus de cent matelas ont été empilés dans le hall de l’hôpital Beaujon, à Clichy, ce lundi matin. «Cette action est un signe majeur de durcissement de la grève reconductible menée contre le plan de réorganisation du temps de travail», assure l’intersyndicale SUD, FO, CFDT, CGT.

Clichy

Beaujon, comme de nombreux établissements de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (AP-HP) est touché par un mouvement social qui se poursuit, puisque les syndicats appellent à une nouvelle grève «massive» le 11 juin, invitant les personnels à manifester en direction de l’Elysée pour contester le projet de réforme des 35 heures du directeur général, Martin Hirsch.

Lire la suite

Colère des ouvriers de la Fonderie du Poitou Aluminium

Le Monde, 15 septembre 2011 :

Ils sont en grève illimitée depuis le 2 septembre pour défendre leurs salaires. Et sont bien décidés à se faire entendre. Les salariés de la Fonderie du Poitou Aluminium (FDPA), située à Ingrandes-sur-Vienne (Vienne), sont venus manifester à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), jeudi 15 septembre au matin, devant le siège du propriétaire de leur usine, le groupe français Montupet, avant de se rendre devant les grilles de Renault, leur principal client.

Ces salariés entendent protester contre « le plan de compétitivité » présenté fin juillet par la direction de leur entreprise. Celui-ci prévoit une baisse de salaire de 13 % pour les ouvriers, à laquelle s’ajoute un passage aux 35 heures, contre 38,5 aujourd’hui.

Au total, pour les syndicats, cela équivaut à une baisse des salaires de 23 %. Quant aux cadres, qui bénéficiaient d’un accord sur les 35 heures, ils voient celui-ci remis en cause avec la perte de quatorze jours de RTT, le gel des salaires pendant trois ans et, pour 50 d’entre eux, un « plan de mobilité » dans les autres sites du groupe (France, Bulgarie, Irlande, Espagne, Mexique). Soit, selon les syndicats, une baisse de 15 % des salaires.

Lire la suite