Accueil des réfugiés : le Canada débordé… par les demandes de citoyens qui veulent les accueillir

Le Monde, 1 juillet 2016 :

« Face à la crise des réfugiés, une bonne partie du monde réagit avec hésitation ou hostilité », écrit le New York Times, rappelant la situation politique et sociale au Moyen-Orient, en Europe et aux Etats-Unis, et le cimetière qu’est devenue la mer Méditerranée. « Mais de l’autre côté de la frontière [américaine], le gouvernement canadien peine à gérer les demandes de citoyens qui veulent les accueillir. »

Une longue enquête se penche sur ce « modèle canadien » qui détonne par son ouverture et son approche. Après son élection en octobre 2015, le premier ministre, Justin Trudeau, s’était engagé à accueillir 25 000 hommes, femmes et enfants avant la fin de l’année 2015. Le chiffre a depuis gonflé de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

C’est dû en partie au système canadien qui, en plus des programmes publics d’accueil, se repose sur des parrainages privés mettant en relation des familles canadiennes et des familles réfugiées. Le mécanisme date des années 1970, qui ont vu l’arrivée massive de dizaines de milliers de Vietnamiens, Cambodgiens et Laotiens.

Il permet à des groupes de citoyens ou des associations de lever des fonds pour accueillir des familles et aider à leur intégration, ce qui veut dire les guider pour trouver un travail, un logement, une école pour leurs enfants, mais surtout être présents pour leur expliquer une société dont ils ignorent parfois tout, y compris la langue.

« Les groupes deviennent des concierges et une famille de substitution qui aide à l’intégration des étrangers en les appelant “les Nouveaux Canadiens”. […] Ils les adoptent, essentiellement. »

Il y a une telle demande de la part des parraineurs que le gouvernement canadien, qui a envoyé des fonctionnaires dans les camps de réfugiés au Liban, en Jordanie et en Turquie pour faire passer des entretiens et des contrôles, ne peut plus suivre. Le ministre de l’immigration, John McCallum, a eu cette phrase incroyable :

« Je ne peux pas fournir assez de réfugiés pour tous les Canadiens qui veulent devenir sponsors. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s