Canada : Grève au Maxi de Lac-Mégantic

Radio Canada, 22 juillet 2016 :

Les employés de l’épicerie Maxi de Lac-Mégantic ont déclenché une grève générale illimitée jeudi soir après une journée de négociations infructueuses avec l’employeur. Selon le conseiller syndical Bernard Cournoyer, le magasin est fermé : les cadres ont muré les fenêtres.

En 2015, les employés ont changé d’allégeance syndicale : ils sont passés de la FTQ à la CSD. Après analyse du dossier, le syndicat a constaté que les travailleurs gagnent en moyenne 5 % de moins que dans les autres épiceries Maxi de la région. « L’employeur nous dit que c’est normal qu’ils soient payés moins cher à Lac-Mégantic, puisque les maisons coûtent moins cher. Pourtant, sa canne de beans, sa banane, sa patate, il la vend le même prix qu’ailleurs. Le travailleur du Maxi de Lac-Mégantic fait le même travail qu’à Sherbrooke », déplore le conseiller syndical, Bernard Cournoyer.

De plus, l’employeur ne voudrait pas reconnaître des postes à temps plein pour éviter de payer certains avantages. Selon le syndicat, plusieurs employés travaillent, dans les faits, à temps plein.

De son côté, l’employeur se défend en affirmant que « les employés de ce magasin reçoivent un salaire qui équivaut au salaire moyen des employés Maxi de la province et qu’il est même supérieur à ce que l’on peut observer chez la compétition », affirme la directrice principale, affaires corporatives et communications de Provigo, Johanne Héroux.

Convention échue

La convention collective des 60 employés est échue depuis le mois d’avril. Au total, il y a eu 10 rencontres de négociation. « C’est très ardu. On dirait que l’employeur tente d’avoir le contrôle sur le syndicat après le changement d’allégeance syndicale. Chaque clause est débattue comme si on venait de la planète Mars. Pourtant, c’est très raisonnable et dans la moyenne du marché, ce que nous demandons. »

Par courriel, la direction du Maxi a soutenu qu’elle souhaitait « poursuivre les discussions de bonne foi, à la table des négociations de manière à pouvoir en venir à une entente qui permettrait d’assurer le maintien des emplois, la viabilité et la pérennité des opérations ce magasin à long terme, compte tenu des conditions qui prévalent dans ce marché. »

Un médiateur a été nommé pour tenter de trouver une solution au litige, mais aucune date n’a encore été retenue pour reprendre les pourparlers.

Les employés seront présents ce vendredi pour faire du piquetage devant le commerce et pour s’assurer qu’il n’y ait pas de briseurs de grève. La direction a réfuté cette crainte des syndiqués. « Nous avons déplacé certains de nos dirigeants pour sécuriser les lieux, mais il est hors de question d’opérer le magasin », soutient Mme Héroux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s