Archives d’Auteur: Nicolas Dessaux

Rassemblement pour Kobanê à Lille

IMG_20141101_172838598

Environ 120 personnes, principalement Kurdes, ont participé au rassemblement pour Kobanê à Lille, samedi 1er novembre à à 17h. Les drapeaux du PKK étaient particulièrement présents. Des militants et militantes du PCF, de la CNT, d’Ensemble et de l’Initiative communiste-ouvrière étaient également présents. Le rassemblement s’est terminé par des chants et des danses kurdes.

Publicités

Lille : rassemblement de soutien à Kobanê samedi 1er 17h

Un nouveau rassemblement de soutien à Kobanê aura lieu samedi 1er novembre à 17h, place de la république à Lille.

kobane_lille

L’initiative communiste ouvrière y participera, de même qu’au rassemblement à la mémoire de Rémi Fraisse à 18h.

Rencontre avec Muayad Ahmed à Lille le 8 novembre

Réunion publique avec Muayad Ahmed à Lille le 8 novembre, secrétaire général du Parti Communiste-Ouvrier d’Irak, à 16 heures à la Librairie l’Insoumise, 10 rue d’Arras à Lille.

lille_n

Rassemblement pour Kobanê à Lille

kobane_lilleUne quarantaine de personnes se sont rassemblées ce soir à Lille, grand-place, en soutien aux combattantes et combattants de Kobanê, à l’appel de L’Insoumise, de Solidarité Irak et de l’Initiative communiste-ouvrière. Le tract suivant a été distribué :

SAUVEZ KOBANÊ !

Depuis plus de vingt jours, la population de la ville syrienne de Kobanê, femmes et hommes, Kurdes et Arabes, résiste héroïquement face aux fanatiques religieux et réactionnaires  de Daesh, l’« état islamique ».

Depuis le 6 octobre, face à l’offensive des bandes armées de Daesh, équipées de matériel militaire moderne grâce au soutien apporté par des pétromonarchies du Qatar ou d’Arabie Saoudite, c’est quartier par quartier, rue par rue, que les habitantes et habitants de Kobanê résistent les armes à la main.

Lire la suite

Lille, mardi 14 octobre, 18h00 – rassemblement de soutien à Kobane

2014-07-05-kck-herkes-kobane-icin-seferber-olmaliRassemblement Mardi 14 octobre, 18h,Grand’Place de Lille.

Rassemblement de soutien aux combattant-es kurdes qui défendent Kobané contre les réactionnaires de Daesh. Cette bataille est un symbole car si Kobané tombe aux mains des islamistes, c’est toute la révolution sociale amorcée par les Kurdes dans la région (droits des femmes, assemblée démocratique, partage des terres et des richesses, etc)  qui va être sacrifiée. Alors que la coalition occidentale ne réagit pas ou peu (volontairement!), cette lutte nécessite notre soutien et notre solidarité révolutionnaire.

Hôpital de Carhaix. Débrayage le 23 septembre à l’appel de la CGT

La CGT de l’hôpital craint un plan social « alors que l’activité de l’établissement est en augmentation ». Le syndicat appelle à débrayer le mardi 23 septembre.

La CGT appelle le personnel de l’hôpital de Carhaix à débrayer durant une heure (de 14 h 30, à 15 h 30 devant le hall d’accueil) le mardi 23 septembre. Le syndicat craint un plan social après que la direction a annoncé, dans un courrier adressé à tous les agents en juin dernier que « chacun devrait prendre sa part de l’effort » pour résorber un trou financier. « D’où vient ce trou financier alors que l’activité locale est en augmentation», s’interroge la CGT qui craint « la suppression de postes de contractuels, une dégradation supplémentaire des conditions de travail, une réduction de l’offre de soins, une déshumanisation de l’hôpital, tant pour le personnel que pour les patients. »

RETRAIT DU PLAN SOCIAL

En conséquence, le syndicat demande « le retrait du plan social et des suppressions de postes annoncées, l’abandon des mesures de réduction de rémunération pour les contractuels et pour les titulaires, des moyens et des projets pertinents pour la poursuite du développement du site de Carhaix », et, enfin, de « remettre l’humain au cœur du débat. Il est totalement incohérent de brider une activité en augmentation. »

Lire la suite

Quimperlé (Finistère) Mouvement de grève chez Bigard

Un licenciement jugé « honteux » par la CGT a fait sortir environ 300 salariés de l’usine Bigard (industriel de la viande), ce lundi matin, à Quimperlé. Les grévistes, engagés dans un mouvement dont la durée n’est pas déterminée, filtrent l’accès au site « sans empêcher la production ». Jeudi, un ouvrier de l’atelier d’abattage boeuf, employé depuis 26 ans, a reçu sa lettre de licenciement « pour manquement ». « Ils veulent faire un exemple, revenir sur ce pour quoi on s’est battu », dénonce Michel Le Goff, délégué CGT, reçu ce matin par la direction qui « est restée sur ses positions ». Une vanne de stérilisateur fermée à l’atelier d’abattage constitue le motif de licenciement, pour un employé « innocent des faits reprochés », estime le syndicat.

Lire la suite