Archives de Catégorie: Kenya

Le Kenya légalise la polygamie, imposée ou non

La décision a provoqué la fureur d’élues qui ont claqué la porte du Parlement de Nairobi. Les députés kényans ont voté une loi permettant aux hommes d’épouser autant de femmes qu’ils le souhaitent, sans en toucher mot à leur première épouse.

Le Parlement kényan à Nairobi, en septembre. | AFP/SIMON MAINA

Le Parlement kényan à Nairobi, en septembre. | AFP/SIMON MAINA

La proposition de loi, adoptée tard jeudi 20 mars, formalise en droit kényan des lois coutumières. A l’origine, le texte donnait la possibilité aux épouses de s’opposer à une décision de leur mari d’épouser plusieurs femmes. Mais unissant leurs forces au-delà des appartenances politiques, les élus hommes sont finalement allés plus loin, abandonnant cette clause donnant voix au chapitre aux femmes.

« C’EST L’AFRIQUE » Lire la suite

Manifestation à Nairobi pour les victimes de viol

La mobilisation a été déclenchée par le viol collectif resté impuni d’une jeune fille de 16 ans.

561992--

Quelques centaines de manifestants ont réclamé ce jeudi à Nairobi justice pour une adolescente de 16 ans violée par des hommes identifiés mais laissés libres et toujours pas poursuivis, ainsi que la fin de l’impunité contre les auteurs de violences sexuelles au Kenya. Lire la suite

Viol collectif au Kenya : les auteurs condamnés à… tondre la pelouse

Les défenseurs kényans des droits de l’homme sont vent debout contre les autorités locales qui ont condamné en juin dernier les six auteurs d’un viol collectif perpétré sur une adolescente de 16 ans à une très faible peine d’intérêt général. Ils ont simplement été obligés de tondre la pelouse d’un commissariat avant d’être relâchés. 

3266051_6602-crying-girl-1-460x230_650x300

Cette peine apparaît en effet bien dérisoire comparée au calvaire qu’a subi la jeune Kényane, aujourd’hui paralysée et souffrant d’une fistule obstétricale. La scène s’était déroulée dans le village de Tingolo, dans l’ouest du pays, près de la frontière ougandaise, alors que l’adolescente rentrait des funérailles de son grand-père. Elle avait été jetée dans une fosse de six mètres de profondeur servant de latrines après avoir été abusée sexuellement par chacun des six hommes. Lire la suite

Les enseignants kényans mettent fin à leur grève d’un mois

Afriquinfos, 18 juillet 2013 :

Plus de 260.000 enseignants du Kenya ont mis fin mercredi à leur grève qui a duré un mois quelques heures après la fermeture indéfinie de toutes les écoles primaires publiques par le gouvernement.

Le président du Syndicat national des enseignants du Kenya ( KNUT) Wilson Sossion a dit que la décision a été prise après des discussions productives avec le vice-président William Ruto à Nairobi.

« Nous avons eu des entretiens fructueux avec le gouvernement et nous mettons désormais fin à la grève », a déclaré mercredi soir M. Sossion aux journalistes à Nairobi.

Lire la suite

Kenya : Les dockers solidaires des enseignants en grève

Depuis mardi, les enseignants du Kenya sont en grève pour demander que le gouvernement accorde une hausse de salaires prévue lors d’accords de 1997. Par la voix du ministre du travail Kazungu Kambi, non seulement le gouvernement n’a pas pris en compte les revendications, mais a donné l’ordre aux enseignants de reprendre le travail.

Aussi, jeudi, le représentants du syndicats des docks a affirmé sa solidarité et a déclaré que si le gouvernement de payait pas les salaires aux enseignants, les dockers pourraient cesser le travail en solidarité. Il a également indiqué que le syndicat des docks prenait contact avec d’autres organisations syndicales à travers le pays (comme le syndicat des Ferries du Kenya) pour proposer une éventuelle grève de solidarité.

Kenya : Le président face à une menace de grève dans l’éducation

Xinhua, 22 juin 2013 :

Le président kenyan Uhuru Kenyatta a demandé vendredi aux entités gouvernementales concernées d’ entamer des pourparlers avec les syndicats d’enseignants sur la question des salaires afin d’éviter un mouvement de grève. Dans un communiqué publié à Nairobi, M. Kenyatta a demandé au ministère de l’Education, à la Commission des salaires (SRC) et à la Commission des enseignants (TSC) d’entamer des pourparlers avec le Syndicat national des enseignants du Kenya (KNUT) et le Syndicat des enseignants du secondaire du Kenya (KUPPET) afin de discuter des revendications des enseignants.

« Je souhaite que des négociations efficaces soient engagées afin d’éviter tout événement susceptible de perturber le bon déroulement de l’enseignement dispensé à nos enfants », a déclaré le président.

