Archives de Catégorie: Hongrie

Vidéos : Mobilisation du 12 septembre pour l’accueil des réfugiés en Europe

Vidéos de manifestations et de rassemblements sous le slogan « bienvenue aux réfugiés » à travers l’Europe ce 12 septembre.

– Bristol (Grande-Bretagne) :

– Budapest (Hongrie) :

Lire la suite

Une image de l’autre Hongrie

Si nous voyons régulièrement des images du traitement inhumain des réfugiés par les autorités racistes en Hongrie, voilà une autre image, celle d’habitantes et d’habitants de Budapest qui distribuent des chaussures aux réfugiés.

budapest

Réfugiés en Hongrie : « Même les animaux sont mieux traités que nous »

Le Point, 11 septembre 2015 :

Une bénévole a filmé les mauvais traitements réservés aux réfugiés du camp de Röszke. « Même les animaux sont mieux traités que nous », dénoncent ces derniers.

« Ici, c’est Guantánamo », lance un Kurde de la ville syrienne de Kobané, derrière la double clôture de barbelés qui le retient, comme des centaines d’autres migrants, dans un des camps hongrois de Röszke, près de la frontière serbe. « Même les animaux sont mieux traités que nous, ici, c’est Guantánamo », martèle ce réfugié, Mustafa, en référence à la prison militaire américaine installée à Cuba, très décriée pour ses conditions de détention. Pour preuve, il montre son pied blessé entouré d’un sac plastique bleu, faute, dit-il, d’« aide médicale ».

Lire la suite

Convoi de voitures pour aider les réfugiés en Hongrie

Alors que des centaines de réfugiés sont partis à pied depuis Budapest en direction de la frontière autrichienne, 140 conductrices et conducteurs ont quitté Vienne ce dimanche matin pour aller à leur rencontre et les aider à traverser la frontière, et ce malgré les menaces des autorités hongroises que toute aide aux réfugiés est illégal. Une autrichienne, interrogée par la BBC, explique : « Je pense que c’est mon devoir. Je suis une mère. Je suis une femme d’Autriche et je ne peux plus fermer les yeux. Nous sommes tous des êtres humains et personne n’est illégal ».

convoy Lire la suite

2.200 conducteurs autrichiens prêts à aller chercher des réfugiés à Budapest

Alors que de nombreux réfugiés restent bloqués à Budapest, 2.200 conducteurs autrichiens se sont portés volontaires vendredi pour aller avec leurs véhicules à Budapest aider ces réfugiés à rejoindre l’Autriche.

Quatre militants autrichiens ont été arrêtés vendredi par la police hongroise alors qu’ils tentaient d’organiser des départs en voiture pour des réfugiés. Selon la législation en vigueur du gouvernement Viktor Orban, ils risquent jusqu’à cinq ans de prison pour ce simple geste de solidarité humaine. Le gouvernement autrichien a lui rappelé que « l’aide à l’immigration illégale » était passible d’une amende de 5.000 euros.

Hongrie : 300 migrants s’évadent d’un camp, fermeture partielle d’un poste-frontière (police)

AFP

Des migrants passent la frontière au niveau du village hongrois de Röszke pour entrer en Serbie, le 28 août 2015 - AFP/Archives

Des migrants passent la frontière au niveau du village hongrois de Röszke pour entrer en Serbie, le 28 août 2015

Quelque 300 migrants se sont évadés vendredi matin d’un camp hongrois de premier accueil situé près de la frontière serbe à Röszke, a annoncé la police, poussant la Hongrie à fermer provisoirement et partielllement ce poste-frontière autoroutier.

« Selon des estimations, 300 immigrants illégaux ont franchi la clôture du centre de rassemblement de migrants de Röszke à 11H30 (09H30 GMT), en deux vagues, et ont couru vers l’autoroute M5 », a indiqué la police dans un communiqué, soulignant que « des mesures pour leur interpellation ont été prises ».

Lire la suite

Hongrie – la police emmène de force des centaines de réfugiés dans un camp

La Hongrie aujourd’hui – Selon differentes sources concordantes (dont TANJUG, AlJazeera Balkans et activistes sur place), un train parti de Budapest vers l’Autriche a été arrêté 40km plus loin par la police hongroise et les réfugiés ont été emmenés de force vers un camp. Déclarant cette region à l’Ouest de Budapest comme « une zone d’intervention policière », la police a ordonné aux journalistes et aux ONG de quitter immédiatement les lieux.

image

Lire la suite

Hongrie : Résistance à la campagne raciste du gouvernement

Non content d’ériger un rideau de fer entre la Hongrie et la Serbie, le gouvernement d’extrême-droite de Viktor Orban a lancé une campagne xénophobe puante en juin , avec des immenses affiches officielles, où on peut lire des slogans comme « Si tu viens en Hongrie, ne prends pas le travail des Hongrois»,  « Si tu viens en Hongrie, respecte notre culture» ou « Respecte nos lois. » En juillet, s’ajoute une autre campagne, qui coûtera 600 millions de couronnes (soit près de 2 millions d’euros) aux contribuables, où est écrit « nous ne voulons pas d’immigrés illégaux ».

hon1hon2

Les antiracistes de Hongrie répondent à cette campagne en arrachant ces affiches, en les recouvrant de peinture ou même en détournant les slogans.

Lire la suite

Hongrie : Non au mur de la honte !

Alors que l’armée hongroise commence d’ériger un mur de quatre mètres de haut sur les 180 km de frontières avec la Serbie, mur dont le but est d’empêcher l’entrée de réfugiés et autres migrants, près d’un millier de personnes ont manifesté le 14 juillet à Budapest contre le mur de la honte, pour le droit des réfugiés et des migrants et pour rappeler qu’aucun être humain n’est illégal.

BudaBuda2 Lire la suite

Ils menacent la liberté de la presse et défilent à Paris

I-Télé, 11 janvier 2015 :

La Hongrie, l’Egypte, la Turquie, la Russie, les Emirats arabes unis ou encore l’Algérie étaient représentés dimanche à Paris lors de la marche républicaine contre le terrorisme et pour la liberté. Pourtant, ces pays sont connus pour leurs politiques répressives à l’égard de la presse et des journalistes. Des organisations de défense de la liberté de la presse et des droits de l’homme s’en sont indignés.

La présence à la marche parisienne dimanche du Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et de ses homologues d’Algérie, d’Egypte ou encore des Emirats arabes unis a sucité l’indignation de Reporters sans frontières (RSF). L’ONG a réagi dans un communiqué publié dimanche :

Lire la suite