Archives de Tag: Bosch

Grèves dans la métallurgie en Allemagne

Le Figaro, 29 janvier 2015 :

Plusieurs milliers de salariés allemands de l’industrie, principalement de l’automobile, étaient en grève jeudi matin, alors que des négociations salariales dans le secteur géant de la métallurgie patinent.

Rien qu’en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, région industrielle de l’ouest du pays, 3.000 salariés dans 15 entreprises se sont mis pendant la nuit en grève dite d’avertissement – débrayages de quelques heures, étape préalable à des grèves dures illimitées -, a indiqué la section régionale du syndicat IG Metall. Deux usines de Ford à Cologne ont par exemple été touchées pendant une heure dans la nuit, ou encore un site de l’équipementier Gestamp à Bielefeld.

Lire la suite

Les travailleurs de Bosch à Tirlemont reprennent le travail

Belga, 30 juin 2014 :

Les travailleurs du fabricant d’essuie-glaces Bosch ont repris la production lundi à 06h00 après un mouvement de grève qui avait éclaté la semaine dernière. Les travailleurs, qui avaient fait grève spontanément, protestaient contre l’annonce d’une restructuration qui prévoit le départ de 420 personnes sur 1.060 d’ici 2020. Les syndicats et la direction ont eu un premier contact lundi à 10h00. Bosch Tirlemont, qui développe et produit des essuie-glaces et bras d’essuie-glaces, a annoncé jeudi dernier lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire la suppression de 410 emplois d’ici à 2020. La restructuration concerne 280 ouvriers et 130 employés.

« Lors d’un premier contact lundi matin, nous avons débattu avec la direction de la phase d’information et de consultation sur ce licenciement collectif. Cette phase débutera durant la 2e semaine de juillet. Nous espérons conclure cette concertation sociale d’ici décembre », a expliqué Luc Muller de la FGTB.

Lire la suite

Vénissieux : les salariés de Bosch en grève ce mardi

Lyon Mag, 19 mai 2014 :

Les salariés de Bosch Vénissieux seront en grève ce mardi à partir de 10H00 devant l’entrée de l’entreprise située sur le boulevard Marcel Sembat.

Ils manifestent pour que le site de Bosch Vénissieux soit « réindustrialisé et puisse accueillir une nouvelle fabrication ». Il y a moins d’une semaine un accord de vente a été signé par le groupe avec Sillia Energie concernant ses activités photovoltaïques pour le site de Vénissieux. L’usine devrait donc être vendu au mois de juin à Sillia Energie. Une vente qui inquiète les salariés, à noter que 180 employés sont au chômage technique depuis mi-novembre.

Onet-le-Château : Grève à l’usine Bosch contre le chantage patronal

La Dépêche, 15 février 2013 :

Pour investir sur Onet, la direction de la Bosch demande aux salariés de faire des efforts pour réduire le coût du travail. Les syndicats s’inquiètent de l’avenir du site.

«Il y a des gars qui ont embauché à six heures ce matin, et ils sont toujours là ce soir». Parmi tant d’autres, ce salarié de l’usine d’Onet affiche un visage fermé et un air résolu. La grève a été décidée dans la journée de mardi, après que les négociations du matin ont été suspendues par les syndicats SUD et CGT. Hier matin, un tract imprimé dans la nuit rappelait les mesures présentées par la direction pour accompagner le plan d’investissement sur l’injecteur CRI2-18. Outre la suppression de 117 emplois d’ici 2015 ces mesures ont du mal à passer. Gel des salaires pendant 2 ans, suppression de 9 jours de RTT sur 20, division par deux de la prime d’intéressement, ouverture d’un compteur pluriannuel alimenté avec les jours RTT restants, réduction de l’absentéisme…

Lire la suite

Allemagne : IG Metall lance son mouvement de grève

Les Echos, 29 avril 2012 :

Le puissant syndicat allemand IG Metall a lancé une vague de débrayages dans l’industrie à travers tout le pays, pour obtenir des hausses de salaire conformes à ses attentes.

Ouvriers en grève à l'usine Osram de Berlin

Selon le syndicat allemand IG Metall, plus de 2.500 employés du secteur travaillant dans cinq régions ont cessé de travailler, dans la nuit de samedi à dimanche, pour réclamer une augmentation de 6,5% de leur salaire. Le syndicat a qualifié les 3% sur 14 mois, proposés par le patronat de « provocation ». « Nous demandons une offre qui prenne les salariés et leur travail au sérieux », a déclaré dans un communiqué le patron du puissant syndicat, Berthold Huber.

Lire la suite