Rennes : l’étudiant qui a perdu un œil lors de la manifestation contre la loi Travail témoigne

L’Info.re, 13 mai 2016 :

L’étudiant grièvement blessé lors de la manifestation contre la loi Travail à Rennes, le 28 avril, a porté plainte contre X pour violence aggravée. Il a livré son témoignage au journal Le Monde.

Le jeune homme qui a perdu un œil après avoir reçu un projectile lors de la manifestation contre la loi Travail à Rennes, le 28 avril, s’appelle Jean-François Martin. Âgé de 20 ans, cet étudiant en géographie de l’université de Rennes se décrit non violent et affirme ne pas nourrir de haine contre les policiers. En livrant son témoignage au Monde, le jeune homme souhaite que ce qui lui est arrivé serve à quelque chose.

Jean-François Martin n’est pas un militant chevronné. Il s’est intéressé petit à petit à la loi Travail en participant à cinq ou six manifestations. Ce qui lui est arrivé le 28 avril n’était pas le premier incident violent. Lors d’une précédente manifestation le 9 avril, il a déjà été blessé une première fois.

« J’étais derrière le front des manifestants, je me suis mis à courir. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait. J’ai reçu une balle de flash-ball dans le mollet droit », confie Jean-François Martin.Traumatisé par ce qui lui est arrivé, il abandonne un peu du mouvement.

Ce n’est que le 28 avril, journée de mobilisation nationale contre la loi Travail, que le jeune homme redescend dans la rue. Il se rappelle avoir eu un pressentiment avant de rejoindre le cortège. La scène se déroule lorsque la marche entame le deuxième tour de son trajet. C’est en tentant de progresser dans la rue Jean Jaurès, à Rennes, que les manifestants se sont retrouvés bloqués par les forces de l’ordre.

Jean-François Martin s’éloigne, espérant que rien de grave ne lui arrivera. Mais une charge des policiers va disperser le cortège. Il se souvient des manifestants qui « commençaient à se marcher dessus ». « On criait aux gens de ne pas courir, de laisser passer tout le monde. Il y a eu une deuxième charge et on a crié ’faites gaffe, ne restez pas sur le pont’ », confie-t-il au Monde.

Une ou deux minutes après, Jean-François Martin prenait un projectile. Rapidement secouru, il sera amené par les pompiers à l’hôpital où il subira une intervention chirurgicale. Les médecins prévoient l’installation d’une prothèse. Le jeune homme a décidé de porter plainte contre X pour violences aggravées, car pour lui, « rien ne justifie une telle attaque ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s