Archives de Tag: Buanderie de Marsens

Fribourg : Manifestation de soutien aux grévistes de la Buanderie de Marsens

La Gruyère, 15 mars 2015 :

Près de 200 sympathisants (selon le SSP, 150 selon la police), ont manifesté leur soutien aux lingères de Marsens, samedi sur l’esplanade de l’Ancienne gare, à Fribourg. Si le travail reprend demain lundi à 7 h, les négociations vont continuer.

«Une lutte pour la dignité», scandait une pancarte. «Une lutte couronnée de succès», a salué Armand Jaquier, secrétaire régional du syndicat Unia. «Une lutte tout de même difficile à vivre», confiait Jacqueline Pugin, l’une des grévistes. Avec ses collègues de la Buanderie de Marsens, elle a relevé les bienfaits pour le moral du soutien de ces quelque 150 personnes présentes samedi après-midi à la manifestation, sur l’esplanade de l’Ancienne gare, à Fribourg. «Faire grève, ça paie au final, mais c’est tout de même un tourbillon d’émotions à traverser.»

Lire la suite

Publicités

Suspension de la grève à la Buanderie de Marsens

ATS, 14 mars 2015 :

Après une semaine de grève, les employés de la Buanderie de Marsens (FR) reprendront leur travail.

Les employés de la Buanderie de Marsens (FR) reprendront leur travail lundi après plus d’une semaine de grève. Le même jour, soutenus par le Syndicat des services publics (SSP), ils devraient finaliser un accord avec le Conseil d’Etat fribourgeois qui leur a présenté vendredi lors d’une première rencontre.

Lire la suite

Fribourg : Bras de fer entre l’Etat et les grévistes

Liberté, 7 mars 2015 :

Marsens • Censés travailler pour une société privée dès l’automne, les employés de la buanderie veulent rester dans le giron de l’Etat. Ce dernier exige l’arrêt de la grève lancée hier, avant toute discussion. Le personnel persiste.

Grève à la buanderie de Marsens dans le canton de Fribourg

ATS, 6 mars 2015 :

Le personnel de la buanderie de Marsens, qui sera privatisée cet automne, est en grève depuis ce vendredi matin. Il demande que l’Etat de Fribourg ou le Réseau fribourgeois de santé mentale des postes équivalents aux treize employés concernés au total. Une rencontre avec les autorités fribourgeoises a été refusée.

En passant dans l’entreprise Les Blanchisseries Générales (LGB), les collaborateurs seraient pénalisés en termes de salaire, de conditions de travail et de sécurité de l’emploi, a souligné vendredi le Syndicat des services publics (SSP) qui soutient leur mouvement.

Lire la suite