Lire la suite

Violation des droits syndicaux dans le monde

Article paru dans FO Hebdo, 29 décembre 2012 :

En plusieurs points de la planète, les travailleurs et travailleuses qui défendent leurs droits continuent de subir une répression féroce. La situation des droits syndicaux se détériore aussi gravement dans les pays développés, en particulier en Europe où la crise n’est pas sans effet sur la liberté syndicale et de négociation collective. Tel est le double constat que dresse la CSI (Confédération syndicale internationale) dans son rapport annuel sur les violations des droits syndicaux, qui porte cette année sur 143 pays.

Pas moins de 76 syndicalistes ont été assassinés en 2011, auxquels il faut ajouter les centaines d’autres tués lors des révolutions en Tunisie et en Égypte notamment. Ceux qui ont perdu leur travail ou leur liberté se comptent par milliers. La Colombie reste le pays le plus dangereux au monde pour les syndicalistes. Sur les 76 travailleurs assassinés, 29 l’ont été dans ce pays. La répression des droits syndicaux a été particulièrement forte en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et dans les pays du Golfe, souligne le rapport, car «les organisations syndicales ont joué un rôle prépondérant dans les révolutions, en particulier en Tunisie, Égypte et au Bahreïn, et elles en ont payé le prix fort».

Lire la suite

Kenya : le port de Mombasa paralysé par une grève

Euronews, 3 novembre 2012 :

Une grève de cinq jours paralyse depuis hier l’activité du port de Mombasa, la deuxième ville du Kenya, située dans le sud du pays.

Une mobilisation suivie par la totalité des 3128 salariés qui réclament des lettres de titularisation et la fin des contrats précaires.

Conséquence de ce mouvement de grève, les marchandises restent bloquées dans leurs conteneurs.

Lire la suite

Grève des fonctionnaires au Kenya.

Afriquejet, 06/09/2012 :

Fonction publique : La grève des fonctionnaires kenyans menace de perturber les services essentiels –

Le Kenya est sur le point d’entamer des discussions avec les enseignants en grève au lendemain du licenciement de tous les médecins internes qui ont suivi le mot d’ordre de déclencher une nouvelle grève jeudi prise par tous le personnel enseignant des universités. La «révolution pour de meilleures conditions de vie» a surgi dans un contexte de menaces proférées par d’autres structures gouvernementales de se joindre à la grève pour réclamer un salaire plus décent, ce qui devrait augmenter le coût des dépenses du gouvernement dans les prochains mois.

Le secrétaire général du syndicat des personnels universités (UASU), Muga K’Olale, a déclaré que la grève a été décrétée pour acculer le gouvernement à honorer un accord de rémunération de 2010 pour reprendre le travail. Il a ajouté que «Le gouvernement a brillé par son silence».

L’Union nationale des enseignants du Kenya (KNUT) et l’Union des enseignants du cycle post-primaire du Kenya (KUPPET) ont décrété la grève pour réclamer l’augmentation de 200 à 300 pour cent de leurs salaires.

L’accord avait été conclu en 1997 suite à la plus longue grève décrétée par les enseignants contre le gouvernement de Daniel Arap Moi, qui a pris sa retraite en tant que président en 2002.

Lire la suite

Kenya: des soignants démoralisés par leur travail, pas émus par les menaces.

« Surchargés », mal payés et sous-équipés, les personnels de santé du Kenya, en grève depuis le 1er mars, se disaient vendredi « démoralisés » par leurs conditions de travail, mais peu impressionnés par l’annonce du gouvernement la veille de révoquer 25.000 grévistes.

La grève a en effet sérieusement perturbé le fonctionnement des établissements hospitaliers publics: le gouvernement affirme que les patients sont privés de soins et la presse kényane fait état de plusieurs décès.

La grève a en effet sérieusement perturbé le fonctionnement des établissements hospitaliers publics: le gouvernement affirme que les patients sont privés de soins et la presse kényane fait état de plusieurs décès.

Stanley Nderitu, un représentant des grévistes sans affiliation syndicale, estime à 40.000 le nombre de personnels soignants au Kenya, dont la moitié d’infirmiers et infirmières.

« La grève continue! », scandent un peu plus d’un demi-millier d’entre eux, en grande majorité des femmes d’âges divers, rassemblés devant l’entrée de l’immeuble du ministère de la Santé, après une brève marche dans le centre administratif de la capitale kényane.

Seuls deux policiers gardent le bâtiment. L’ambiance est bon enfant, mais les revendications fermes.

« Nyong’o nous voulons nos droits, et toi tu vas te faire soigner à l’étranger! », chantent en swahili les manifestants, à l’adresse du ministre de la Santé Peter Anyang Nyong’o, parti l’an dernier se faire soigner un cancer de la prostate aux Etats-Unis.   Lire la suite