Mobilisation contre la loi travail à Lille

La Voix du Nord, 29 juin 2016 :

La partie sud de Lille paralysée le matin, avec neuf interpellations, une manifestation l’après-midi contre la loi El Khomri, des incidents le soir et quatre arrestations… La journée anti-loi travail a été chargée, ce mardi à Lille.

Tout commence vers 6h30 ce mardi, sur le rond-point des Postes à Lille, où convergent une cinquantaine de militants CGT et des antifascistes. « Ils avaient un semi-remorque transportant des pneus, explique un riverain. Ils ont déchargé et mis le feu avec des bidons de pétrole. C’était une véritable opération commando. » Très vite, des murs de gomme bloquent les accès au giratoire formant la principale entrée au sud de Lille. Une douzaine de rues et boulevards sont fermés, y compris une sortie de l’A25. Le feu dévore les barricades, et génère un énorme panache de fumée visible à des kilomètres. Les pompiers sont submergés d’appels. Peu après 8 h, les policiers interviennent en force et interpellent neuf personnes, dont plusieurs manifestants CGT. Le rond-point des Postes n’est rouvert qu’en fin de matinée.

Une centaine de manifestants convergent aussitôt vers l’hôtel de police pour réclamer la libération des neufs suspects placés en garde à vue. Sans succès. L’après-midi, ce cortège rejoint la manifestation contre la loi El Khomri, rassemblant 1500 personnes en centre-ville.

Un front international contre l’austérité

Une centaine de syndicalistes belges y participent. «Notre gouvernement a beau être de droite, les mêmes recettes sont appliquées en France, soulignent Laurent Dufrasne et Pascal Douliez, secrétaires régionaux de la CGSP-ADMI (l’équivalent de la CGT) en Belgique. Nous avons la loi Peeters (ministre belge de l’Emploi), vous avez la loi travail.» Et d’appeler à «la création d’un front international contre l’austérité».

La manifestation s’achève sans incident vers 16 h 30, mais un cortège d’environ 400 personnes repart vers l’hôtel de police, toujours pour exiger la libération des neuf. Les militants y resteront près de quatre heures, cernés par les forces de l’ordre. Finalement, vers 19 h 20, une délégation reçue par le directeur de la sécurité publique du Nord, Didier Perroudon, ressort en annonçant la libération de trois des interpellés.

Derrière, les policiers ordonnent la dispersion. Environ 150 manifestants restant reculent rue du Faubourg-des-Postes, mais pas assez vite pour les forces de l’ordre, qui chargent au lacrymogène. Quatre nouveaux manifestants sont interpellés, trois pour participation à un attroupement malgré les sommations, un pour jet de projectile.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s