Archives de Tag: Chypre

Chypre : Non à l’expulsion de Hadi Jahednorouzi

L’expulsion de Hadi Jahednorouzi, qui avait été prévue le 23 août, est repoussée à la date du 27 août. L’Organisation Européenne des Réfugiés Iraniens a lancé une pétition en ligne qui peut être signée à cette adresse (en anglais), pétition adressée aux services d’immigration et au département d’asile du gouvernement chypriote, avec copie à Amnesty International, Human Rights Watch, l’UNHCR et les organisations des droits humains de l’Union Européenne.

Texte de la pétition en français :

L’Organisation Européenne des Réfugiés Iraniens (EOIR) écrit pour exprimer sa profonde inquiétude à propos de l’expulsion de monsieur Hadi Jahednorouzi vers l’Iran, alors qu’il a été arrêté le 21 août. Il est actuellement détenu au centre de rétention de Limassol et doit être expulsé le samedi 27 août 2011 de Lacarna à Téhéran. Monsieur Jahednorouzi a déposé une plainte devant la cour européenne des droits de l’homme sous le numéro de dossier : 52932/11.

Lire la suite

Publicités

Chypre : Menace d’expulsion d’un réfugié iranien le 23 août !

Appel urgent de l’ICRIR (Coalition International des Droits des Réfugiés Iraniens), coalition qui rassemble Action for Democracy and Human Rights in the Middle East, la Fédération Internationale des Réfugiés Iraniens, le réseau des réfugiés iranien d’Amnesty International, et Mission Free Iran.

Hadi Jahednorouzi (numéro de dossier ARC: 5395940) est un demandeur d’asile iranien qui risque d’être expulsé de façon imminente vers l’Iran par les autorités chypriotes. Il a été arrêté trois fois en Iran en lien avec ses activités politiques, dont la reproduction et la diffusion de littérature contre le régime. Hadi a non seulement été persécuté, ainsi que sa famille en Iran, mais après avoir fuit l’Iran, il a commencé à participé à des activités contre le régime islamique à Chypre en tant que membre de l’Iranian National Front (mossadeghiste) et du Mouvement pour les Droits des Réfugiés de Chypre. Des documents fondamentaux dans le dossier de Hadi ont été refusés lors l’audience par les autorités chypriotes et le rejet de sa demande d’asile se base uniquement sur le fait que ces autorités n’avaient pas de preuves matérielles. On a informé Hadi qu’il serait expulsé le mardi 23 août. Un soutien urgent est nécessaire pour stopper l’expulsion de Hadi. Merci de participer et de faire participer à l’envoi de mails pour stopper cette expulsion.

Lettre-type en anglais :

To the Cypriot Authorities:

Hadi Jahednorouzi (ARC: 5395940) is an Iranian asylum-seeker at imminent risk of illegal deportation to Iran by the government of Cyprus. This sick, wheelchair-bound refugee was arrested on Sunday, 21 August 2011 and was told by the police that he would be deported to the hands of the Islamic Republic on Tuesday, 23 August 2011.

Lire la suite

Chypre : Protection des demandeurs d’asile victimes et témoins des violences policières

Révolution en Iran, 8 août 2011 :

Le mardi 12 juillet 2011, environs 35 officiers de police et autres membres des autorités chypriotes ont violemment attaqué un groupe d’Iraniens et d’autres réfugiés au camp de rétention de Larnaca, lieu de détention pour des questions liées à l’immigration (comme par exemple des visas périmés).

Lors de l’attaque, les autorités chypriotes ont menacé les réfugiés avec des armes de poing. Ils ont utilisé des matraques et des poings américains pour battre les réfugiés, y compris un vieux demandeur d’asile de 72 ans, qui a été transféré en cellule d’isolement après avoir été battu. Cet homme a ensuite été expulsé avec sa famille vers l’Iran dans les jours qui ont suivi. On rapporte qu’un demandeur d’asile qui a eu une jambe cassée n’a été soigné que dix jours après l’attaque.

Lire la suite

Des milliers de Chypriotes manifestent après l’explosion meurtrière

NICOSIE – Des milliers de Chypriotes en colère après l’explosion d’une cargaison d’armes, qui a fait 12 morts lundi, ont défilé mardi soir en direction du palais présidentiel à Nicosie, exigeant la démission du président Demetris Christofias.

Nous voulons que Christofias parte, parce qu’il est responsable de tout ce qui s’est passé et nous sommes très en colère, a déclaré à l’AFP un des manifestants, Petros Pavlopoulos.

Les protestataires, hommes et femmes de tous âges, sont parvenus à franchir le premier portail du palais, en dépit de la présence de nombreux policiers antiémeutes, mais sans pouvoir s’approcher davantage du bâtiment.

Le défilé, parti de la Vieille ville, répondait à des appels lancés sur internet et sur le réseau des téléphones portables, estimant que l’explosion est liée à une négligence gouvernementale. Lire la suite