Grève au Centre hospitalier universitaire de Yaoundé

News du Camer, 25 août 2016 :

Il revendique 4,6 milliards de francs CFA représentant les états de somme dus à la dette sociale, des meilleures conditions de travail ainsi que le paiement des arriérés de salaire.

Centre hospitalier universitaire de Yaoundé (CHUY), ce jeudi 25 août 2016, il est 14 heures. Sous ce soleil caniculaire, le tam-tam retentit. Des éclats de rire, des youyous se font entendre à au portail de l’établissement sanitaire. On dirait une fête, en d’autres termes, il prévaut une ambiance carnavalesque. Mais les messages inscrits sur une pancarte à l’entrée de l’hôpital renseignent aussitôt sur la véritable nature de l’évènement. « Grève au CHUY : nous sommes en grève pour exiger : le paiement à date fixe des salaires ; versement de trois mois d’arrières de salaire (juin-aout) ; le paiement d’arriérés de quote-part (mai-aout) ; les états individuels de la dette sociale ainsi que la date de paiement de la dite dette », Peut on lire sur un tract. « Ne touchez pas à nos primes statutaires et conventionnelles. No make erreur ! », indique un autre message.

Dans la grande cour de l’hôpital, une trentaine d’hommes et femmes en blouse blanche ou tenue traditionnelle sont confortablement assis sous les arbres. Avec cette chaleur époustouflante, chacun étanche sa soif avec une boisson de son choix. Des bouteilles de bière et de jus jonchent le gazon, et seuls les commentaires des grévistes laissent entendre leur ras-le-bol. «Trop c’est trop. Je suis fatiguée ma sœur, travailler sans avoir de salaire ni sa sécurité sociale, ce n’est pas évident avec toutes mes charges », lance une dame. L’intérieur du bâtiment ne grouille pas de monde comme à l’accoutumé, surtout aux mêmes heures. Les services sont presque vides. Quelques infirmières et médecins assurent le service minimum. Trois groupes de femmes discutent dans le couloir en attendant de relayer leurs collègues à l’extérieur. Elles rient et ne prêtent aucune oreille à tout renseignement. « Nous ne sommes pas de service. Tu n’as pas lu la note à l’entrer ? », répond l’une d’elle avec désinvolture. Il est donc vrai que l’ensemble du personnel sanitaire et d’appui de ce centre hospitalier est de nouveau en grève.

Ces grévistes montés au créneau depuis hier, mercredi 24 août 2016 réclament des meilleures conditions de travail et un montant de plus de 4,6 milliards de francs CFA au directeur général de ce centre hospitalier représentant les états de sommes dus à la dette sociale. «Depuis janvier, nous n’avons perçu que deux mois de salaire. Il est même prévisible que d’ici la fin de l’année nous n’ayons plus de salaire. Le CHU a une subvention de l’Unesco qui ne couvre que dix mois et nous ne voulons plus de ce système. Il y a déjà eu plusieurs grèves ici. Nous en avons marre et il est temps que cela prenne fin», fait savoir Clément Mballa, président du syndicat du personnel médico-sanitaire et du personnel d’appui au CHU. Et d’ajouter : « Nous voulons que l’Etat nous donne une subvention qui puisse couvrir douze mois de salaire et non dix mois comme cela se fait actuellement. Il faut également qu’on nous paie à une date fixe. Que nous sachons qu’à partir du 30 ou du 04 de chaque mois nous pouvons entrer en possession de notre salaire».

Parlant de la somme de cette dette sociale, le syndicaliste n’impute pas la faute au directeur général. Pour lui, ce dernier hérite uniquement de la mauvaise gestion de son prédécesseur. Si le personnel du CHU a décidé de procéder pour une énième fois à une cessation de travail, ce n’est pas faute de n’avoir pas essayé des conciliations. A en croire Clément Mballa, la décision de grève a été arrêtée après une concertation non fructueuse avec le directeur général dudit hôpital. Et cette fois-ci, les grévistes comptent mener leur action jusqu’à ce que des actions concrètes soient posées. « Il n’y a que l’Etat qui peut résoudre notre problème. Les caisses de l’hôpital sont vides, donc le directeur ne peut rien faire sans l’appui du gouvernement », indique le président du syndicat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s