Archives de Tag: Basse-Indre

ArcelorMittal Basse-Indre en grève jusqu’à vendredi

Nantes Entreprises, 12 décembre 2012 :

Les salariés de la sidérurgie nantaise protestent contre le transfert vers Florange (Moselle) des activités du décapage et de laminage à froid dont ils craignent qu’il conduise à la fermeture de leur site.

En grève depuis lundi, une bonne partie des 600 salariés du site nantais ArcelorMittal (Basse-Indre) vont, à l’appel des syndicats CGT, CFDT et FO, poursuivre leur mouvement jusqu’à vendredi.

Ils s’inquiètent pour l’avenir de leur usine depuis que la direction d’ArcelorMittal, leur maison-mère, a annoncé le transfert vers Florange (Moselle) de deux leurs principales activités (décapage et laminage à froid) dans le cadre d’un « redéploiement de l’outil industriel ».

Lire la suite

Publicités

Le site ArcelorMittal de Basse-Indre à l’arrêt total

20 Minutes, 11 décembre 2012 :

L’usine est en grève jusqu’au 13 décembre au soir, dans l’attente du comité central d’entreprise…

De l’inquiétude à la colère.

Une semaine après l’annonce du projet de transfert des lignes de décapage (désoxydation) et de laminage (aplatissement) vers Florange, les 546 salariés de l’usine d’ArcelorMittal de Basse-Indre ont débrayé lundi.

Dès 5h30, un piquet de grève bloquait l’entrée du site. A 10h, un vote à main levée décidait de la poursuite de l’occupation jusqu’à jeudi soir.

Lire la suite

Grève très suivie à l’usine ArcelorMittal de Basse-Indre

Presse Océan, 10 décembre 2012 :

En grève ce lundi à l’appel de l’intersyndicale FO, CGT, CFDT, nombre de salariés de l’usine ArcelorMittal de Basse-Indre étaient dès 5h30 du matin devant l’entrée du site proche de Nantes.



Près de 500 salariés devant le site

Partagés entre colère et inquiétude, les centaines de salariés présents ont installés un barrage filtrant sur le rond-point des Forges avec des pallettes et force fumigènes. Ils s’opposent au transfert annoncé des activités de décapage et de laminage vers Florange.

Lire la suite

ArcelorMittal : En lutte contre les licenciements de Florange à Fos-sur-Mer

Huffington Post, 6 décembre 2012 :

Des métallos de Florange (Moselle) vont occuper les hauts fourneaux du site sidérurgique lorrain, a annoncé jeudi 6 décembre le syndicaliste CFDT Edouard Martin devant la presse. « A partir d’aujourd’hui, on prend possession de l’usine, on va dans les hauts fourneaux », a déclaré le leader syndical, visiblement ému, entouré d’une quinzaine de militants. « Il n’y en a pas un qui touchera aux vannes de gaz », qui permettent de maintenir les installations en veille, a-t-il ajouté.

Un appel à la grève pour lundi prochain a été lancé sur le site de Basse-Indre (Loire-Atlantique). Des salariés d’une usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer (sud) bloquent par ailleurs l’entrée des camions approvisionnant le site, en solidarité avec leurs collègues de Florange.

Lire la suite

Mittal et le gouvernement se mettent d’accord pour arracher le cœur de l’établissement de Basse-Indre.

UL CGT de Nantes, 5 décembre 2012 :

La direction du groupe a décidé d’externaliser dès 2013 les deux premières étapes de notre process (le décapage et le laminage). Ces deux étapes seraient réalisées à Sérémange (Florange). Pour Basse-Indre, cela veut dire qu’une cinquantaine de personnes selon la direction seraient concernées par ces suppressions de postes. Pour la CGT, c’est bien plus, si on intègre la production, les fonctions supports, le montage cylindre, rectifs… Les bobines seraient donc livrées à BI par trains. Selon la direction, ce projet permettrait d’augmenter la charge du train à chaud et à froid de Florange et donc leur rentabilité. Pour ce qui est de Basse-Indre, la direction annonce que nos commerciaux vont mener une politique de prix des plus agressives afin de récupérer du tonnage, cela même au détriment des marges. La direction espère récupérer 200 000 Tonnes de commandes supplémentaires (50 000 T pour Florange, 50 000 T pour Liège et 100 000 T pour BI). Cela chargerait notre RCC et nos lignes de revêtement pratiquement au maxi. La direction assure que dans ce projet, l’effectif inscrit actuellement, restera constant et permettra de constituer par glissement la 5ème équipe.

Pour la CGT, se sont bien les tractations entre le gouvernement et M. Mittal qui ont défini ce projet. Ce qui est certain, c’est qu’une nouvelle fois la rentabilité financière prime sur l’aspect industriel.

En effet, pour la CGT, ce projet n’est en rien réaliste et met en péril notre site tout entier.

Lire la suite

ArcelorMittal : L’inquiétude des salariés de Loire-Atlantique

Le Télégramme, 4 décembre 2012 :

Selon un délégué CGT, au moins 60 salariés nantais sont concernés par le transfert d’activités du site ArcelorMittal de Basse-Indre, près de Nantes, vers celui de Florange, en Moselle. Un transfert que Jean-Marc Ayrault a confirmé, ce mardi. Mais le Premier ministre dément tout accord secret.

Les salariés du site ArcelorMittal de Basse-Indre (Loire-Atlantique) craignent à terme des dommages collatéraux avec le transfert d’activité de leur usine vers Florange en Moselle, une nouvelle confirmée mardi par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

Lire la suite