Archives de Tag: Bouygues

Un patron du CAC 40 a gagné 2,34 millions d’euros en moyenne en 2015

Les Echos, 14 avril 2016 :

Les salaires des dirigeants des 40 entreprises de l’indice phare français ont augmenté de 4 % en 2015. Si les rémunérations fixes évoluent peu, les variables représentent désormais de vraies valeurs d’ajustement.

cac40Alors que les actionnaires seront consultés pour la troisième année d’affilée sur les rémunérations des dirigeants, les chiffres compilés par « Les Echos » concernant 2015 montrent que le total des salaires des patrons des groupes du CAC 40 (fixe et variable) a atteint 93,6 millions d’euros. En 2014, il se montait à 90 millions. La moyenne s’élève à 2,34 millions, contre 2,25 millions un an plus tôt, soit une hausse de 4 %. Comme l’année précédente, la part fixe a souvent peu évolué. Cette dernière, en 2015, s’élève en moyenne à 1,018 million, tandis que la variable se monte à 1,322 million. Les entreprises du CAC 40 ont dégagé un bénéfice de 54,71 milliards d’euros, moins qu’en 2014 (58,8 milliards).

Lire la suite

Publicités

Gabon : Lutte contre les licenciements chez Bouygues

Gaboneco, 17 décembre 2014 :

Le personnel de Bouygues Energie & Services, ex-Sogec, spécialisée dans le câblage électrique, l’adduction en eau potable auxquels se greffent d’autres services dérivés, observe depuis mardi 16 décembre 2014, une grève d’avertissement de 48 heures au siège de son entreprise dans la zone industrielle d’Oloumi, en signe de protestation contre le projet de licenciement pour cause économique qui concernerait une soixantaine d’agents.

Alors qu’il s’insurge contre le projet de licenciement d’une soixantaine d’agents pour causes économiques décidé par la direction générale, et contre les retenues effectuées sur leurs salaires pour le compte de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs), le personnel de la société Bouygues Energie et Services, ex- Sogec, a entamé mardi 16 décembre 2014 une grève d’avertissement de 48 heures.

Lire la suite

Gabon: Grève d’avertissement chez Bouygues

Koaci.com, 16 décembre 2014 :

Les agents de Bouygues Rechercher Bouygues Energie & Services, ex-Sogec, ont entamé une grève d’avertissement de 48 heures ce mardi matin au siège de leur entreprise à Oloumi, dans le 5 è arrondissement de Libreville.

Ils protestent contre les licenciements économiques décidés par la direction générale à l’encontre de soixante d’entre eux et les retraits opérés sur leur salaire pour le compte de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs).

Lire la suite

Champforgeuil : Débrayage à Bouygues Energie en solidarité avec un camarade

Infos Châlons, 15 avril 2014 :

Ce lundi matin, les salariés de Bouygues Energie du site de Champforgeuil (71) ont tenu à marquer leur soutien vis à vis d’un collègue convoqué pour un entretien préalable à un licenciement éventuel.

Le site spécialisé en maintenance industrielle de Bouygues Energie et Service a débrayé ce lundi afin de marquer sa solidarité vis à vis d’un collègue convoqué pour un entretien préalable à un licenciement. Les reproches ? Le collègue est accusé d’avoir accusé sa hierarchie lors d’une réunion. Des accusations qui semblent bien évidemment ne pas avoir été appréciées engendrant une situation conflictuelle au sein de la société. Convoqué à 14h ce lundi, le motif a été clairement énoncé. Un motif pas accepté par l’ensemble des salariés « alors qu’il n’a fait que exprimer ce que bon nombre d’entre nous ressentons » ont tenu à préciser les collègues positionnés devant l’enceinte de l’établissement à Champforgeuil.

Lire la suite

Raffle d’ouvriers sans-papiers au chantier du fort d’Issy-les-Moulineaux

Communiqué CGT – FNSCBA – UD92, 24 mai 2012 :

Traquer le travail illégal plutôt que de s’attaquer aux salariés !

Le 22 mai 2012, 300 policiers et gendarmes, sous la houlette du Comité opérationnel départemental antifraude (Codaf), ont investi le chantier du fort d’Issy-les-Moulineaux (92) pour « traquer le travail illégal ».

Sous la responsabilité des maîtres d’ouvrage, Bouygues immobilier et Bnp Paribas Immobilier, mille salariés travaillent sur ce chantier, embauchés par près de 200 entreprises.

Comme il est habituel dans ce genre d’opération à visée médiatique, ce sont les travailleurs qui ont été obligés de justifier de leur présence sur le site et de leur identité.

Lire la suite

EPR de Flamanville: Bouygues devant les prud’hommes de Cherbourg en décembre.

CHERBOURG (Manche) – Bouygues et son ex sous-traitant sur le chantier du réacteur nucléaire EPR à Flamanville, Atlanco, ainsi que 43 ouvriers polonais qui les accusent de ne pas leur avoir payé de couverture sociale sont convoqués le 12 décembre devant le conseil des prud’hommes de Cherbourg.

Une audience de conciliation, non publique, a eu lieu mercredi devant le conseil des prud’hommes mais elle n’a pas abouti. C’est pourquoi, comme le veut la procédure, une audience publique devant le bureau de jugement a été programmée, selon le greffe du tribunal des prud’hommes.

Une autre audience de conciliation doit avoir lieu le 27 juin pour d’autres ouvriers polonais que ceux dont le cas a été évoqué mercredi, a ajouté Wladyslaw Lis l’avocat des ouvriers polonais qui dit travailler pour le moment sur une dizaine de dossiers supplémentaires.

Lire la suite

Les accidents cachés du chantier de l’EPR

France Soir, 15 avril 2011 :

L’Autorité de sûreté nucléaire enquête sur une sous-déclaration des accidents du travail sur le chantier du réacteur EPR.

A Flamanville, dans la Manche, près d’un quart des accidents du travail sur le chantier du réacteur nucléaire EPR, pourraient n’être pas déclarés a indiqué jeudi l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le gendarme du secteur. « Il y a une enquête en cours sur une sous-déclaration d’accidents sur le chantier », indique Simon Huffeteau, chef de la division de l’ASN basée à Caen et couvrant une partie de l’Ouest. Une dizaine d’entreprises sont concernées par ces accidents, selon les syndicats du chantier, qui accusent depuis longtemps Bouygues, qui pilote le génie civil, et ses filiales de ne pas respecter le droit du travail, ce que dément le géant du BTP. Les syndicats dénoncent des pressions exercées sur des ouvriers sur un chantier de 3.256 personnes hors EDF, avec un tiers d’intérimaires et un tiers d’étrangers.

Lire la suite