Archives de Tag: antisémitisme

Croatie: les rescapés des camps dénoncent la fascisation de la société

RTBF, 22 avril 2016 :

La Croatie commémorait ce vendredi la libération du camp de concentration de Jasenovac où des dizaines de milliers de Serbes, de Roms et de Juifs trouvèrent la mort pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais cette année, les cérémonies ont été boycottées par les associations de victimes et d’anciens combattants yougoslaves pour dénoncer la dérive fasciste de la société croate, encouragée selon elles par le gouvernement conservateur.

Comme chaque année, Nadir Dedić et sa femme Fatima sont venus à Jasenovac. Les deux octogénaires sont les derniers rescapés du camp de concentration issus de la communauté tzigane.

Lire la suite

Hongrie : manifestation contre la statue d’un ministre antisémite

Le Parisien, 13 décembre 2015 :

Près de 300 personnes, dont l’émissaire américain contre l’antisémitisme, ont manifesté dimanche dans le centre de la Hongrie à l’appel d’organisations juives contre l’érection d’une statue d’un ministre auteur de lois antijuives dans les années 30.

Les manifestants ont marché en silence, une torche à la main, près de l’endroit où doit être inaugurée en décembre dans la ville de Szekesfehervar une statue grandeur nature de ce ministre, Balint Homan. Homan avait également appelé à la déportation des juifs de Hongrie en 1944. Près de 600.000 juifs hongrois ont péri dans les camps de la mort nazis.

Lire la suite

Une organisation d’extrême-gauche contre l’antisémitisme

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Depuis sa création, l’Initiative communiste ouvrière s’est engagée clairement et fermement dans la lutte contre l’antisémitisme.

On ne devrait pas avoir à le souligner, puisque cela devrait faire naturellement partie de la lutte de la gauche ouvrière et révolutionnaire contre toute forme de discrimination. Mais dans le contexte actuel, il est important de le souligner et de l’expliquer. La montée des actes antisémites, sa banalisation dans l’espace public, leur transformation en simple faits divers dans les médias, les crimes contre des juifs, enfants comme adultes, s’accompagne d’un déni croissant dans l’extrême-gauche au sens large.

Lire la suite

Les communistes face au racisme

Texte ayant servi de base de discussions lors de la rencontre d’été 2015 de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Plus que comme un simple sentiment hideux, le racisme se définit comme un système politique d’exclusion, de discrimination et d’oppression (voire dans sa forme la plus barbare d’extermination) d’un groupe humain sous prétexte de sa couleur de peau, de son origine, de son ethnie, de sa religion ou supposée religion, et/ou de sa nationalité. A l’exception des régimes coloniaux et de leurs avatars comme par exemple le régime d’apartheid en Afrique du Sud, le racisme s’exerce généralement contre une ou plusieurs minorité(s). Ce sont finalement les racistes qui fixent les critères qui déterminent la division entre « vrais nationaux » et « étrangers ». Juridiquement, en France, le seul critère légal discriminant en droits est la possession, ou non, de la nationalité française, et pour ceux qui ne l’ont pas, la possession ou non, de la carte de séjour. Qu’il s’agisse de gouvernements PS ou UMP, nous avons par exemple des ministres arabes ou noirs. Or, si l’égalité en droits est reconnu pour tous les citoyens français, quelque soit leur couleur de peau, leur origine, leur ethnie, leur religion ou supposée religion, force est de constater que les discriminations subsistent lorsqu’on est membre d’une minorité, que ce soit pour l’accès à l’emploi, au logement, face aux contrôles policiers, etc. Notons que si, contrairement à d’autres pays, la France ne reconnaît pas l’existence de minorités nationales sur son territoire, derrière les « grands principes républicains », cette non-reconnaissance peut elle même être source de discriminations, ne serait-ce que parce qu’elle nie le droit d’utiliser sa propre langue face à l’administration. C’est notamment le cas dans les DOM-TOM où, en particulier dans les couches les plus pauvres de la population, les langues créoles dans les Antilles ou africaines à Mayotte restent les principales langues véhiculaires.

