Appels à la grève dans le secteur de l’énergie

Paris Normandie, 1 juin 2016 :

La CFE-CGC Energies et l’Unsa Energies ont décidé de se joindre à la mobilisation prévue jeudi 2 juin dans le secteur de l’énergie contre la loi travail, notamment à l’initiative de la CGT qui accentue son action en appelant mercredi à une grève reconductible.

Les fédérations CFE-CGC et Unsa, qui sont alliées au niveau de la branche des industries électriques et gazières (IEG), appellent dans un communiqué les salariés du secteur à rejoindre le mouvement de protestation de jeudi «par, a minima, une heure de grève» pour protester contre le «blocage majeur» que constitue l’inversion de la hiérarchie des normes.

«Alors que la raison voudrait que le processus législatif soit suspendu», le gouvernement «laisse entendre qu’il passera à nouveau en force, au mépris des démocraties politique et sociale», écrivent les deux fédérations. «Pour la CFE et l’Unsa Energies, c’est toujours non au texte en l’état, non au dumping social, non à l’insécurité croissante pour les salariés».

Après la mobilisation du 26 mai, à l’occasion de la dernière journée nationale d’action contre la loi travail, la fédération Mines Energie de la CGT avait déjà appelé à faire de jeudi «un nouveau temps fort de grève et d’initiatives coordonnées».

Dans un communiqué mercredi, elle appelle désormais à des «mouvements de grève reconductibles dans l’énergie» avec «reprise en main de l’outil de travail» que ce soit dans le secteur électrique ou gazier.

Elle préconise par exemple de «réduire ou arrêter la production électrique», d’»arrêter l’injection ou le soutirage des stockages gaz», la «remise en service des clients démunis coupés pour impayés», des «coupures ciblées d’énergie électrique et gaz des services de l’Etat et des locaux du Medef» ou la «coupure des parcs éoliens et radars routiers».

FO Énergie et Mines, réunie en congrès à Tours, assure de son côté qu’elle «prendra toute sa place» pour que le retrait de la loi «s’impose».

Jeudi dernier, le mouvement dans le secteur de l’énergie s’était traduit par une baisse de la production de 6.000 MW, selon la FNME-CGT, avec une douzaine de centrales, dont neuf centrales nucléaires, touchées. Et mardi, la CGT a tenté de perturber par une coupure de courant l’inauguration par François Hollande de la Cité du vin à Bordeaux, mais un groupe électrogène a pris le relais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s