Archives de Tag: avortement

Soutenons Belén, Argentine condamnée à 8 ans de prison pour un avortement supposé

Le 19 avril dernier, Belen, jeune femme de 27 ans, a été condamnée à 8 ans de prison par le tribunal de Tucuman en Argentine pour un avortement supposé, requalifié en “homicide doublement aggravé sur ascendant et trahison”. La Campagne nationale pour le droit à l’avortement légal, sûr et gratuit en Argentine, qui rassemble plus de 300 organisations, lance aujourd’hui 3 mai une campagne de soutien à Belen. Lire la suite

Trois régions d’Espagne contre le projet de réforme de l’avortement

1

AFP – jeu. 13 févr. 2014,

Nouveau signe des divergences qui agitent la droite espagnole sur ce sujet délicat, le Parlement d’Estrémadure, région gouvernée par les conservateurs au pouvoir à Madrid, a demandé jeudi au gouvernement qu’il suspende son projet de loi sur l’avortement.

Deux autres régions, la Catalogne, gouvernée par les nationalistes, et l’Andalousie, gouvernée par la gauche, ont demandé le retrait du texte.

En Estrémadure, le texte présenté par les députés régionaux du Parti populaire, « enjoint le gouvernement à ouvrir un processus de dialogue et de débat avec les autres forces politiques qui conduise à une régulation de l’interruption volontaire de grossesse plus consensuelle, en accord avec la société actuelle et en harmonie avec la législation des pays voisins« . Lire la suite

Espagne – avortement : une loi insensée et inéluctable

Malgré les manifestations en Espagne et les protestations en Europe, le projet de loi criminalisant l’avortement devrait être adopté sans difficulté.

espagne-ivg-2426221-jpg_2084298

Bien malin qui pourra mettre un terme à la très polémique réforme de l’avortement lancée par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy. Un avant-projet de loi qui prohibe l’IVG (interruption volontaire de grossesse) fait de cette pratique un crime, y compris en cas de malformation du foetus. On croyait que le ministre de la Justice Alberto Ruiz-Gallardón allait corriger le tir, après deux manifestations monstres à Madrid début février, les protestations de plusieurs pays européens (dont la France, Marine Le Pen incluse) et les cris d’orfraie de l’ensemble des formations parlementaires espagnoles.  Lire la suite

La réforme de l’IVG passe un premier obstacle au Congrès espagnol

AFP 11/02/2014 

Les députés ont refusé de retirer le projet de loi visant à n’autoriser l’avortement qu’en cas de danger pour la femme, ou en cas de viol.

616932-madrid-avortement-ivg

Le projet de loi supprimant le droit à l’avortement en Espagne, critiqué au sein même de la droite au pouvoir, a passé un premier obstacle mardi au Congrès des députés qui a rejeté, à bulletins secrets, une proposition de retirer le texte.

183 députés ont voté contre la motion du Parti socialiste (PSOE) qui réclamait «le retrait immédiat» du texte, et 151 députés ont voté pour. Six se sont abstenus. Le Parti populaire (PP, droite au pouvoir), qui dispose de la majorité absolue avec 185 siège au Congrès, semble avoir quasiment fait le plein des voix. Lire la suite

Solidarité internationale avec les femmes espagnoles. Succès de la manifestation du 29 janvier à Bruxelles!

manif-ivg-1

Mercredi 29 janvier, dès 17h, les manifestant-e-s se sont rassemblés face à l’ambassade espagnole à Bruxelles en réponse à l’appel lancé par la plateforme Abortionright.eu. Rapidement, nous étions près de 2.000 à nous diriger vers le Parlement européen dans un cortège largement pluraliste et aux accents internationaux. Beaucoup de citoyen-ne-s belges et espagnol-e-s, pas mal de travailleurs et parlementaires européens. Parmi les nombreux drapeaux, on comptait bien sûr ceux des associations féministes et des centres de planning familial, mais aussi des syndicats (plus discrets) et des organisations politiques, de la gauche radicale jusqu’aux partis gouvernementaux qu’on voit si rarement dans les rues!  L’objectif fédérateur: soutenir les femmes mobilisées en Espagne contre le projet de loi qui, s’il est voté, renverra la plupart de celles qui veulent avorter vers la clandestinité, avec tous les risques que ça implique.

Ce projet de loi choque bien au-delà des milieux féministes, et c’est tant mieux! Une mobilisation d’ampleur est en effet nécessaire dans un contexte où les attaques au droit à la contraception et à l’avortement se concrétisent de plus en plus à travers des réformes rétrogrades adoptées par plusieurs gouvernements en Europe (voir notre précédent article ici). Il y avait clairement consensus parmi les manifestants de mercredi sur l’ampleur des menaces ainsi que sur la nécessité de stopper les reculs, tels que celui proposé en Espagne qui nous ramènerait plus de trente ans en arrière. Par contre, dans un cortège si hétéroclite, les divergences se marquaient davantage à propos des revendications à avancer et des moyens envisagés pour y parvenir. Lire la suite

Espagne : tollé contre le projet de loi interdisant l’avortement

De nombreuses manifestations se tiennent en Espagne , contre le projet de loi du gouvernement de droite interdisant l'avortement.

De nombreuses manifestations se tiennent en Espagne , contre le projet de loi du gouvernement de droite interdisant l’avortement.

Selon un sondage publié par El Pais, 78 % des Espagnols rejettent le projet de loi qui interdit l’avortement. Le texte adopté par le gouvernement le 20 décembre prévoit de supprimer ce droit des femmes à disposer de leurs corps, sauf dans quelques cas très restrictifs : danger prouvé pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou en cas de viol ayant fait l’objet d’une plainte antérieure. Il raye la loi historique votée en 2010 sous le gouvernement socialiste, qui autorise l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse et jusqu’à 22 semaines en cas de malformation du foetus. Face au tollé soulevé par ce projet de loi, les sondages de popularité placent les conservateurs derrière les socialistes, qui avaient pourtant quitté le pouvoir dans la débandade en 2011.  Lire la suite

L’état américain du Michigan invente «  l’assurance viol »

Cet État a adopté 
une loi interdisant 
le remboursement 
des frais d’avortement, même en cas de viol 
ou d’inceste, sauf « garantie spéciale ». 

stopwaronwomen

«War on Women ! » La « guerre aux femmes » a fait rage durant la dernière campagne présidentielle aux États-Unis, où les conservateurs, flanqués de leurs acolytes des lobbies « pro-vie », s’acharnent contre le droit à l’avortement. Dans l’État du Michigan, les républicains ont franchi la ligne rouge. Faute de pouvoir interdire l’IVG, les sénateurs ont adopté, le 11 décembre, une loi interdisant aux mutuelles et compagnies d’assurances de prendre en charge les avortements, y compris en cas de viol ou d’inceste, sauf si la vie de la victime est en danger ! Les femmes qui souhaitent être prises en charge pour cet acte devront donc souscrire à une garantie IVG. Autrement dit, elles sont contraintes d’anticiper un éventuel viol, et qui plus est de financer ses conséquences (sic). Lire la suite