Archives de Tag: Airbus

Airbus : La colère contre le « pointage en bleu »

L’Humanité, 23 février 2016 :

Depuis quinze jours, les salariés d’Airbus Nantes et Saint-Nazaire se battent contre la hausse des horaires. La direction, inspirée par la loi El Khomri, veut les obliger à pointer matin et soir en bleu de travail.

Nantes, envoyée spéciale. « La loi El Khomri, c’est un feu vert envoyé à nos directions pour casser nos acquis », lance Pascal Busson, secrétaire de la CGT Airbus à Nantes. Hier, 500 de ses camarades et lui sont sortis de l’usine pour dénoncer le projet de leur direction, qui souhaite dorénavant les voir pointer après s’être habillés en bleu de travail. Une mesure qui vise à augmenter le temps de travail des ouvriers de vingt minutes par jour, afin d’« améliorer » leur productivité plutôt que d’embaucher pour absorber la montée en cadence de la production. Une attaque des 35 heures reprise noir sur blanc dans le projet de loi du gouvernement. « Le temps nécessaire aux opérations d’habillage et de déshabillage, lorsque le port d’une tenue de travail est imposé, (…) fait l’objet de contreparties. Ces contreparties sont accordées soit sous forme de repos, soit sous forme financière », peut-on lire dans l’un de ses articles.

Lire la suite

Airbus : débrayages contre le pointage en bleu de travail

L’Echo de la Presqu’Ile, 22 février 2016 :

Ce lundi matin, près de 200 salariés étaient rassemblés devant les locaux de la direction d’Airbus à l’appel des syndicats CGT et CDFT. Les manifestants s’opposent au projet de badgeage en tenue de travail dans les ateliers de production souhaité par l’avionneur en quête de compétitivité. Près de 1 500 personnes sont concernées sur les 2 800 employés sur le site nazairien. Jusqu’à aujourd’hui, le temps d’habillage et de déshabillage, estimé à 20 minutes, fait partie du temps de travail. Une pratique que souhaite voir disparaître la direction.

airbus-200-salaries-cgt-et-cfdt-debrayent-saint-nazaire

Le projet doit être présenté au comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail mardi 23 février à Saint-Nazaire et devrait être signé mercredi lors du comité central organisé à Toulouse, les syndicats FO (majoritaire), CGC et CFTC n’y étant pas opposés. Cette nouvelle mesure doit s’accompagner pour les salariés de trois jours de récupération et d’une prime d’environ 60 €.

Lire la suite

Les salariés d’Airbus Nantes toujours mobilisés

Ouest France, 18 février 2016 :

Ce jeudi 18 février, 400 salariés d’Airbus Nantes ont de nouveau débrayé à l’appel de la CGT pour protester contre un projet de la direction consistant à obliger les salariés de production à pointer en bleu de travail.

« Jusqu’à présent, les salariés avaient le choix de se changer avant ou après le pointage, expliquait Pascal Busson, secrétaire CGT à Airbus Nantes, dans nos colonnes, le 13 février. Le projet de la direction vise à optimiser encore un peu plus le temps de travail. »

Lire la suite

Espagne : des syndicalistes risquent la prison pour fait de grève

Force Ouvrière, 17 février 2016 :

Le procès de huit syndicalistes espagnols d’Airbus, encourant de lourdes peines de prison pour fait de grève, s’est ouvert le 9 février à Madrid. Une manifestation a réuni près de 10 000 personnes dans les rues de la capitale espagnole, à l’appel notamment des deux plus importantes confédérations syndicales du pays. « Ils ne sont pas huit. Nous sommes des milliers », pouvait-on lire sur la banderole de tête. Le verdict final devait tomber le 17 février.

Les manifestants ont notamment répondu à l’appel de l’UGT (Union générale des travailleurs) et des CCOO (Commissions ouvrières).

La mobilisation, qui monte en puissance depuis plusieurs mois, a permis que le ministère public retire les charges retenues contre deux des syndicalistes et abaisse, pour les six autres, le niveau de la peine à 4 ans et demi de prison ferme au lieu de 8 ans et 3 mois requis à l’origine.

Lire la suite

Le pointage en bleu de travail fait des vagues chez Airbus

Le Figaro, 17 février 2016 :

Cette mesure censée accroître la compétitivité de l’entreprise et qui concerne les sites de Toulouse, Nantes et Saint-Nazaire passe mal du côté des salariés.

