Archives de Tag: CHU de Caen

Mobilisation au CHU de Caen et à Cherbourg contre « l’engorgement » des urgences

AFP, 5 février 2015 :

Environ 120 personnes se sont rassemblées jeudi dans le hall de CHU de Caen pour dénoncer « l’engorgement » des urgences et demander des lits pour des patients parfois bloqués selon les syndicats plus de 24 heures sur des brancards, a constaté l’AFP.

À Cherbourg (Manche), les services d’urgences, qui annoncent une grève à partir de jeudi minuit, connaissent une situation similaire, selon Éric Labourdette du FAFPH. Une déclaration de danger grave et imminent a été faite le 19 janvier, selon le syndicat. Au CHU de Caen, « l’accueil aux urgences n’a cessé de s’aggraver depuis des mois. Le manque de lits disponibles provoque un engorgement continuel », affirment SUD, FO, la CGT et la CFDT dans un communiqué commun. « Faute de lits pour les hospitaliser, les patients stagnent aux urgences. Ils se retrouvent les uns sur les autres, sur des brancards, parfois plus de vingt-quatre heures », « y compris des gens âgés » raconte une infirmière des urgences qui y a plus de dix ans d’expérience, et requiert l’anonymat. « Beaucoup de collègues craquent », dit-elle.

Lire la suite

Publicités

Colère au C.H.U de Caen

Liberté, 19 juin 2014 :

Devant une centaine de personnes à 14h, les représentants syndicaux du C.H.U de Caen ont tenu une Assemblée Générale pour faire part de leurs revendications. En quatre ans, l’hôpital a perdu 450 postes et l’activité a augmenté de 30%. La diminution des recettes contraint la direction de réduire le nombre de salariés dans tous les services de l’hôpital. Ce sous-effectif nuit à la santé des patients qui ont besoin de soins continus. Les salariés sont “contraints de bâcler leur travail”. Les syndicaux demandent à la direction de revoir le nombre de salariés, qui ne peuvent plus prendre de repos par manque de remplaçants.

Déjà en grève jeudi dernier, le C.H.U de Caen se rendra au conseil de surveillance le 27 juin pour déposer une pétition et une motion. Plus de 500 signatures de patients et de personnel ont déjà été récoltées. Les représentants syndicaux demandent à la direction de pouvoir exercer leur métier dans des conditions “normales” et déplorent : “un matériel obsolète et des emplois du temps instables”. En l’absence de propositions concrètes ou immédiates, les salariés souhaitent poursuivre la grève.