Archives de Tag: Brasilia

Occupation du ministère des mines et de l’énergie à Brasilla

Ce 12 janvier 2016, des travailleurs et chômeurs ont occupé le ministère des mines et de l’énergie à Brasilla (Brésil) pour dénoncer les projets de privatisation du secteur de l’électricité.

MSTS1 Lire la suite

Mondial 2014 : Lettre d’un Brésil qui continue de manifester

Courrier International, 16 juin 2014 :

C’est par le coup de sifflet de la violence policière que vient de s’ouvrir la Coupe du monde au Brésil. Le ballon lancé, l’espace public est devenu le théâtre d’un match âprement disputé contre l’Etat, qui a fait entrer l’armée pour défendre l’ordre. Au-delà de São Paulo, où la Seleção [équipe du Brésil] jouait son premier match, les villes de Belém, Brasília, Belo Horizonte et Rio de Janeiro se sont parées de vert et de jaune et de manifestations de rue.

Une occasion manquée

Les manifestants dénoncent les violations des droits commises durant les préparatifs du Mondial et ont fait connaître leur ordre du jour et leurs revendications à toute la presse internationale qui suit de près ces événements. Face à ce Big Brother toujours avide d’images d’affrontements, il y a eu une occasion manquée : celle de célébrer la maturité de notre démocratie en évitant une répression démesurée. Brutes et venues de sources variées, les images ont clairement montré l’action quotidienne de la violence d’Etat et de son élan répressif partout au Brésil. Nous avons montré au monde, sans masque ni faux-semblant, ce que nous avons de pire : la police militaire brésilienne.

Lire la suite

Manifestation près du stade de Brasilia

Ouest France, 15 juin 2014 :

Une manifestation rassemblait à Brasilia environ 200 protestataires sous haute protection policière, près du stade Mané Garrincha en marge du match Suisse-Equateur.

Democratia_capitalista

« Je renonce à la Coupe, je veux plus d’argent pour la santé et l’éducation », criaient les manifestants, dans un concert de sifflets et de tambours, sur l’avenue menant au stade du match où la rencontre a débuté à 13H00 (16h00 GMT).

Lire la suite

Brésil : Le mondial des grèves et des manifestations

Le Soir, 12 juin 2014 :

De nouvelles manifestations visant à protester contre les dépenses publiques engagées dans l’organisation du Mondial ont été convoquées jeudi, jour du match d’ouverture, dans neuf des 12 villes hôtes de la compétition.

Si ces rassemblements doivent être limités, considérant la faible participation constatée lors de récentes manifestations similaires, des perturbations et des débordements provoqués par des éléments radicaux sont à craindre.

À São Paulo, où auront lieu la cérémonie d’ouverture et le match inaugural Brésil-Croatie, plusieurs manifestations sont prévues dès la matinée à divers points de la ville.

Lire la suite

Mondial 2014 : Brasilia augmente le salaire de ses policiers pour éviter une grève

Comment contenir les mouvements sociaux des brésiliens lors du mondial 2014 ? Le pouvoir  brésilien a trouvé  une solution : répondre favorablement aux protestations des policiers afin qu’ils assurent la sécurité des stades et de leurs riches arbitres. Mais les prolétaires ne sont pas dupes et comptent bien également satisfaire leurs propres revendications coûte que coûte.

BRAZIL-WC-2014-POLICE-STRIKE

Le Figaro le 04/06/2014

À quelques jours de la Coupe du monde de football, la police fédérale de Brasilia a accordé une hausse de salaires de 16% à ses effectifs. Une décision qui devrait se répercuter sur les polices du pays dans les prochains jours. Lire la suite

Grève du métro de Sao Paulo et manifestations au Brésil

AFP, 5 juin 2014 :

Un an après un vaste mouvement de colère des Brésiliens contre le coût élevé de la Coupe du Monde, nombreux sont ceux qui estiment que rien n’a changé.

Le Mouvement des travailleurs sans logement du Brésil (MTST) bloque, le 4 juin, une route menant au stade de Sao Paulo

Les employés du métro de Sao Paulo ont entamé jeudi une «grève illimitée», mettant sous forte pression les autorités à une semaine du coup d’envoi du Mondial dans la capitale économique brésilienne, d’où était partie la fronde sociale historique de juin 2013. Le métro de Sao Paulo constitue la principale voie d’accès à l’Arena Corinthians, le stade luxueux où sont programmés la cérémonie inaugurale et six des 64 rencontres du Mondial, dont le match d’ouverture Brésil-Croatie le 12 juin.

Lire la suite

Brésil, un Mondial de classe – Pas de hors jeu pour les prolétaires !

Article paru dans « Communisme-Ouvrier » n°44, bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Le 12 juin a lieu le coup d’envoi de la coupe du monde de football au Brésil. Jamais une coupe du monde n’a occupé autant le terrain des revendications de rues. Les mouvements sociaux et les syndicats prévoient de perturber cet événement, alors que le gouvernement Rousseff met la police et les militaires sur pied de guerre pour éviter toute contestation qui ternirait l’image du pays. Seulement, les forces de l’ordre ont également entrepris des grèves à moins de trois semaines du mondial, pour revendiquer de meilleurs salaires dans 14 états sur les 27 que compte le Brésil. Et ce ne sont pas les seuls. Les chauffeurs de bus, employés de musées, enseignants… rejoignent les luttes sociales et comptent bien paralyser le pays pendant le mondial.

Michel Platini est certainement plus fort pour taper dans un ballon que pour soutenir une population opprimée. Il a vite oublié ses origines de petit fils d’immigrés italiens et sa vie de prolo en Lorraine, pour demander récemment aux brésiliens de suspendre leurs « éclats sociaux » le temps du mondial : « Le Brésil, faites un effort pendant un mois, calmez-vous ! »Un peu mal à l’aise dans ses chaussures à crampons, l’ancienne star du foot français se rend compte, avec les autres dirigeants mondiaux du foot-business, que les autorités brésiliennes perdent le contrôle de la situation sociale. Déjà, le 18 juin 2013, alors que plus d’un million de brésiliens manifestaient contre l’augmentation du coût de la vie, le président de la FIFA Sepp Blatter, avait assuré que « le football est plus fort que l’insatisfaction des gens ». Cela semble de moins en moins vrai au Brésil.

Lire la suite