Archives de Tag: Alsace

10 novembre 1918 : Le drapeau rouge flotte sur Strasbourg

Le 29 octobre 1918, les marins des navires de guerre de la base de Kiel refusent d’aller mourir pour « l’honneur » des officiers. C’est le début des mutineries de Kiel et d’un processus révolutionnaire dans toute l’Allemagne. A Stuttgart, le 4 novembre, un conseil ouvrier, constitué après une grève générale, se déclare prêt à signer la paix au nom du Wurtemberg et réclame l’abdication de Guillaume II. Le 6 novembre, des conseils d’ouvriers et de soldats contrôlent non seulement Kiel mais  aussi Lübeck, Brunsbüttel, Hambourg, Brême et Cuxhaven. A Munich, le 7 novembre, Kurt Eisner, membre de l’USPD (Parti Social-Démocrate Indépendant), appelle la foule à prendre le contrôle de la ville : les points stratégiques de Munich sont rapidement pris sans rencontrer de résistance de la part de la troupe. Le lendemain, le conseil d’ouvriers, de paysans et de soldats constitué lors de l’insurrection porte à sa présidence Kurt Eisner, qui proclame la « République socialiste de Bavière » ; le roi de Bavière Louis III prend la fuite. Le 9 novembre, le soulèvement atteint Berlin, où Karl Liebknecht proclame la Libre République Socialiste d’Allemagne.

Drapeau rouge sur la cathédrale de Strasbourg

Drapeau rouge sur la cathédrale de Strasbourg

L’Alsace-Lorraine, alors sous domination allemande, n’échappe pas à la vague révolutionnaire. Et ce d’autant plus que parmi les marins insurgés de Kiel, beaucoup sont originaires d’Alsace-Lorraine. Aussi, ils réquisitionnent deux trains pour rentrer chez eux. Didier Daeninckx note dans son article : « Le 8 novembre, la population de Strasbourg apprend la proclamation de la République des conseils de Bavière. Le lendemain, des milliers de manifestants envahissent la place Kléber pour acclamer les premiers détachements de marins arrivés du nord de l’Allemagne. Des dizaines d’officiers sont dégradés en public. Un train d’insurgés est bloqué au pont de Kehl, et un commandant loyaliste fait ouvrir le feu. Le soldat Fir est abattu. Ses camarades prennent le contrôle de la ville jumelle de Strasbourg, de l’autre côté du Rhin, puis traversent le fleuve« .

Lire la suite

Alsace : grève à France 3

E-Alsace, 4 octobre 2014 :

Les organisations syndicales CFDT et CGT de France 3 Alsace lancent un préavis de grève pour ce lundi 6 octobre. Voici le texte diffusé par les deux syndicats :

« Faire grève… Pour exiger que la direction cesse d’interpréter l’accord collectif de manière réductrice et défavorable aux salariés !

Pour exiger que les dispositions prévues – RIA, paiement des heures supplémentaires, repos hebdomadaires, etc. – soient enfin respectées !

Pour exiger une information vraie, claire et précise sur les dispositions s’appliquant aux salariés !

Lire la suite

Strasbourg. Une manifestation pour la défense des personnes au RSA

Une cinquantaine de bénéficiaires du RSA ont demandé que cesse le dénigrement dont ils estiment faire l’objet de la part du conseil général du Bas-Rhin.

les-beneficiaires-du-rsa-souhaitent-que-l-on-preserve-la-confidentialite-de-leur-situation-photo-thierry-gachon

À l’appel du Mouvement national des chômeurs et des précaires d’Alsace et de l’Association bas-rhinoise des chômeurs et demandeurs d’emploi (ABCDE), des manifestants – une soixantaine selon les organisateurs, une quarantaine selon la police – des deux départements alsaciens se sont rassemblés, hier matin à Strasbourg, devant le conseil général du Bas-Rhin. Lire la suite

Manifestation des BASF et ralentissements à la frontière

Ce matin, dès 6h30, les salariés de BASF ont mené une distribution de tracts aux postes frontières de Saint-Louis (autoroute et Lysbüchel) et Huningue (Palmrain et rue de Bâle). Ils entendaient ainsi informer de la situation pour le site BASF de Huningue, où la direction a annoncé 140 suppressions de postes, sur les 242. L’opération de distribution de tracts reprend à 16h dans le sens des retours, vers l’Alsace.

les-salaries-ont-manifeste-dans-les-rues-de-huningue-photo-jean-christophe-meyer

Les manifestants se sont ensuite rassemblés dans leur usine, avant de partir en cortège dans les rues de Huningue, en passant par la place Abbatucci, jusqu’à l’hôtel de ville. « On est tous virés », c’était un de leurs cris de ralliement. Les premiers rangs étaient habillés en dalmatiens, en référence aux 102 postes « survivants » après les suppressions d’emplois : « Nous ne serons pas les gentils toutous, BASF devra nous respecter. » Lire la suite

Piquet de grève à Haguenau pour réclamer les salaires

L’Alsace, 25 octobre 2013 :

Une dizaine de salariés d’une entreprise familiale de Haguenau, CK Constructions, se sont mis en grève mercredi pour réclamer le versement de leur salaire de septembre. Celui-ci leur avait été promis, sur leur précédente fiche de paye, pour le 20 octobre.

Le gérant ayant repoussé ce paiement à plusieurs reprises, les salariés de l’entreprise ont finalement déployé, mercredi et hier, un piquet de grève devant l’entrée du siège social. Ils ont l’intention de réitérer leur mouvement ce matin.

Lire la suite

BASF va supprimer 650 postes dans son activité pigments, dont 140 en France

CHIMIE – Le géant mondial réorganise son activité pigments…

article_BASF

Le groupe allemand BASF, géant mondial de la chimie, a annoncé mercredi la suppression d’ici à 2017 d’environ 650 postes, dont 140 dans le nord-est de la France, dans le cadre de la réorganisation de son activité pigments.

La compagnie va fermer son site écossais de Paisley et restructurer celui d’Huningue, dans le département français du Haut-Rhin, en Alsace, selon un communiqué. Lire la suite

Les salariés de Coop Alsace votent la grève reconductible

Des employés de Coop Alsace ont spontanément cessé le travail, aujourd’hui, pour protester contre la façon « dont plusieurs dizaines de salariés se sont vus reconduire à la porte » cette fin de semaine. Soutenus par la CGT, FO, la CFDT et la CFTC, ils ont voté une grève reconductible pour obtenir de leur direction qu’elle fasse preuve de « plus de respect envers les personnes ».

Y2ar

Au terme du plan social engagé au début de l’année, qui prévoit 192 suppressions de postes, près de 140 personnes quitteront l’entreprise par le biais d’un plan de départs volontaires. Une cinquantaine d’autres seront donc licenciées si elles n’acceptent pas les propositions de reclassement qui leur ont été faites. Lire la suite