Archives de Tag: accident de travail

Explosion meurtrière dans une usine du Bangladesh

Le Parisien, 10 septembre 2016 :

Au moins 15 personnes ont été tuées samedi et 70 blessées dans un énorme incendie provoqué par l’explosion d’une chaudière dans une usine d’emballage au nord de Dacca au Bangladesh, selon un bilan de la police et des services hospitaliers.

dacc

Une centaine d’ouvriers travaillaient au moment de la déflagration dans ce bâtiment de quatre étages de Tongi, une ville industrielle à quelques kilomètres au nord de la capitale bangladaise. «Le bilan a augmenté à 15 morts et au moins 70 blessés», a déclaré Parvez Mia, un médecin de l’hôpital public de Tongi. «La plupart présentaient des brûlures. Nous avons envoyé ceux qui sont dans un état critique dans les hôpitaux de Dacca», a-t-il dit.

Lire la suite

Grève sur un chantier parisien : après un accident, la colère de travailleurs sans papiers

Libération, 8 septembre 2016 :

Selon la CGT, des ouvriers maliens reprochent à leur employeur de ne pas avoir appelé les secours, réclament leur régularisation administrative et des conditions moins dangereuses. Silence de leurs patrons.

spcgt75

La semaine dernière, déjà, il y avait eu ce collègue blessé à l’œil par un débris de chantier, raconte la CGT. Mais les 25 travailleurs maliens en charge du démontage de l’ancien siège du groupe Michelin, avenue de Breteuil, dans le VIIe arrondissement de Paris, avaient tout de même continué le travail. Jusqu’à ce qu’ils décident de se mettre en grève, mercredi. La veille, l’un d’eux a été victime «d’un gros accident du travail», raconte Marilyne Poulain de l’union départementale de la CGT de Paris. «Il est tombé d’un échafaudage non adapté aux travaux en hauteur et s’est cassé le bras, avec fracture ouverte. Ses collègues ont alors voulu appeler les pompiers, mais l’employeur ne voulait pas. Ce sont donc eux qui ont finalement alerté les secours.»

Lire la suite

Quatrième jour de grève des cheminots en Algérie

Liberté Algérie, 3 janvier 2015 :

Les conducteurs de train (mécaniciens) poursuivent — pour la quatrième journée — leur grève paralysant ainsi le trafic ferroviaire. Rien ne semble pour l’instant pouvoir arrêter ce débrayage.

La cause principale de ce mouvement de grève remonte à une semaine, suite au décès d’un aide-mécanicien dans un accident ferroviaire à un passage à niveau non gardé à la sortie de la gare d’Akbou dans la wilaya de Béjaïa, lorsqu’un camion transportant du sable a débordé pour doubler une file de véhicules et a été percuté par un train, qui assurait la navette Béjaïa-Beni Mansour, qui passait au même instant. L’aide conducteur a péri dans l’accident. Ce énième drame a mobilisé davantage les conducteurs de train pour observer dès mercredi dernier un arrêt de travail et organiser une journée de protestation en exigeant des pouvoirs publics et de la direction générale de la SNTF d’assurer plus de sécurité et de surveillance dans ces passage à niveau non gardés ayant provoqué la mort de sept personnes et des blessures à 39 autres uniquement lors de l’année écoulée.

Lire la suite

Algérie : Les cheminots en grève

Maghreb Emergent, 30 décembre 2015 :

Le trafic ferroviaire en Algérie était totalement paralysé mercredi en milieu de journée par une grève des conducteurs de trains, qui protestent contre l’absence de passages à niveau gardés après le décès d’un de leurs collègues près d’Akbou, dans la wilaya de Bejaïa, dans un accident.

Le débrayage des conducteurs de trains de la SNTF a été décidé à la suite du décès hier mardi d’un chauffeur sur un passage à niveau non gardé dans la commune d’Akbou, dans la wilaya de Béjaïa. Cette grève a été décidée, selon un syndicaliste, pour dénoncer le manque de sécurité des trains aux passages à niveau non gardés.

Lire la suite

PSA Mulhouse : Mort d’un ouvrier sur le parking

Communiqué CGT PSA Mulhouse, 16 décembre 2015 :

Ce matin, notre camarade Rémy Daboudet, qui travaillait en HC3 en TC, est mort sur le parking du Montage, après avoir terminé sa nuit de travail. Il a été écrasé par une voiture.

Remy travaillait à la HC3 en TC sur un poste de chaîne, chargé, difficile, comme beaucoup d’entre nous connaissent.

Lire la suite

Quand Manpower dissimule la mort de l’un de ses intérimaires pendant deux mois

Bastamag, 29 octobre 2015 :

Il était terrassier. Ouvrier recruté par le groupe Manpower, spécialisé dans l’intérim, il est décédé fin juillet, suite à un malaise sur un chantier de Clichy (Hauts-de-Seine), aux portes de Paris. L’accident de travail mortel dont il a été victime a été dissimulé pendant… deux mois ! Les instances représentatives du personnel de Manpower n’en ont pas été informées avant début octobre. « En France, des gens meurent et… disparaissent, c’est totalement inadmissible ! », s’insurge Alain Wagmann de la CGT Intérim. C’est probablement parce qu’il s’appelait Mamadou Traoré et était travailleur sans papier. Il intervenait en tant qu’intérimaire sur un chantier de la Sade (Société auxiliaire de distribution d’eau), une filiale de Veolia, lorsqu’il est décédé après, semble-t-il, son transfert à l’hôpital Saint-Louis, à Paris.

« La famille a-t-elle récupérée le corps ? A-t-il été enterré ? Une déclaration d’accident du travail a-t-elle été remplie ? Pour l’instant, on n’en sait rien », s’interrogeait le syndicaliste au lendemain d’un rassemblement organisé devant le siège de Manpower à Nanterre, le 17 octobre. Suite à des rumeurs persistantes depuis la rentrée, la CGT a interpellé la direction de Manpower, qui a finalement confirmé le décès de son employé. « Ils ont admis qu’ils avaient commis une erreur. Un salarié a des droits qui doivent être respectés, peu importe son état civil », commente Alain Wagmann. Lorsqu’un intérimaire est victime d’un accident du travail, une enquête conjointe de la société d’intérim et de l’entreprise cliente est normalement diligentée dans les jours qui suivent. Une réunion du Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail, a finalement été convoquée le 19 octobre, deux mois et demi après les faits. Contactée par courriel le 22 octobre, la société Manpower ne nous a pas répondu.

Lire la suite

Le capitalisme a encore tué cette nuit en Bosnie

Le capitalisme n’arrache pas les chemises, lui il arrache les vies. Les capitalistes ont encore tué cette nuit.

Au moins 4 ouvriers sont morts, et au moins deux gravement blessés, cette nuit dans une mine en Bosnie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lire la suite