rac

Il convient également de constater, que derrière le verni « républicain-égalitaire », bien des groupes restent considérés comme « pas tout à fait Français » ou « moins Français que les autres ». Lorsque Valérie Pécresse déclare « on doit pouvoir donner aux Musulmans ce qu’on donne aux Français et aux Juifs », on comprend bien qu’elle considère, comme une bonne partie de la société et de la classe dominante, que les personnes de confession ou d’origine juive ou musulmane ne sont finalement « pas vraiment française ». Les gens du voyage aussi, même s’ils vivent en France depuis des siècles et des générations, restent considérés par une bonne partie de la classe politique comme « pas vraiment Français ». Et il faut noter qu’en Europe, à chaque vague de nationalisme et de racisme, à chaque fois que l’on commence à s’en prendre aux « immigrés » (qui sont parfois des petits-enfants ou même arrière petits-enfants d’immigrés), à chaque fois que l’on se lance dans une division entre « nationaux » et « non-nationaux », le Juif comme le Tzigane, même si leur famille est installée depuis des siècles dans le même village, risquent d’être désignés comme « étranger ».

Lire la suite

Londres : “Nazi scum – off our streets !”

Un groupe de néo-nazis avait décidé d’organiser une marche antisémite samedi 4 juillet à travers Golders Green, quartier juif du nord de Londres. Mais suite aux protestations des habitants, la manifestation « contre la judéisation de Londres » (sic) a du se tenir à Withehall dans le quartier de Westminster.

LondonAf1

Finalement, les antisémites n’ont mobilisé qu’une vingtaine de néo-nazis, protégés par d’impressionnantes forces de police, alors que plusieurs centaines d’antifascistes, Juifs et Goys, manifestaient contre le racisme.  Les slogans racistes ont été couverts par ceux des antiracistes, en particulier « Nazi scum – off our streets ! » (« crasse nazie hors de nos rues »).

Lire la suite

Oslo : Juifs et musulmans contre le racisme et l’antisémitisme

20 Minutes, 22 février 2015 :

Selon un responsable de la police, Steiner Hausvik, environ 1.300 personnes ont participé au rassemblement qui s’est déroulé dans le calme sous la surveillance de la police. «Cela montre qu’il y a beaucoup plus d’artisans de la paix que de va-t-en guerre», s’est félicité l’un des organisateurs, Atif Jamil, 26 ans. «Il y a encore de l’espoir pour les sentiments humains, la paix et l’amour au-delà des différences religieuses», a-t-il dit avant la traditionnelle cérémonie du shabbat qui s’est déroulée en plein air. De nombreux manifestants ont joint leur voix aux chants hébreux.

Le chef de la communauté juive de Norvège Ervin Kohn a souligné que c’était la première cérémonie du shabbat à se dérouler en présence d’une assistance aussi nombreuse. Le fait que «des musulmans manifestent ainsi contre l’antisémitisme est unique et cela nous remplit d’espoir», a-t-il ajouté en notant : «Vous nous avez envoyé un signal très fort nous disant que nous ne sommes pas seuls».

Lire la suite

400 lycéens dans les rues de Sarre-Union

dna.fr, 17/02/2015

Quelque 400 lycéens, comme a pu constater un journaliste des DNA, ont marché mardi, de leur propre initiative, dans les rues de Sarre-Union pour témoigner de leur indignation après la profanation du cimetière juif .

(Photo DNA)

(Photo DNA)

Quelque 400 lycéens, comme a pu constater un journaliste des DNA, ont marché mardi, de leur propre initiative, dans les rues de Sarre-Union pour témoigner de leur indignation après la profanation du cimetière juif .

Brandissant des pancartes «Coexist» et «Respect», les jeunes gens sont partis dans le calme de leur établissement, le lycée Georges-Imbert,situé dans le centre-ville, avant d’observer deux minutes de silence, ponctuées d’applaudissements, devant l’ancienne synagogue. Lire la suite