Archives de Tag: centre de rétention

Quand la Cour d’appel de Lyon invente la nationalité « arabe »

A la Cour d’appel de Lyon, on ne s’embarrasse pas avec les subtilités de la géographie. Mohamed S., Marocain en situation irrégulière placé en centre de rétention sur ordre du préfet de Savoie le 29 juillet, devait être reconduit vers Rabat. Le 3 août, en attendant son expulsion, le juge des libertés et de la détention prolonge cette mesure. Le ressortissant marocain fait alors appel : ses empreintes digitales ont été prélevées sans que le procureur soit informé au préalable, ce qui est pourtant la règle.

Le premier président de la Cour d’appel rejette son appel, mais l’ordonnance comporte un savoureux lapsus. Dans la case nationalité, en lieu et place de « Marocain », le juge a inventé la nationalité « arabe ». Il ne s’agit pas d’une faute de frappe : le texte mentionne une seconde fois la nationalité « arabe » de Mohamed S., comme le montrent les extraits ci-dessous.

3459670_5_9689_extrait-de-l-ordonnance_7bfa52b378430dc248da3f837b70c463

Lire la suite

Publicités

Des enfants derrière les barreaux d’un centre de rétention

En Ile-et-Vilaine, RESF se mobilise en faveur d’une famille tchétchène en centre de rétention avec ses deux enfants. Le réseau demande à François Hollande d’appliquer sa promesse électorale de ne plus permettre l’enfermement des mineurs sans-papiers…

Ramyi, deux ans, et Riyad, trois ans, se trouvaient encore dimanche derrière les grilles du centre de rétention administrative de Saint Jacques de La Lande, près de Rennes (photo RESF 35)

Ramyi, deux ans, et Riyad, trois ans, se trouvaient encore dimanche derrière les grilles du centre de rétention administrative de Saint Jacques de La Lande, près de Rennes.
(photo RESF 35)

Ramyi, deux ans, et Riyad, trois ans, se trouvaient encore dimanche derrière les grilles du centre de rétention administrative de Saint Jacques de La Lande, près de Rennes. Ce lundi, les deux enfants et leurs parents tchétchènes devaient être renvoyés de force vers la Pologne. Auparavant, cette famille a passé une semaine en rétention. Lire la suite