Étables-sur-Mer : Les 37 ex-Jacadi réclament une prime « décente » de départ

La Presse d’Armor, 1 juillet 2016 :

Depuis jeudi 30 juin, les 37 salariés de la plateforme logistique GLObe à Etables-sur-Mer sont en grève. Les ex-Jacadi réclament une prime de départ « décente ».

Après leur mouvement de grève du jeudi 30 juin, les 37 salariés de l’ex-plateforme logistique de Jacadi vont rencontrer cet après-midi, vendredi 1er juillet à 16 h, sur initiative du préfet des Côtes-d’Armor, l’inspection du travail. Ils seront accompagnés du maire de Binic-Etables sur Mer, Christian Urvoy, et du président communautaire de Sud Goëlo, Loïc Raoult. Ils n’ont, en revanche, eu aucun contact de la direction.

“Humiliant”

Depuis jeudi 30 juin, les 37 salariés de Globe à Etables-sur-Mer (sous-traitant logistique de la marque de vêtements pour enfant Jacadi) sont en grève. La fermeture de leur site semble inéluctable), ils veulent des conditions de départ acceptables.

Assis sur des palettes, en cercle, devant leurs entrepôts, ils discutent, partagent un café et font signe aux véhicules qui klaxonnent leur soutien, en traversant la zone artisanale de la Ville Robert. L’ambiance est bon enfant mais déterminée.

Christèle, Ronan et Laurent, portes-parole du mouvement, non syndiqué et très solidaire, détaillent :

« On se bat pour partir la tête haute avec une prime supralégale correcte. On nous a fait une proposition au départ indécente, revue depuis à la hausse, mais insuffisante à nos yeux ».

La première proposition de prime supra légale était, selon les salariés, de 35 euros par année d’ancienneté. Soit 1000 euros pour presque 30 ans de carrière. Jugé ”humiliant” par les salariés.

“On ne demande rien d’impossible”

L’ensemble des salariés, d’une moyenne d’âge de 48 ans, dont l’ancienneté moyenne sur le site oscille entre 20 à 25 ans, ne jettent pas l’opprobre sur Jacadi, à qui ils restent malgré tout profondément attachés. Ils savent leur plateforme excentrée par rapport au développement de l’entreprise.

« Jacadi veut mutualiser ses services et rationaliser ses coûts, on peut le comprendre. Ce n’est pas pour cela que l’on fait grève. Ici, on a toujours été très investi dans notre travail. Malgré tous les rachats et changements, nous n’avons jamais fait grève. Mais aujourd’hui, on veut de la reconnaissance, de la considération. La marque Jacadi a grandi avec nous, grâce à l’investissement des hommes et des femmes du site. On veut un montant de départ permettant de nous projeter dans le futur. On ne demande rien d’impossible mais juste quelque chose de correct par rapport à notre investissement et à notre ancienneté. »

Pour ne pas pénaliser leur marque historique, dont le chiffre explose en cette période de soldes et de pré-rentrée, les 37 salariés ont retardé au maximum leur mouvement.

« Le directeur de notre site menace de fermer l’entreprise au 15 juillet par dépôt de bilan si on continue à faire grève. C’est du chantage, de la pression, à laquelle on ne compte pas céder. On attend une réouverture des négociations ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s