Archives de Tag: Azazga

Près de 4000 personnes marchent à Azazga

Tout Sur l’Algérie, 26 juin 2011 :

Plusieurs milliers de personnes, 4.000 selon les organisateurs, moitié moins selon les services de sécurité, ont pris part ce dimanche 26 juin à la marche populaire à laquelle avait appelé la coordination des comités de villages et des élus d’Azazga. L’objectif de cette marche était de crier le ras le bol de la population locale à cause de l’insécurité qui sème la psychose dans la région. La population présente réagissait également à la mort de Mustapha Dial, cet ouvrier, père de 4 enfants, victime d’une bavure militaire après l’attentat qui a ciblé jeudi 23 juin un convoi de l’ANP à moins d’une centaine de mètres de l’hôpital d’Azazga.

Le ratissage de l’armée dans ce quartier est décrite par la coordination des comités de villages comme « une descente punitive » . A travers cette marche, la population d’Azazga à laquelle se sont joints des habitants du village d’Oumaden, village natal de la victime a voulu aussi exiger que « justice soit faite et que des réparations soit accordées aux deux familles des victimes ».

Lire la suite

Publicités

Grève générale à Azazga après la « bavure » militaire

Tout sur l’Algérie, 25 juin 2011 :

Opération ville-morte à Azazga ce samedi 25 juin. Tous les magasins de la ville, administration publique et transports, sont paralysés. La population a massivement adhéré à l’appel à la grève lancé par les représentants des villages d’Azazga. Les habitants veulent ainsi exprimer leur colère après la bavure commise par les soldats de l’ANP contre deux civils au moment de leur riposte contre un groupe terroriste qui a attaqué jeudi 23 juin leur convoi à la sortie de l’hôpital d’Azazga, à 40 km à l’est de la ville de Tizi Ouzou.

Enterrement de Mustapha Dial, victime de la bavure militaire, au village Oumaden le 25 juin

Selon des sources locales, le communiqué du ministère de la Défense expliquant que « durant la riposte du détachement et la poursuite du groupe terroriste auteur de l’attentat, un citoyen a été atteint par méprise », n’a fait que mettre de l’huile sur le feu et irriter davantage les habitants de cette région. Pour certains habitants de la région, « le communiqué en question est truffé de contrevérités » puisque, expliquent-ils, les deux habitants « ont été victime d’une exaction sauvage ». Le premier, Mustapha, a été selon eux tué de sang froid par les soldats de l’ANP pris de panique après l’attentat, et l’autre a été grièvement blessé.

Lire la suite