Fos-sur-Mer : La lutte continue contre la loi El-Khomri

La Provence, 25 juin 2016 :

Pour démontrer, une fois de plus, que le mouvement initié contre la Loi Travail « ne s’essouffle pas », l’union départementale CGT a prévu de continuer diverses actions. Avant la prochaine manifestation, mardi, c’est hier autour des sites industriels de Fos que se sont concentrées leurs initiatives. Dès l’aube, un premier blocage sur le rond-point Saint-Gervais, à Fos-sur-Mer, rapidement suivi d’un autre devant les dépôts pétroliers de Fos (DPF), a donné le ton de la journée.

Venus autant des sites voisins que de la centrale de Gardanne, de la RTM ou d’unions locales marseillaises, les cégétistes ont grandement perturbé la circulation une partie de la matinée, tout en empêchant les camions citernes de charger leur cargaison. « Après le déblocage auquel nous ont contraint les CRS, c’était symbolique pour nous de retourner là-bas. C’est un signe de notre détermination », expliquait Yann Manneval, secrétaire départemental du syndicat.

« A la rentrée, la mobilisation repartira de plus belle »

En fin de matinée, les deux blocages ont été levés, et les syndicalistes ont pris le chemin de l’incinérateur Evéré, en soutien aux grévistes qui ont décidé, à 13 heures, de reconduire leur mouvement jusqu’à mercredi prochain, même heure. Après une brève prise de parole d’Olivier Jullien, délégué du personnel CGT, la poursuite de la grève a été entérinée par un vote à main levée. « Nous avons rencontré notre direction cette semaine, qui nous a demandés de lever notre mouvement, expliquait Rudy Verdetti, délégué CGT. Nous lui avons soumis un cahier de revendications, parmi lesquelles un paiement, tout ou partie des jours de grève. La direction a refusé. D’où la poursuite du mouvement ». Même détermination concernant le soutien de cégétistes dans l’ensemble du département. « Nous serons présents en divers points tout l’été, prévenait Yann Manneval, pour soutenir tous les grévistes. Ici comme ailleurs, et il est scandaleux qu’hier, des CRS aient été envoyés pour lever le piquet de grève positionné devant la décharge des Pennes-Mirabeau. Lorsque le texte repassera devant l’Assemblée nationale, à la rentrée, la mobilisation repartira de toute façon plus belle ».

Les CRS sont intervenus ce vendredi soir

Evéré, qui exploite l’incinérateur, a réagi hier après-midi à la poursuite de la grève. « Les revendications de ce mouvement national d’opposition au projet de Loi Travail étant extérieures à Everé, notre entreprise n’a, à son niveau, aucun moyen de mettre fin à ce mouvement, indique l’entreprise. Le fait est que, depuis le début de ce blocage CGT, la Métropole Aix-Marseille Provence ne peut plus nous apporter les déchets sur notre site et que, par conséquent, nous ne pouvons plus les traiter. » L’industriel va plus loin en demandant la réquisition de la force publique : « Compte tenu de cette situation de blocage, et tel que prévu dans le cadre de nos obligations contractuelles, une requête a été déposée par Everé au TGI d’Aix afin de demander l’intervention de la force publique. Cette dernière a donné lieu, le 17 juin, à la prise d’une ordonnance par le juge du TGI, qui a été déposée au cabinet du préfet. Ce sujet est entre les mains des services de la préfecture. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s