Archives de Tag: ANI

Guadeloupe : il est temps de faire entendre notre colère !

Appel intersyndical CFTC, CGTG, FO, FSU, SOLIDAIRES FPG, SPEG, SUD-PTT GWA, UGTG, UNSA de Guadeloupe :

Manifestation à Basse-Terre, en 2009

TRAVAILLEURS, JEUNES, CHÔMEURS, RETRAITÉS, ÉTUDIANTS, LYCÉENS,

Le 05 DÉCEMBRE 2013, les organisations syndicales CFTC, CGTG, FO, FSU, SOLIDAIRES FPG, SPEG, SUD-PTT GWA, UGTG, UNSA appellent l’ensemble des Travailleurs de Guadeloupe à une journée de grève et d’actions. Dans les entreprises et les administrations, il est temps de faire entendre notre colère !

UN GOUVERNEMENT CONTRE LES TRAVAILLEURS !

Des mesures toujours plus dures frappent notre classe. Dans le public comme dans le privé, les difficultés s’accumulent. Au nom de la compétitivité, l’Etat continue à faire des cadeaux aux patrons. L’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013, signé avec la complicité de certains syndicats, réduit à néant des années d’avancées sociales remportées de haute lutte. Il donne la possibilité aux patrons de baisser les salaires, d’augmenter la durée du temps de travail et de licencier encore plus facilement. L’ANI remet en cause les maigres acquis du Code du travail.

Lire la suite

Publicités

Sur la compétitivité, PSA va plus loin que l’ANI

Article publié sur le site de la Filpac-CGT :

Derrière l’accord du constructeur automobile, se cache un chantage à l’emploi encore pire que la loi.

Un accord de compétitivité au top de la régression. Si la CGT et la CFDT ont décidé de ne pas parapher le « Nouveau Contrat social » du groupe PSA, en revanche, FO, la CFECGC, le GSEA et la CFTC (représentant 63 % des voix) ont signé, hier, ce texte des deux mains.

Depuis le début des négociations, la CGT, première organisation syndicale, dénonce « un contrat antisocial ».

Lire la suite

Le Sénat adopte une régression sans précédent du droit social

2013-ANI-contre-les-jeunesCommuniqué CGT, 15 mai 2013 :

Le Sénat a voté le 14 mai 2013, avec une forte abstention, la loi dite de « sécurisation de l’emploi ».

Au final du processus législatif, force est de constater qu’on est bien loin du consensus espéré par les signataires et le Gouvernement.

La CGT réaffirme son opposition à cette loi, conforme aux grandes lignes de « l’ANI » du 11 Janvier 2013, inspirée directement des revendications du MEDEF.

Lire la suite

APLD : Les signataires de l’ANI et le gouvernement veulent nous faire les poches

CGT PSA Sochaux, 4 mai 2013  :

Rappels :

1) Revendiqué, obtenu et signé par la CGT, le système APLD (Activité Partielle de Longue Durée) permet une indemnisation convenable des salariés placés en chômage partiel (75 % du salaire brut, soit environ 90 % de la rémunération nette).

100_8083

2) Les salariés de la filière automobile (Peugeot, Faurecia mais aussi de nombreux sous-traitants) bénéficient de ce dispositif. Alors qu’il y a actuellement environ 4 jours de chômage par mois à Sochaux, l’APLD permet de préserver l’essentiel du pouvoir d’achat des ménages, de limiter les difficultés des familles, et d’éviter un effondrement commercial dans l’aire urbaine.

Lire la suite

Belle mobilisation du 1er Mai à Besançon

1400 personnes ont manifesté ce matin à Besançon à l’occasion du 1er Mai à l’appel de la CGT, de FO, de la FSU et de Solidaires. En tête des revendications, le refus de l’ANI (accord signé le 11 janvier dernier par la CFDT et le MEDEF) qui sécurise les licenciements et la délinquance patronale, mais aussi la lutte contre l’austérité, la précarité et pour l’emploi. De l’avis de toutes et de tous, ce fut une belle manifestation de 1er mai.

100_8083

100_8086

Lire la suite

Mobilisation du 1er Mai réussie à La Réunion

Selon la CGTR entre 1800 et 2000 personnes, essentiellement des travailleurs du BTP et des docks ont manifesté ce 1er Mai 2013 dans les rues de Saint-Denis à La Réunion.

Lire la suite

Manifestation du 1er Mai à la Réunion

IP Réunion, 27 avril 2013 :

Réunis en intersyndicale, la CGTR, la FSU, l’UNEF et le SAIPER ont lancé, lors d’un point presse, ce vendredi 26 avril 2013, un appel à la mobilisation le 1er mai à l’occasion de la fête du travail. Le mot d’ordre principal, selon Max Banon de la CGTR, le rejet de l’accord national interprofessionnel (ANI). Un accord, selon la CGTR, qui « accroît la précarité » et qui « n’améliore en rien la situation des salariés ». Cette année, le défilé se tiendra dans les rues de Saint-Denis.

Le rejet de l’accord national interprofessionnel sera donc au cœur des revendications ce mercredi 1er mai. Pour Max Banon, cet accord n’apporte, en aucun cas, une sécurisation du travail mais une « flexibilisation ». « Ce qui équivaut à davantage de précarité et à donner plus de souplesse aux patrons pour licencier », explique-t-il, en soulignant que « les Réunionnais traversent actuellement une période difficile », notamment à cause de la crise du chômage et du logement.

Lire la suite