Pointer matin et soir, oui, mais en bleu de travail, non! Plusieurs centaines de salariés de l’usine Airbus de Nantes ont débrayé mardi pour protester contre un projet d’accord d’entreprise prévoyant cette contrainte pour les personnels d’ateliers. Cet accord, qui concerne les salariés de production des trois sites d’Airbus en France (Toulouse, Nantes, Saint-Nazaire), devrait être mis en place début avril après la signature des organisations syndicales représentatives.

Lire la suite

Forte mobilisation des ouvriers de Daimler à Stuttgart

Dans le cadre des négociations salariales dans la métallurgie en Allemagne, une grève d’avertissement était organisé ce vendredi 6 février dans la région de Stuttgart dans les usines Mercedes-Benz. A l’usine de Sindelfingen, 7.000 travailleurs ont participé à un débrayage et à un rassemblement et 2.000 ouvriers ont manifesté devant le siège de l’entreprise à Stuttgart-Untertürkheim. La presse locale a souligné à cette occasion « l’esprit combatif de la base ».

Igm

Les ouvriers de Daimler, comme tous les travailleurs de la métallurgie, revendiquent une hausse de 5,5% des salaires alors que le patronat refuse d’aller au-delà de 2,2%.

Lire la suite

Nouvelle grève chez Cimpa, une filiale d’Airbus

France 3 Midi-Pyrénées, 29 juillet 2015 :

Les salariés se mobilisent à nouveau. La mise en vente de la filiale d’Airbus approche de son terme. Deux sociétés repreneuses ont été retenues. Les 600 salariés craignent des fermetures de site et une dégradation des conditions de travail.

A partir de 9h, jeudi matin, les salariés se sont mobilisés. Une grève a été déclenchée.

Lire la suite

Grèves dans la métallurgie en Allemagne

Le Figaro, 29 janvier 2015 :

Plusieurs milliers de salariés allemands de l’industrie, principalement de l’automobile, étaient en grève jeudi matin, alors que des négociations salariales dans le secteur géant de la métallurgie patinent.

Rien qu’en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, région industrielle de l’ouest du pays, 3.000 salariés dans 15 entreprises se sont mis pendant la nuit en grève dite d’avertissement – débrayages de quelques heures, étape préalable à des grèves dures illimitées -, a indiqué la section régionale du syndicat IG Metall. Deux usines de Ford à Cologne ont par exemple été touchées pendant une heure dans la nuit, ou encore un site de l’équipementier Gestamp à Bielefeld.

Lire la suite

Saint-Nazaire : Les salariés de Derichebourg en grève

Presse Océan, 24 septembre 2014 :

Ils interviennent quotidiennement en sous-traitance sur le site Airbus de Gron. Mais hier, une large majorité des 55 salariés de Derichebourg propreté, société spécialisée dans le nettoyage industriel, a cessé le travail. Ils demandent le versement de deux primes dans un contexte particulier.

« En fait Derichebourg a perdu le contrat avec Airbus », explique Nathalie Moreau, déléguée CFTC. « C’est Atalian qui l’a repris et nous sommes transférés à partir du 1er octobre ». « Nous, on demande que Derichebourg nous verse les primes au prorata de l’année écoulée », ajoute t-elle.

Des ouvrières tunisiennes en grève de la faim pour le droit au travail

Depuis plus d’un an et demi, un conflit social se déroule dans l’entreprise LATelec-Fouchana en Tunisie. Dirigée par des femmes, cette lutte est remarquable à plus d’un titre, entre autres par la ténacité des salariées à vouloir rester dans le monde du travail. Avoir un emploi pour une femme en Tunisie et le garder reste une gageure. En effet, le taux d’activité féminin y est faible, soit en 2011 de 24,9 % de la population active totale contre 70,1 % pour les hommes.

syndicalistes-de-sea-latelec-de-fouchana

Humanité, 9/07/2014

LATelec est une filiale de l’équipementier aéronautique français Latécoère, un des leaders mondiaux de son secteur, qui fournit de grands noms de l’aviation comme Airbus ou Dassault. Cette entreprise a délocalisé en Tunisie en 2005 une partie de sa production de câblage, réduisant ainsi ses coûts de fabrication : les ouvrières sont payées autour de 150 euros par mois. Lire la suite