1er Mai en Guadeloupe : rassemblement à Saint-François

France-Antilles, 29 avril 2016 :

Neuf organisations syndicales appellent à un rassemblement unitaire à Raisins Clairs/ Saint-François, ce dimanche 1er mai.

Ce dimanche, le rassemblement du 1er Mai réunira neuf organisations syndicales, à partir de 8 h 30, sur la plage des Raisins Clairs, à Saint-François. La Confédération française démocratique du travail (CFDT), la Confédération générale du travail de Guadeloupe (CGTG), le Syndicat national des collèges et lycées (Faen SNCL), Force Ouvrière (FO), la Fédération syndicale unitaire (FSU), Solidaires, le Syndicat des personnels de l’éducation en Guadeloupe (Speg), Sud PTT Gwa et l’Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) appellent les travailleurs, les jeunes, les chômeurs et les retraités à les rejoindre pour une mobilisation unitaire.

Leurs représentants ont rappelé l’importance du 1er Mai pour les travailleurs et pour toutes les autres catégories de la population. « Au nom de la croissance de l’activité et de l’égalité des chances, la loi Macron est passée en force en juillet 2015. Cette loi prévoit l’extension du travail le dimanche, la facilitation des licenciements économiques, la remise en cause des acquis obtenus de haute lutte, explique Max Évariste. Maintenant, il y a le projet de loi El Khomri, dont le rôle est de faire disparaître le Code du travail. Nous nous battons aujourd’hui pour que tous les acquis et les avantages que nous avons obtenus jusqu’à maintenant ne disparaissent pas. »

La manifestation de dimanche se veut être un coup de semonce.

APPEL À « UNE GUÉRILLA SOCIALE »

« Le 1er Mai est un moment important pour les travailleurs. Nous ne devons jamais oublier que des centaines de travailleurs sont morts pour cette journée, a ajouté Henri Berthelot (CFDT). La loi El Khomri est une loi générale, mais ce qui m’intéresse c’est la situation de la Guadeloupe, l’emploi des jeunes, la formation professionnelle. La situation est pire qu’en 2009. C’est important de manifester, mais nous devons trouver des solutions avec les responsables, c’est-à-dire le préfet, le Médef, la Région, etc. La manifestation de dimanche n’est qu’un prélude à ce qui doit se passer ensuite. »

Quant à Élie Domota (UGTG) il a appelé à « une véritable guérilla sociale contre les patrons et le Médef » . « Aujourd’hui, il y a une remise en cause généralisée de tout ce qui défend les travailleurs. À l’origine, le Code du travail avait un certain nombre de prérogatives pour protéger le travailleur. Aujourd’hui, ils considèrent que la réglementation du travail est un frein au développement économique, à la création de richesse et à la recherche de profit. Ils veulent remettre en cause tous les droits des travailleurs. »

Les neuf organisations syndicales engagées dans ce rassemblement unitaire espèrent que la solidarité fera bouger les choses.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s