Archives de Tag: Appel 24

Huit semaines de grève chez Appel 24 : et maintenant ?

Essonne Info, 6 mai 2015 :

Les tentatives de médiation ont échoué, d’autres employées sont arrivées… Chaque jour, la lueur d’espoir s’éteint un peu plus pour les onze salariées d’Appel 24. Depuis huit semaines consécutives maintenant, ces télésecrétaires de la société d’appel pour médecins et laboratoires médicaux, dont le siège se trouve au coeur d’Evry, ont arrêté le travail.

Ce mercredi matin, à 7 heures, il y a déjà un peu de monde devant la porte d’entrée du 48, boulevard des Coquibus à Evry-centre. Les visages sont déterminés, mais l’ambiance est chaleureuse. Depuis une semaine, la situation n’avançant pas, les salariées ont décidé de durcir le ton et la tension est encore montée d’un cran entre elles et leur employeur, Alain Karadjian. Chaque matin, le rituel est le même : les secrétaires d’Appel 24 bloquent le passage à leurs collègues non-grévistes, les empêchant de se rendre à leur poste – au moins jusqu’à ce que la police arrive, appelée par le gérant. Des méthodes qui semblent montrer que tout dialogue est désormais rompu. L’arrivée d’une collègue non-gréviste, qui doit user de ruse pour monter dans les locaux d’Appel 24, ravive les tensions. La police nationale, qui arrive à deux voitures, est vite sur place. Et le ton monte, augmentant un peu plus la confusion.

Lire la suite

Publicités

Appel 24 : des conditions de travail dénoncées par les salariées

Le Républicain, 26 mars 2015 :

Critiques incessantes, persécutions, harcèlement moral, les salariées du centre d’appel et de secrétariat dédié aux médecins, aux cabinets médicaux et aux laboratoires pharmaceutiques, Appel 24, situé sur le boulevard des Coquibus à Evry, n’en peuvent plus.

Depuis plusieurs mois, voire des années, elles vivent des conditions de travail très difficiles qui engendrent de nombreux arrêts maladie pour cause de stress, de fatigue ou bien encore de dépression. Excédées, elles ont décidé, lundi 16 mars dernier, de se mettre en grève. Onze refusent aujourd’hui de reprendre le travail si les conditions ne changent pas. Dans leur combat, elles ont reçu le soutien de l’union locale CGT d’Evry.

Lire la suite