Reuilly : Les salariés de Trigano en grève

La Nouvelle République, 28 juin 2016 :

Les salariés de Trigano ont débuté une grève illimitée, hier. Un mouvement qui fait suite à l’échec des négociations autour des augmentations de salaires.

Le barbecue est allumé. Les saucisses sont prêtes à cuire et la quantité de sacs de charbon de bois entreposés au QG des grévistes laisse penser que le conflit pourrait s’installer dans la durée. « Ce n’est pas un débrayage. On est en grève », précise le délégué CGT, Richard Daniel, en s’adressant aux deux gendarmes venus se renseigner sur ce mouvement social, débuté hier matin par les salariés de Trigano, à Reuilly.

«  Propositions inacceptables  »

La grève a débuté au petit matin, avec l’équipe qui devait embaucher à 5 h. Elle concernait près de 80 % des salariés, essentiellement ceux des ateliers, qui ont répondu à un appel conjoint de la CGT et de la CFDT. Les deux organisations syndicales avaient déposé un préavis de grève pour cette journée du 27 juin, il y a une quinzaine de jours. « Les négociations annuelles obligatoires ont débuté fin mai. La direction nous a fait des propositions inacceptables. En l’avertissant à l’avance de notre intention d’arrêter le travail, on attendait plus d’effort de sa part. Mais non, elle préfère visiblement le rapport de force », résume le délégué cégétiste.

Les organisations syndicales sont arrivées avec plusieurs propositions à la table des négociations. La CFDT demande « + 3 % d’augmentation ou une prime équivalente à 3 % de la masse salariale » ; la CGT, « + 6 % de hausse pour les deux grilles de coefficients, ou une prime d’ancienneté calculée sur le réel ; ou un 13e mois ». Se référant au volume de « 30.000 heures effectuées par des intérimaires ou des contrats CDD en 2014-2015 », les syndicats réclament aussi l’embauche de dix personnes en CDI et l’ouverture désormais des Négociations annuelles obligatoires (NAO), en janvier.

La direction a accepté ce dernier point. Pour les revalorisations salariales, elle a proposé « d’abord + 0,50 % » « puis + 1 % pour les personnes appartenant à la première grille de coefficients et + 1,50 % pour les autres. 1 %, ça représente 15 € brut. C’est de l’aumône ! » résume Hervé Froment, délégué CFDT. « On espère que la direction va revoir ses propositions et proposer au minimum + 2,5 % pour la première grille des salaires et 3 % pour les autres. On est parti pour une grève reconductible, mais on espère être entendus rapidement. Tout le monde y a intérêt : dans le contexte actuel, les gars n’ont pas les moyens de faire grève longtemps, mais ils sont déterminés car ils veulent que leur travail soit reconnu. Quant à l’entreprise, on sait bien qu’on la pénalise en faisant un blocage en fin de mois, en pleine période des expéditions », avance David Pagnard, secrétaire du comité d’entreprise.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s