Nailloux : Les employés de l’Esat du Razès sont en grève

La Voix du Midi, 7 juillet 2016 :

Les 14 employés du centre pour adultes handicapés par la maladie mentale à Nailloux entamaient leur cinquième jour de grève depuis la fin du mois de juin.

Deuxième jour consécutif de grève, cinquième au total depuis la fin du mois de juin. Les employés de l’Établissement de services et d’aide par le travail (Esat) du Razès à Nailloux ne sont pas contents.

Après les 22, 23 et 24 juin, le centre pour la réadaptation professionnelle et sociale de personnes adultes, handicapées par la maladie mentale est en grève depuis hier, mercredi 6 juillet.

Les raisons ? “Nos conditions de travail et la rémunération salariale”, explique Sandra Vidal. La déléguée du personnel de l’Esat du Razès et déléguée syndicale CGT demande notamment une augmentation qui s’est trop fait attendre pour certains employés.

« Nous demandons à ce que chaque poste ait le statut et la rémunération d’un moniteur d’atelier, ajoute-t-elle. Ici, il y a trois moniteurs d’atelier et les autres sont ouvriers des services logistiques alors qu’ils ont la même mission. Il y a 400 euros de différence entre les deux postes ».

“Nous ne sommes pas sur les mêmes qualifications puisqu’il y a une différence de diplômes entre les deux postes… Mais depuis 2012, nous avons mis en place des formations et je me suis engagé à former le maximum de personnes…” répond Jean Aigouy, directeur général de l’Association pour le réinsertion sociale (Apres) qui gère l’Esat du Razès.

Vingt-quatre revendications

Parmi les 24 revendications des employés en grève, la déléguée syndicale souligne la revalorisation salariale pour les CDD, actuellement rémunérés au minimum conventionnel, ainsi que la remise à niveau des accords d’entreprise, différents entre les salariés suivant la date de signature de leurs contrats.

“On rémunère les CDD en fonction de leur qualification”, rétorque le directeur de l’Apres, qui ne conteste toutefois pas les différences d’accords d’entreprise. Mais déplore un contexte national : “Ça mène à la discorde au sein des équipes mais nous sommes tenus par les accords de branche”, regrette-t-il.

Quant aux conditions de travail, les grévistes ne veulent pas de changements de planning sans qu’ils ne soient consultés au préalable. Là-dessus, Jean Aigouy nie tout simplement l’existence de telles pratiques.

“Pour répondre à ces revendications, il nous faut des fonds”

Mais le directeur général assure qu’il comprend bien les revendications des grévistes et qu’il est ouvert au dialogue :

« On doit travailler ensemble pour être le plus performant possible… Les bas salaires, on peut l’entendre, mais on fonctionne avec les dotations de l’État qui sont à la baisse… Pour répondre à ces revendications, il nous faut des fonds. »

La grève est reconduite !

La grève est reconduite demain, vendredi 8 juillet, et pourrait se poursuivre jusqu’à dimanche. Grévistes et directeur de l’Apres ont prévu de se rencontrer à nouveau en matinée.

Soixante personnes en situation de handicap sont prises en charge à l’Esat du Razès de Nailloux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s