Archives de Tag: Arabie Saoudite

Arabie Saoudite : une Sri-Lankaise échappe à la lapidation pour adultère

JournalDesFemmes.com, 29/12/15 :

De nombreux crimes sont passibles de peine de mort en Arabie Saoudite, parmi lesquels l’adultère. Une Sri-Lankaise condamnée à mort par lapidation a vu sa peine commuer mercredi 23 décembre 2015.

L’Arabie Saoudite est un pays régi par une version rigoriste de la charia, qui pratique la peine de mort à tour de bras pour des crimes allant du simple vol au meurtre.

Lire la suite

Publicités

L’Arabie Saoudite accepte de rouvrir le dossier d’une femme condamnée à la lapidation

Une femme de 45 ans, travailleuse domestique sri-lankaise et mère de trois enfants avait été condamnée à mort par lapidation pour « adultère » en Arabie Saoudite. Elle risquait d’être exécutée ce 4 décembre.

Selon l’Associated Press, citée par le Guardian ce 8 décembre, les autorités saoudienne ont, suite notamment aux pressions du Sri Lanka,  accepté de rouvrir le dossier de cette travailleuse condamnée à une mort atroce.

Une pétition peut être signée en ligne à cette adresse (voir la traduction en français).

Manifestation à Colombo contre la lapidation

Une manifestation ce tient ce 4 décembre à Colombo (Sri Lanka) devant le siège des Nations Unies pour demander la libération d’une travailleuse domestique sri-lankaise condamnée à la lapidation en Arabie Saoudite.

Pétition : Non à la lapidation d’une travailleuse sri-lankaise en Arabie Saoudite

Pétition lancée par Maryam Namazie :

Une femme de 45 ans, travailleuse domestique sri-lankaise et mère de trois enfants a été condamnée à mort par lapidation pour « adultère » en Arabie Saoudite. La « Zina », c’est-à-dire toute relation sexuelle hors du mariage est considérée comme un crime « hudud » ou « crime contre Dieu ».

L’homme supposé avoir eu une relation est célibataire et a été condamné à 100 coups de fouet.

Selon Muslim Women’s Research et Action Front Sri Lanka la lapidation devrait avoir lieu ce vendredi 4 décembre 2015.

Lire la suite

L’Arabie saoudite, un Daesh qui a réussi

Article de Kamal Daoud, démocrate algérien, paru le 20 novembre dans le New York Times :

Daesh noir, Daesh blanc. Le premier égorge, tue, lapide, coupe les mains, détruit le patrimoine de l’humanité, et déteste l’archéologie, la femme et l’étranger non musulman. Le second est mieux habillé et plus propre, mais il fait la même chose. L’Etat islamique et l’Arabie saoudite. Dans sa lutte contre le terrorisme, l’Occident mène la guerre contre l’un tout en serrant la main de l’autre. Mécanique du déni, et de son prix. On veut sauver la fameuse alliance stratégique avec l’Arabie saoudite tout en oubliant que ce royaume repose sur une autre alliance, avec un clergé religieux qui produit, rend légitime, répand, prêche et défend le wahhabisme, islamisme ultra-puritain dont se nourrit Daesh.

Le wahhabisme, radicalisme messianique né au 18ème siècle, a l’idée de restaurer un califat fantasmé autour d’un désert, un livre sacré et deux lieux saints, la Mecque et Médine. C’est un puritanisme né dans le massacre et le sang, qui se traduit aujourd’hui par un lien surréaliste à la femme, une interdiction pour les non-musulmans d’entrer dans le territoire sacré, une loi religieuse rigoriste, et puis aussi un rapport maladif à l’image et à la représentation et donc l’art, ainsi que le corps, la nudité et la liberté. L’Arabie saoudite est un Daesh qui a réussi.

Lire la suite

Une femme condamnée à la lapidation en Arabie Saoudite

Le 18 novembre 2015, la presse du Sri Lanka a relevé qu’une travailleuse domestique immigrée Sri-lankaise a été condamnée à mort par lapidation par un tribunal en Arabie Saoudite.

La femme est accusée d’adultère. Elle aurait eu une relation avec un jeune travailleur immigré, lui aussi originaire du Sri Lanka. Ce dernier a été condamné à 100 coups de fouet.

Arabie Saoudite : le poète palestinien Ashraf Fayadh condamné à mort pour « blasphème »

Huffington Post Maghreb, 20 novembre 2015 :

Un tribunal saoudien a condamné à mort un poète et artiste plasticien palestinien mardi 17 novembre 2015 pour « blasphème », dans un de ses recueils de poèmes édité en 2008, a annoncé le Réseau arabe d’information sur les droits de l’homme, qui a condamné ce jugement sur son site Internet.

Ashraf Fayadh est accusé de « blasphème » dans son recueil de poème « التعليمات بالداخل » (Alta’limat Bildakhel), publié en 2008. Le tribunal l’avait d’abord condamné à quatre ans de prison et 800 coups de fouet , mais un autre juge à condamné à mort Fayadh, selon Reuters.

Lire la suite