Archives de Tag: Centres d’appel

Appel à la grève au centre d’appel Atento de Casablanca et de Meknès

Les Eco.ma, 6 août 2016 :

Suite au rachat du centre d’appel Atento Casablanca et Meknès par Intelcia, spécialiste aussi des métiers de la relation client, l’Union marocaine du travail (UMT) appelle à une grève le mardi 9 août, devant le siège d’Atento à Casablanca.

Le syndicat qui a diffusé un communiqué de presse, explique avoir mené de longues négociations avec les responsables sans que celles-ci ne mènent à des résultats concrets. Il souligne que les responsables de la société n’avaient pas adhéré à l’ensemble des requêtes formulées par le syndicat.

Lire la suite

Publicités

Pour aller aux toilettes, les salariés de Teleperformance à Blagnac doivent demander une autorisation par mail

France Bleu, 23 mars 2016 :

Un nouveau logiciel entre en application ce mercredi 23 mars. Les télé-opérateurs ne pourront prendre une pause qu’après l’avoir demandée par mail, et surtout obtenu l’autorisation d’un supérieur. Les représentants du personnel dénoncent « une humiliation et une infantilisation ».

Les conditions de travail dans les centres d’appels sont souvent difficiles mais le leader mondial du secteur Teleperformance semble franchir une nouvelle étape.

Lire la suite

Etats-Unis : les travailleurs d’American Future System obtiennent gain de cause

Kabylie.com, 8 janvier 2015 :

On peut dire que le règlement de travail au sein de l’entreprise américaine American Future System, située près de Philadelphie, était plutôt strict. Et surtout illégal. Depuis 2009, les salaires des employés de 14 centres d’appel étaient réduits s’ils prenaient une pause, même pour aller aux toilettes, rapporte ce mardi le site USA Today. Toutefois, si une entreprise leur donne cette possibilité, ces breaks ne peuvent être ponctionnés sur leur salaire. Selon le ministère du Travail, comme les pauses n’étaient pas payées, les employés gagnaient en fait moins que le salaire minimum horaire, ce qui est illégal.

C’est le ministère du Travail des États-Unis qui est à l’origine de la condamnation de l’American Future System, en déposant plainte auprès de la justice, et ce dès 2012. Cette société américaine spécialisée dans la publication de newsletters sur le monde de l’entreprise vient d’être condamnée à payer 1,75 million de dollars à 6.000 de ses employés, rapporte Fusion.

Centre d’appels Ceacom, au Havre. Vers un mouvement de grève ?

Normandie Actu, 13 octobre 2015 :

En 2012 et 2013, la plateforme d’appels téléphoniques Ceacom au Havre (Seine-Maritime) avait connu des mouvements sociaux importants. La situation s’était apaisée, mais, chaque année, les négociations annuelles obligatoires cristallisent toutes les tensions. Lundi 12 octobre 2015, alors que la direction présentait l’accord 2016 au comité d’entreprise et au CHSCT (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), la CGT, syndicat majoritaire, appelait à un débrayage d’une heure Une nouvelle crise ? La direction de l’entreprise, par la voix de Guillaume Milert, en poste depuis 2014, se veut rassurante. L’accord a été signé, mardi 13 octobre 2015, par la CFDT, deuxième organisation syndicale – minoritaire – représentée dans l’entreprise. La CGT n’écarte pourtant pas la possibilité d’un mouvement de grève…

Au centre des revendications, toujours, une amélioration des conditions de travail, et l’obtention de primes.

Or, l’accord qui a été signé est un simple copier/coller du Code du travail, sans aucune avancée. Notre prime d’ancienneté diminue et la rémunération des pauses aussi. La prime de Noël est remplacée par une prime à l’objectif », déplore une élue CGT. « Cet accord tient bien la route au regard de nos moyens », défend, pour sa part, le directeur de l’établissement du Havre.

Lire la suite

Huit semaines de grève chez Appel 24 : et maintenant ?

Essonne Info, 6 mai 2015 :

Les tentatives de médiation ont échoué, d’autres employées sont arrivées… Chaque jour, la lueur d’espoir s’éteint un peu plus pour les onze salariées d’Appel 24. Depuis huit semaines consécutives maintenant, ces télésecrétaires de la société d’appel pour médecins et laboratoires médicaux, dont le siège se trouve au coeur d’Evry, ont arrêté le travail.

Ce mercredi matin, à 7 heures, il y a déjà un peu de monde devant la porte d’entrée du 48, boulevard des Coquibus à Evry-centre. Les visages sont déterminés, mais l’ambiance est chaleureuse. Depuis une semaine, la situation n’avançant pas, les salariées ont décidé de durcir le ton et la tension est encore montée d’un cran entre elles et leur employeur, Alain Karadjian. Chaque matin, le rituel est le même : les secrétaires d’Appel 24 bloquent le passage à leurs collègues non-grévistes, les empêchant de se rendre à leur poste – au moins jusqu’à ce que la police arrive, appelée par le gérant. Des méthodes qui semblent montrer que tout dialogue est désormais rompu. L’arrivée d’une collègue non-gréviste, qui doit user de ruse pour monter dans les locaux d’Appel 24, ravive les tensions. La police nationale, qui arrive à deux voitures, est vite sur place. Et le ton monte, augmentant un peu plus la confusion.

Lire la suite

Victoire totale des travailleurs de BPO OI

Témoignages, 29 mars 2015 :

La CGTR salue la victoire totale des travailleurs de BPO OI au bout de 4 jours de grève. Voici le communiqué de la CGTR-Commerce, aux côtés de salariés de la société sous-traitante de SFR-Réunion.

« Soutenu par la FD CGTR CDS, les salariés de BPO OI, en grève depuis le 24 mars ont obtenu gain de cause sur tous leurs points de revendications.

Lire la suite

Grève chez Téléperformance à Laval

Ouest France, 6 février 2015 :

Une majorité des salariés de Téléperformance (Laval) est en grève. Ils dénoncent les conditions de travail et l’organisation des congés.

Depuis ce vendredi matin 8h, une majorité des 190 salariés de la plateforme téléphonique Téléperformance (zone des Bozées à Laval) est en grève. L’intersyndicale (CFDT, FO, CFTC) qui a appelé à ce mouvement dénonce « le mal-être des salariés » à cause, surtout, de l’organisation des congés « qui ne permet pas de les connaître cinq semaines avant », ainsi que des primes et des heures supplémentaires « qui ne sont pas toujours versées ». Ce mouvement de grève devrait se poursuivre toute la journée.