Archives de Tag: Bahreïn

Colère au Bahreïn après la mort d’Ali Khalil

Le 23 octobre, des affrontements ont opposé la population et les forces de répression à Bani Jamarah (Bahreïn) après l’enterrement d’Ali Khalil, 17 ans, assassiné par la police. Ali Khalil a été tué par les forces de répression lors d’une manifestation contre le régime le 22 octobre.

Bahr1

Bahr2

Lire la suite

Publicités

Bahreïn : 500 travailleurs immigrés en grève

Environ 500 travailleurs immigrés de la société Awal Gulf se sont mis en grève le 24 août au Bahreïn. Ces ouvriers, originaires du Népal, du Pakistan, d’Inde et du Bangladesh, ont cessé le travail pour revendiquer des hausses de salaires, des jours de congés supplémentaires et une cantine.

La grève a éclaté après le suicide, jeudi, de l’ouvrier Deu Ram Rai, âgé de 22 ans. Ce travailleurs originaire du Népal s’était vu refuser le droit de prendre un jour d’arrêt-maladie alors qu’il était très malade selon ses collègues.

Lire la suite

Des milliers de manifestants au Bahreïn

Reuters, 23 août 2013 :

Plusieurs milliers de Bahreïnis ont manifesté pacifiquement vendredi à la périphérie de la capitale Manama, en réclamant des réformes démocratiques, une dizaine de jours après la répression d’autres marches organisées par une organisation en ligne s’inspirant du mouvement égyptien Tamarod.

Agitant des drapeaux rouge et blanc du royaume et brandissant des photos de prisonniers politiques, les manifestants ont dénoncé le roi, Hamad bin Issa al-Khalifa, et son Premier ministre, cheikh Khalifa bin Salman al Khalifa.

« Nous sommes ici (…) parce que nous voulons la liberté. Nous avons l’habitude de l’oppression, des gaz lacrymogènes et des passages à tabac », déclarait un secrétaire de 38 ans, Hayat al Abbar, qui avait rejoint le cortège.

Lire la suite

Répression des manifestations à Bahreïn

Euronews, 15 août 2013 :

Des manifestants ont tenté de se rassembler à l’appel de Tamarrod, un groupe de l’opposition qui s’inspire du mouvement égyptien du même nom. L’objectif de la manifestation était d’instaurer une “véritable démocratie comme celles qui existent dans des pays occidentaux”.

La police a tiré des gaz lacrymogènes et des chevrotines en direction de centaines de personnes qui s‘étaient aventurées dans les rues de la capitale et d’autres villages.

En prévision de cette manifestation, le roi avait interdit toute rassemblement public à Manama déjà secoué par un forte mouvement de contestation en 2011.

Cinquième série de photos du 1er Mai

Cinquième série de photos du 1er Mai 2013 à travers le monde (voir ici lapremière, la deuxième, la troisième et la quatrième séries de photos).

Amman (Jordanie) :

Amman2

Bangkok (Thaïlande) :

Bangkok

Lire la suite

Quatrième série de photos du 1er Mai 2013

Quatrième série de photos du 1er Mai 2013 à travers le monde (voir ici la première, la deuxième et la troisième séries de photos).

Almeria (Espagne) :

Almeria

Amsterdam (Pays-Bas) :

Amsterdam

Lire la suite

Violation des droits syndicaux dans le monde

Article paru dans FO Hebdo, 29 décembre 2012 :

En plusieurs points de la planète, les travailleurs et travailleuses qui défendent leurs droits continuent de subir une répression féroce. La situation des droits syndicaux se détériore aussi gravement dans les pays développés, en particulier en Europe où la crise n’est pas sans effet sur la liberté syndicale et de négociation collective. Tel est le double constat que dresse la CSI (Confédération syndicale internationale) dans son rapport annuel sur les violations des droits syndicaux, qui porte cette année sur 143 pays.

Pas moins de 76 syndicalistes ont été assassinés en 2011, auxquels il faut ajouter les centaines d’autres tués lors des révolutions en Tunisie et en Égypte notamment. Ceux qui ont perdu leur travail ou leur liberté se comptent par milliers. La Colombie reste le pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes. Sur les 76 travailleurs assassinés, 29 l’ont été dans ce pays. La répression des droits syndicaux a été particulièrement forte en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et dans les pays du Golfe, souligne le rapport, car «les organisations syndicales ont joué un rôle prépondérant dans les révolutions, en particulier en Tunisie, Égypte et au Bahreïn, et elles en ont payé le prix fort».

Lire la suite