Archives de Tag: Charleston

Les habitants de Charleston disent non au Ku Klux Klan

Alors que les racistes du Ku Klux Klan s’apprêtent à manifester demain à Columbia (Caroline du Sud), l’organisation suprémaciste blanche a diffusé de nombreux tracts dans les boîtes aux lettres des quartiers, à majorité noire, comme à Dorchester Waylyn au nord de Charleston. A peine un mois après l’attentat raciste dans une église noire qui a fait neuf morts, cette propagande du KKK apparaît comme une véritable provocation.

charlestt

Des représentantes et représentants des quartiers se sont rassemblés le 15 juillet dans un parc afin de discuter de la réponse à donner à cette provocation. En première réponse, des flyers et des affiches ont été mis dans la zone nord de Carleston pour dire qu’ici les habitants disent « non » au Ku Klux Klan.

Lire la suite

Etats-Unis : La colère contre les symboles confédérés s’intensifie

La presse américaine relate une intensification de ce qu’elle appelle « vandalisme » contre les monuments à la gloire de l’armée confédérée ou d’autres dirigeants racistes dans le Sud des Etats-Unis.

Richmond (Virginie)

Richmond (Virginie)

Ainsi, le 26 juin, à Richmond (Virginie), le monument à la gloire de Jefferson Davis (président des Etats confédérés lors de la guerre de sécession), a été recouvert par le slogan « Black Lives matter » (la vie des Noirs compte) et par la lettre « L » pour loser. Lire la suite

Le Ku Klux Klan veut manifester pour le drapeau confédéré

Après le retrait du drapeau confédéré à Columbia (Caroline du Sud), le Ku Klux Klan a annoncé qu’il se préparait à manifester le 18 juillet devant le capitole de l’Etat.

KKK-flag

Montage photo publié dans la presse américaine : le militant du Ku Kux Klan déclare : « attendez ! J’ai pas fini de vous dire que ce drapeau n’est pas raciste ».

Dans son communiqué, le Ku Klux Klan ose écrire qu’il va manifester en défense du drapeau confédéré qui est « un symbole de la fierté blanche et pas de la haine ». Le Ku Klux Klan qui cherche à convaincre que le drapeau sudiste qu’il brandit dans ses rassemblements ne serait pas raciste, on aura tout vu !

Lire la suite

La Caroline du Sud vote le retrait du drapeau confédéré

ATS, 9 juillet 2015 :

La Caroline du Sud, théâtre du massacre de neuf Noirs dans une église de Charleston le 17 juin dernier, a voté jeudi le retrait du drapeau confédéré des jardins du parlement local. La décision, déjà approuvée par le Sénat de l’Etat, a été votée en troisième lecture.

chicago4

Treize heures de débat par la Chambre des représentants ont abouti à ce vote de 94 voix contre 20. Nikki Haley, gouverneur de Caroline du Sud, devrait promulguer la loi dans la journée.

Lire la suite

Nouvelles actions contre le drapeau sudiste

A l’occasion du 4 juillet, fête nationale aux Etats-Unis, et alors que des groupes racistes, comme le Ku Kux Klan, s’agitent pour maintenir le drapeau sudiste sur des bâtiments officiels, de nouvelles actions ont été organisé contre le drapeau sudiste considéré comme « le drapeau du racisme et de l’esclavage » par le mouvement noir et anti-raciste.

Baltimore

Baltimore

A Baltimore, un groupe de militants ont mis le feu à un drapeau conféré lors d’un rassemblement. Avant de brûler le drapeau, des extraits du texte de Frederick Douglass (homme politique américain né esclave en 1818 et militant abolitionniste mort en 1895) « La signification du 4 juillet pour les Noirs« .

Lire la suite

Sept « églises noires » brûlées depuis la tuerie de Charleston

Le Parisien, 1 juillet 2015 :

Un incendie a ravagé une église de la communauté noire en Caroline du Sud, dans la nuit de mardi à mercredi. Depuis la tuerie raciste de Charleston, dans une église méthodiste africaine, le 17 juin, c’est le septième incendie qui touche un lieu de culte au service de la communauté afro-américaine dans le sud des États-Unis.

Il est avéré que trois sont des incendies criminels.

Lire la suite

De Charleston à Prunelli-di-Fiumorbu

Article de « Communisme-Ouvrier n°56 » , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le 17 juin à Charleston, Caroline du Sud, un attentat a fait neuf morts, neuf personnes assassinées parce qu’elles sont noires, neuf personnes victimes de la barbarie raciste. Cet attentat sanglant, fomenté par un nostalgique des régimes ségrégationnistes et de l’apartheid du Sud des Etats-Unis, d’Afrique du Sud et de Rhodésie, rappelle au monde que le terrorisme n’est pas que l’apanage de l’extrême-droite islamiste et que l’extrême-droite raciste occidentale est capable des mêmes monstruosités. Assassiner un être humain, que ce soit dans un attentat, une opération militaire ou par la peine de mort, est déjà en soit une barbarie. Assassiner des êtres humains à cause de leur couleur de peau, de leurs origines, de leur nationalité, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle, est le summum de la barbarie.

chicago5

Bien des éditorialistes ont analysé l’attentat de Charleston sous l’angle des « spécificités américaines ». On pourrait, effectivement, écrire des pages et des pages sur l’histoire du racisme aux Etats-Unis et en particulier dans les Etats du Sud, de l’esclavagisme qui a perduré jusqu’à la fin de la Guerre de Sécession aux récents meurtres policiers qui touchent principalement des jeunes prolétaires noirs ou hispaniques, en passant par les crimes du Ku Kux Klan, les lynchages ou les lois Jim Crow qui ont instauré un véritable régime d’apartheid dans les Etats du Sud jusqu’à leur abolition par le mouvement pour les droits civiques dans les années 1950-1960. A juste titre d’ailleurs, peu après la tuerie de Charleston, des milliers de manifestants ont demandé le retrait du drapeau confédéré, le drapeau des Etats esclavagistes pendant la Guerre de Sécession, qui flotte toujours devant le Capitole de Caroline du Sud et qui est même intégré dans le drapeau officiel de l’Etat du Mississippi. Cette campagne contre les symboles des Etats esclavagistes puis ségrégationnistes a pris une telle ampleur que plusieurs politiciens, démocrates comme républicains, ont pris position contre le drapeau sudiste et que plusieurs chaînes de supermarchés ont décidé d’en arrêter la vente.

Lire la suite