Archives de Tag: accident du travail

Le procès de la catastrophe minière de Soma reporté de 48 heures

France 24, 13 avril 2015 :

Le procès de la catastrophe minière de Soma, la plus meurtrière de l’histoire de la Turquie, a été suspendu lundi pour deux jours à l’issue d’une première audience tendue où les familles des victimes ont déversé leur colère contre les accusés.

Les familles des victimes attendaient ce moment depuis plus d’un an et demi. Le procès de la catastrophe minière de Soma s’est ouvert lundi 13 avril. Le drame industriel, le plus meurtrier de l’histoire de la Turquie, avait coûté la vie à 301 mineurs, et terni l’image de l’administration du président Recep Tayyip Erdogan. Mais il a été suspendu pour deux jours à l’issue d’une première audience tendue où les familles ont déversé leur colère contre les accusés.

Lire la suite

Ouverture du procès de la catastrophe meurtrière de la mine de Soma

AFP, 11 avril 2015 :

L’accident avait coûté la vie à 301 mineurs et indigné le pays; Erdogan avait été mis en cause.

Le procès de la catastrophe industrielle la plus meurtrière de l’histoire de la Turquie s’ouvre lundi, près d’un an après l’accident qui a coûté la vie à 301 mineurs à Soma (ouest), indigné le pays tout entier et durablement écorné l’image du gouvernement.

Lire la suite

Un employé d’Arcelor-Mittal de Fos amputé de la main

A force de rogner sur les effectifs, au détriment de la sécurité, on brise des travailleurs-euses…

L'accident s'est produit dans l'unité de cokerie de l'usine Arcelor-Mittal de Fos-sur-mer.

L’accident s’est produit dans l’unité de cokerie de l’usine Arcelor-Mittal de Fos-sur-mer.

metronews.fr, 11-09-2014

ACCIDENT – Mercredi soir, un employé de 23 ans de l’usine Arcelor-Mittal de Fos-sur-Mer a dû être amputé de la main suite à un accident sur une machine. Les syndicats dénoncent le manque d’effectifs.

L’accident fait froid dans le dos. Mercredi soir, vers 23 h 30, un employé de 23 ans travaillant dans une usine Arcelor-Mittal de Fos-sur-Mer, là où le charbon est transformé pour alimenter les hauts-fourneaux, a eu la main coincée dans l’une des machines de la chaîne d’alimentation. Lire la suite

Colère sur les chantiers à Istanbul

Suite à la mort de 10 ouvriers du bâtiment dans la nuit de samedi à dimanche dans un nouvel accident de travail, plusieurs manifestations ont eu lieu dimanche dans les rues d’Istanbul. Après les protestations de dimanche, la presse turque annonce que plusieurs centaines d’ouvriers du bâtiment ont cessé le travail pendant trois heures ce lundi à midi pour dénoncer leurs conditions de travail.

Gisors : Un ouvrier hongrois tombe du toit chez ICP

Un accident qui suscite la colère de la CGT qui dénonce les conditions de travail au sein de l’entreprise gisorsienne.

En marchant sur le toit, l'ouvrier est passé au travers de cette plaque d'isolation.

En marchant sur le toit, l’ouvrier est passé au travers de cette plaque d’isolation.

Un accident du travail survenu le 17 juillet dernier est aujourd’hui dénoncé par une partie du personnel qui pointe du doigt des conditions de travail jugées déplorables. Plusieurs ouvriers précaires originaires des pays de l’Est européen se relaieraient sur le site de production cosmétique ICP, certains d’entre eux dormant même sur place… Lire la suite

Nouvelles protestations à travers la Turquie

Suite à la catastrophe minière qui a fait 301 victimes à la mine de Soma, des manifestations et rassemblements pour dénoncer les responsabilités du gouvernement et du patronat dans ce massacre ont encore eu lieu samedi 17 mai à travers toute la Turquie.

Ankara

Lire la suite

Turquie : le bilan définitif s’élève à 301 morts

Le Parisien, 17 mai 2014 :

Devant les familles en pleurs, de nouveaux corps sans vie ont été extirpés samedi de la mine de Soma (Turquie), où une violente explosion est survenue ce mardi alors que 787 employés se trouvaient à l’intérieur.

Plus tard, le ministre de l’Energie Taner Yildiz a annoncé un bilan définitif, s’élevant à 301 victimes. «La mission de sauvetage a été menée jusqu’à son terme. Il n’y a désormais plus aucun mineur au fond de la mine», a-t-il déclaré.

Au terme de quatre jours d’opérations rendues difficiles par les incendies et la présence de gaz toxique, les dépouilles des deux «gueules noires» encore bloquées sous terre ont été remontées à la surface par des sauveteurs et les mineurs, qui ont dans la foulée commencé à déserter les abords du puits dévasté.

Lire la suite