Suppressions d’emplois chez SFR : quelles conséquences à Toulouse ?

La Dépêche, 16 août 2016 :

Les choses se sont emballées cet été chez l’opérateur de téléphonie mobile SFR qui, outre son réseau de boutiques, dispose à Toulouse d’une implantation dans le quartier Basso Cambo forte d’environ 160 personnes, toutes entités confondues. Aussitôt divulguée dans les médias fin juillet la volonté de supprimer un tiers des 14 300 contrats à durée indéterminée de l’Hexagone, un accord a été conclu, le 4 août, entre les deux syndicats majoritaires, la CFDT et l’Unsa, pour un plan de départs volontaires de 5 000 personnes, d’abord dans les boutiques, puis dans le groupe.

Quelle sera la traduction toulousaine de cette coupe claire ? Difficile encore à dire pour les représentants locaux des organisations syndicales joints en ce mois d’août. Mille postes visés concernent le réseau de boutiques dès à présent et les 4 000 autres le groupe à partir du 1er juillet 2017. A Basso Cambo, sous la bannière SFR sont employés des commerciaux, des ingénieurs, des techniciens chargés de la surveillance du réseau, de l’audit des infrastructures… Soit 80 personnes auxquelles il faut ajouter 80 autres salariés venus du regroupement sur ce site, après 2014, de Telindus, Completel…

«Nous avons sécurisé l’emploi en région. Les salariés dont le poste sera supprimé mais qui ne veulent pas quitter le groupe pourront être reclassés dans le bassin d’emploi concerné», avance un des délégués centraux de l’Unsa. Localement, le représentant du syndicat n’a pas souhaité s’exprimer. Il faut dire que le front syndical s’est scindé, ce qui promet une ambiance plutôt morose à la rentrée. Non-signataires de l’accord, la CGT et la CFE-CGC appellent à une journée de grève dans l’Hexagone le 6 septembre. Une journée qui devrait être déclinée à Basso Cambo. «Mettre 5 000 personnes sur le carreau pour une entreprise qui fait des bénéfices», Aurélien Grimaud, délégué CGT à Toulouse, est évidemment contre. «Et espérer que l’entreprise va fonctionner, c’est illusoire. Si j’étais chef d’entreprise, je ferai l’inverse…»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s