Manifestation à Clermont-Ferrand pour la libération d’un manifestant incarcéré

France Bleu, 7 mai 2016 :

Les militants de Nuit Debout ont manifesté samedi après-midi à Clermont Ferrand, pour soutenir leur leur camarade incarcéré. Il est accusé de violences envers le chef de la police, en marge du conseil municipal du 29 avril. La manifestation s’est déroulée dans le calme. (…)

Partis de la place Delille oeu après 14h, près de 70 manifestants ont traversé le centre ancien, marquant une pause devant la mairie, avant de rejoindre la place Gaillard. Une dizaine de policiers les surveillaient à distance, les laissant exprimer leur colère sur les voies du tram ou dans les ruelles.

« Libérez Antoine! », « Justice nulle part, police partout! »: tels étaient les slogans scandés par les manifestants. Antoine, brancardier de 26 ans et militant de Nuit Debout, est accusé violences à l’encontre du directeur de la sécurité publique du Puy-de-Dôme en marge du conseil municipal de Clermont-Ferrand, le vendredi 29 avril. Le collectif avait tenté d’investir la séance, ce qui a avait donné lieu à une évacuation musclée.

« Aucune preuve d’une action volontaire »

Antoine est soupçonné d’avoir fait tomber une enceinte sur le chef de la police, alors qu’il se débattait dans l’escalier, mais selon Claude, un militant de 58 ans, il n’aurait pas fait exprès: « un huissier assermenté a témoigné qu’il n’y avait aucune preuve qu’Antoine avait fait une action volontaire envers le DDSP ».

« Un innocent est en prison et sa vie va être gâchée » s’énerve Guillaume Vimont, au milieu des manifestants. Ce conseiller municipal a quitté le groupe Europe Ecologie les Verts en début de semaine, pour marquer, entre autres, son soutien à Nuit Debout. « Moi j’étais présent, je me suis fait gazé, j’ai pris des coups » raconte-t-il  » on m’a interdit de rentrer dans la mairie où j’ai été élu ».

« Etat policier »

« L’Etat policier s’épanouit de plus en plus dans notre société » s’agace Romane, 20 ans. A quelques mètres, Romain, 21 ans, dénonce une méthode d’intimidation : »ils cherchent à dissuader, parce que c’est vrai que ça fait peur, l’emprisonnement, pour un petit jeune de 20 ans ordinaire ».

Avant de se disperser, les militants de Nuit Debout se sont promis d’écrire à Antoine, pour le soutenir en prison. Il doit rester incarcéré jusqu’à son procès le 26 mai.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s