Rouen : Grève à la Banque de France

Paris-Normandie, 30 juin 2016 :

Les collaborateurs de la Banque de France n’ont pas l’habitude de manifester. Mais ils se sont quand même fait entendre hier matin rue Jean-Lecanuet à Rouen, siège de la banque en Normandie, suivant l’appel de la CGT, de la CFDT, de FO et de SNABF-Solidaires. Ils étaient une bonne quarantaine à porter la parole de leurs collègues de Caen, d’Alençon, de Saint-Lô, du Havre, de Cherbourg, Vernon, Dieppe et Évreux. Car se tenait hier un CCE au cours duquel le gouverneur, François Villeroy de Galhau, présentait son projet « Ambitions 2 020 ». Il prévoit 9 800 agents en équivalent temps plein à l’horizon 2020, contre 12 368 fin 2015. « En Normandie, où nous sommes actuellement 286, nous ne serions plus que 190 », décompte Corinne Authier, secrétaire du CE Haute-Normandie.

Le contour futur de la banque serait le suivant, détaille Corinne Authier : « Une succursale régionale à Rouen, une succursale départementale à Caen, des antennes à Alençon, Saint-Lô, Évreux (de 5 à 10 personnes au maximum), une antenne économique au Havre (5 personnes). Nous garderions pour l’instant un bureau d’accueil et d’information à Cherbourg, Vernon et Dieppe (bureaux ouverts certains jours de la semaine et tenus par un agent). Les bureaux de Lisieux, Granville et Flers seront fermés ».

MISSIONS MOINS BIEN ASSURÉES ?

Les syndicats estiment que les missions de la banque ne pourront plus être exercées envers la collectivité (entreprises et particuliers) dans de bonnes conditions. « On est banquier de l’État, au niveau des entreprises (travaux, cotations, fiabilité financière…), et nous assurons le service du surendettement des particuliers, souligne Corinne Authier. Nous avons une grande inquiétude vis-à-vis des publics fragilisés car on va fermer des unités, dans une région fragilisée ».

Au-delà de ce projet s’ajoute, selon l’intersyndicale, « la quasi-absence de revalorisation salariale, une détérioration des conditions d’évolution professionnelle, la filialisation de certaines activités…, alors que la banque réalise d’énormes bénéfices ». Pourtant, insistent les grévistes, « on ne coûte pas cher à la collectivité. Nous voulons rester assez nombreux pour offrir le meilleur service… Et s’il est prévu des embauches, quelques-unes quand même, ce sera dans un cadre contractuel, sans statut ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s